Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Privatisation

Date de création: 24-05-2008 14:30
Dernière mise à jour: 24-05-2008 14:30
Lu: 543 fois


C'est début octobre 2006 que le ministère des Finances a lancé un
" Appel à manifestation d'intérêt " pour la privatisation du Crédit populaire d'Algérie (Cpa). Les partenaires stratégiques étaient invités à manifester leur intérêt au plus tard le 7 novembre 2006.
La privatisation est partielle par le biais de la cession d'un bloc unique de 51% à un seul partenaire et la Cpa conserverait une participation de 49%. C'est le consortium mené par Rotschild & Cie qui est le conseiller exclusif pour la transaction.
Le partenaire stratégique doit avoir (au 30 juin 2006) :
Un niveau de fonds propres d'au moins 3 milliards d'euros
Un réseau d'au moins 400 agences dans un même pays
Un rating d'au moins A3 par Moodys ou au moins A- par S&P

Au 31 décembre 2005, le Cpa se présentait comme suit :
Une des cinq principales banques d'Algérie avec une part de marché d'environ 13%
Un total de 429 milliards de dinars (4,8 milliards d'euros)
Un portefeuille de crédits de 135 milliards de dinars (1,5 milliard d'euros)
Un portefeuille de titres de 138 milliards de dinars ((1,5 milliards d'euros)
Un total de dépôts de 303 milliards de dinars (3,4 milliards d'euros)
Des fonds propres de 37 milliards de dinars (420 millions d'euros)
Un réseau de 129 agences réparties sur tout le territoire algérien
1 246 000 comptes clients
4000 employés
En 2006-début 2007, quelque 65 à 70% du produit net bancaire du Cpa est réalisé dans le secteur du Btph (705 entreprises dont 67 Epe de réalisation, 38 bureaux d'études ainsi que 600 Pme de réalisation
Et, en 2006, le Cpa a réalisé un bénéfice net de 7,9 milliards de dinars (environ 110 millions de dollars) sur un total bilan de 487,86 milliards de dinars
Note : Le processus de privatisation du Cpa a été interrompu en novembre 2007, " en attendant une meilleure visibilité sur les marchés financiers internationaux " secoués depuis plusieurs mois par une crise internationale des crédits hypothécaires. Le processus " pourrait reprendre en février ou mars 2008 " selon le ministère des Finances (17 décembre 2007).