Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Etude Mahiout Merhab -" Pouvoir assassin"

Date de création: 20-04-2019 12:10
Dernière mise à jour: 20-04-2019 12:10
Lu: 6 fois


POLITIQUE- BIBLIOTHÈQUE D’ALMANACH- ÉTUDE MAHIOUT MERHAB- « POUVOIR ASSASSIN ! »

Pouvoir assassin ! Etude de Mahiout Merhab. Tafat Editions, Alger 2018, 239 pages, 600 dinars.

 

Printemps 2001. La Kabylie. Durant de longues semaines, en avril-mai et juin, des émeutes d’une violence inégalée dans l’histoire récente du pays. Bien plus que le printemps d’Avril 80 où il n’y avait que des revendications politico-culturelles. Ici, on a un face-à-face sanglant , opposant une jeunesse révoltée, aux revendications socio-économiques en plus de celles politiques , marginalisée, décidée à dire publiquement ses vérités à un système politique  soft et mielleux en apparence (le « système » Bouteflika en construction) mais , en profondeur, encore plus autoritariste que tous les autres. On aura une répression sauvage des manifestations.

Bilan . Lourd, très lourd : plus de 120 morts et des centaines de blessés, handicapés pour la vie pour certains. Tous des jeunes à la fleur de l’âge..

Au départ, une « bavure » policière ( ?!). Avec la mort d’un jeune lycéen, Guermah Massinissa, 19 ans à peine, préparant son bac,  dans les locaux de la gendarmerie nationale  d’Ath Douala (on dit qu’un gendarme maladroit avait laissé échapper son arme, blessant ainsi grièvement les (deux) lycéens interpellés suite, dit-on,  à un banal chahut de quartier, ainsi qu’un gendarme)  ......et une déclaration plus que maladroite sinon provocatrice du ministre de l’Intérieur de l’époque, un bien-nommé, un homme du premier cercle du pouvoir de l’heure. Pour lui, Massinissa « n’était pas un lycéen », sous-entendant qu’il s’agissait d’un délinquant de 26 ans, « arrêté parce que soupçonné de vol », comme si la valeur humaine n’était  pas, à ses yeux, la même pour tous les êtres. Le signe attendu par les lycéens de toute la Kabylie pour descendre dans la rue.

Il ne faut pas oublier, de plus, qu’en septembre 1999, à Tizi-Ouzou, le président A. Bouteflika (« un homme issu du noyau dur de l’arabo-islamisme », une idéologie «  qui a fait de la négation de tout pluralisme identitaire un absolu politique » nous dit l’auteur et il n’pas totalement tort) avait publiquement menacé la région en disant qu’il « était venu pour crever votre ballon de baudruche ». Plus provocateur que ça, tu meurs ! De l’arrogance, du mépris....et, surtout, de l’ignorance crasse des nouveaux ressorts profonds de la société et de sa jeunesse et la naïveté de se croire une sorte de « messie » de la politique et du pays . En face, une génération « atypique » qui a grandi dans la paradigme de la crise (la décennie rouge) , aussi bien politique , économique que morale et à laquelle on n’a laissé que la rue , et l’émeute et la « harga » comme lieux et moyens d’ expression... Ulac Smha Ulac ! Ne pas oublier. Normal !

Donc, une insurrection juvénile qui a engendré une crise politique qui a mis toute une région emblématique du pays au bord de la communauté nationale. Bon nombre d’institutions de l‘Etat ont tout bonnement cessé de fonctionner et ce, durant des semaines et des mois ayant suivi la déflagration. La Kabylie était quasi-interdite d’accès aux officiels...et les élections programmées ont purement simplement été empêchées.

Donc, un puissant mouvement de contestation politique (la demande identitaire n’étant présente qu’en arrière-plan) initiée par la génération de ceux qui avaient 20 ans à la fin des années 90 et qui n’ont connu qu’une Algérie « terrorisée » – et dont les conséquences  sur la génération de ceux qui ont vingt ans à la fin des années 2010 et qui ne connaissent de l’Algérie que le «bouteflikisme», se font (se feront) sentir plus ou moins, aujourd’hui :.

D’abord, il y a la haine du « Système » (celui qui perdure depuis l’Indépendance  ; et, depuis 2000 encore bien plus) .Le Système ?  Une organisation quasi –mafieuse qui refuse toute ouverture sur les attentes et les aspirations de la société, qui contrôle la rente et qui refuse la démocratie et le pluralisme vrais sous toutes leurs formes.

Ensuite, une sorte de forme de « commandement collectif » (on a eu en 2001, le « Mouvement des Coordinations » qui a pris en main la destinée de la protestation) remettant en cause la pratique politique sous sa forme classique et le retour du local comme champ d’action politique alternatif

Enfin, il y a ,malgré la « sauvagerie » de la répression, la (re-) naissance d’un patriotisme (pas le nationalisme radical et aveugle )  formidable qui a su éviter au pays les séismes politiques entraînant la dislocation du pays et  a  pu récupérer tout ou parties des symboles auparavant exploités à des fins politiciennes et même mercantiles (les langues nationales, l’emblème, l’histoire de la révolution armée....)

Il y a , aussi, une certaine mise à l’écart des partis politiques traditionnels

Bien sûr, la volonté et l’engagement des « leaders médiatiques » et la gestion horizontale ne suffisent  jamais à porter une « révolution », les militants mélangeant souvent, sinon toujours (et tout particulièrement quand le mouvement n’est pas irrigué par les idées claires que seules des élites, toujours objet de méfiance comme au temps de la guerre de libération,  peuvent produire.....et quand il n’est pas conduit par un centre de commandement ou de coordination unifié), les revendications et les exigences , le tout débouchant sur des impasses conceptuelles....et, à moyen et long termes, menant  soit à la récupération par les « restes » du Système soit à l’échec.

 

 

L’Auteur : Né en 1972, enseignant de profession, passionné de lecture et d’écriture. Première publication.

Extraits «  Comme à chaque fois que la population se mobilise, la classe politique choisit le confort de la facilité en recourant à la thèse de la manipulation par les clans du système. Comme si la société était génétiquement incapable de se prendre en charge de manière autonome.....Cet atavisme renvoie à un soubassement politico-idéologique qui considère que seul le système peut faire bouger la société , à l’exclusion de tout autre ressort »(p 93), « Le retour aux structures d’organisations locales est symptomatique de la crise de la représentation politique et des désillusions sociales » (p 141), « Une corrélation entre succès populaires et poussée de la radicalité a été observée :plus le mouvement enregistre des succès populaires, plus la fièvre radicale augmente, sans pour autant redescendre au moment du reflux de la mobilisation .» (p 161)

 Avis : A lire (par le citoyen lambda, les partis politiques, les « décideurs » et autres administrateurs...les jeunes aussi) pour mieux comprendre ce qui se passe en Algérie depuis le 22 février 2019, et surtout pour mieux saisir le déroulement d’une « révolution », avec ses montées en cadence, ses surenchères, ses lacunes, ses ambitions, ses récupérations, ses victoires et ses échecs.

Riches annexes avec des documents concernant Illoula Oumalou, El Kseur, les revendications, le rejet des élections....

 Citations : « Le vertige du large  a cette particularité de faire oublier une règle de base commune à toute communauté  humaine : La confiance accordée engage autant , sinon plus, celui qui la reçoit que celui qui l’accorde » (pp 20-21), « Notre sport favori est de chercher à tout problème, non plus une solution, mais un coupable. C’est un trait de caractère hérité du nationalisme et qui a diffusé dans la société »   (p 23), « Dans le logiciel de ce parti (ndlr : le Ffs, mais c’est aussi le cas pour presque tous les autres partis et organisations professionnelles dites de masse) , il n’y a que deux acteurs capables de faire bouger la rue : lui et le système. Douloureusement, les jeunes révoltés lui ont imposé d’apprendre à compter jusqu’à trois ! » (p 95), « La Kabylie  est la bouche d’un volcan dont le gisement souterrain de lave en fusion couvre toute l’étendue du territoire national. Elle est la faille d’un séisme, par laquelle l’énergie contenue fait irruption » (p 197. Kateb Yacine cité)