Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Ahmed Gasmia- "Promesse de bandit"

Date de création: 01-04-2019 16:16
Dernière mise à jour: 01-04-2019 16:16
Lu: 39 fois


POPULATION- BIBLIOTHÈQUE D’ALMANACH- ROMAN AHMED GASMIA- « PROMESSE DE BANDIT »

Promesse de bandit. Roman de Ahmed Gasmia. Editions Frantz Fanon, Tizi Ouzou 2018, 600 dinars, 199 pages

 

Début de l’été 1988. Dans les steppes algériennes . Soleil pesant, air chaud, vent sec. Une taverne. Et , un tout jeune homme qui, déjà, se prend pour le « prince du désert »,   le « maître des routes » , au sabre qui « coupe », au cheval « rapide » ......Hafnaoui Dayem Ben Messaoud , bandit d’honneur ? Ou, bandit tout court ! En fait, un petit « voleur de chèvres » , un vulgaire détrousseur  qui ambitionne d’être un brigand célèbre, craint et respecté. Le vin aidant, tous les rêves sont permis !

Emporté  par son rêve, une grande aventure va alors commencer.....dans un monde où « il n’y a que des bandits ». Car, « personne ici n’a de patrie » et où «  il n’y a que l’or et l’argent qui comptent » .La rebellion  de Bouâmama et des Ouled Sidi Cheikh est bien loin.  La chance, le hasard, le bluff et ,surtout , une certaine inconscience vont l’entraîner à la  rencontre de bandits de grand chemin, ceux-çi bien organisés et dirigés par un vrai « aigle du désert » . Assez vite adopté, il réalisera quelques prouesses , échappant à tous les pièges......Il jouera même bien des tours à l’Armée coloniale qui commençait à s’installer aux portes du Sahara, dans le fort de Sidi Serhane,  et il arrivera   à s’allier (en épousant  Zeineb, la plus belle fille de la tribu) à une famille respectable et respectée de la région ......une famille qu’il a su réunir autour..................... d’un (précieux) trésor retrouvé................... une photographie regroupant toute la famille il y a de cela très longtemps, au temps du bonheur familial et de l’innocence  ! Une « chose » inadmissible car diabolisée  pour l’époque. Mais, comment cela a-t-il pu arriver ? Grâce .....à Joseph,Youcef le Roumi,  un commerçant vivant parmi les autochtones de Sellama, propriétaire d’un appareil photographique à trépied. La technologie, déjà, instrument de solidarité et de réconciliation ? 

 

 

L’Auteur : Né en 1973, journaliste. Auteur de romans d’aventures (dont « Complot à Alger », Casbah éditons, 2007)

Extraits: « Les steppes algériennes.................. Le vaste désert de pierres .............. Sans jamais l’avoir domptée, des Bédouins intrépides ont apprivoisé cette terre sauvage où la chaleur , comme le froid, pouvait être mortelle » (p 5), « Comme dans la première photographie, les enfants de Yahia se tenaient devant leur demeure sous un arbre, exactement au même endroit. A cet instant précis, ce n’était plus une photographie qu’on prenait, mais une passerelle qu’on érigeait entre deux éposques, un lien entre un bonheur passé et l’espoir d’une vie meilleure » (p 199)

 Avis : Un vrai roman d’action et d’aventures.......et les débuts de la résistance (encore mal conçue) à la pénétration coloniale au sud du pays

 Citation : « Dans ce vaste désert, les trésors n’étaient finalement pas que des mirages impalpables, ils pouvaient être mortellement réels » (p 112).