Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Détournements

Date de création: 24-05-2008 14:30
Dernière mise à jour: 24-05-2008 14:30
Lu: 506 fois


En 2005, les services de la Gendarmerie nationale ont traité 1 038 affaires liées à la criminalité économique et financière (et 689 durant le premier semestre 2006).
Les atteintes à l'économie nationale viennent occuper le premier rang, avec 544 affaires en 2005 et 288 durant le premier semestre 2006.
Pour ce qui est du secteur bancaire , les services de la Gendarmerie nationale ont ouvert des enquêtes (Ouargla, Alger, Sétif, Jijel, Tipasa …) pour des détournements estimés à plus de 71 millions de dinars . La plus importante somme détournée, évaluée plus de 23 millions de dinars, a été constatée à la Bdl de Tipasa. Les autres sommes ont été enregistrées à la Badr de Ouargla, à la Cnep de Tipasa, à la Bna de Sétif et à la Badr d'Alger.
Pour leur part , les services de police ont traité 156 affaires économiques en 2005 à travers le pays, pour lesquelles 602 personnes ont été écrouées.Le montant détourné des banques publiques a été estimé par la police à plus de 160 millions de dinars et à près de 1 600 000 euros, alors que durant les cinq premiers mois de l'année 2006…la somme détournée a dépassé les 9 milliards de dinars.
Autres enquêtes : sur des trous financiers enregistrés au niveau du Trésor public (plus de 34 milliards de dinars, plus de 3 200 000 euros et 9 millions de dollars). Ici, les affaires concernent surtout les dilapidations et les infractions à la loi sur le contrôle des changes et le mouvement des capitaux.
En 2005, les services de police ont constaté 277 affaires liées à la criminalité financière, dans lesquelles 1 242 personnes étaient impliquées. Les mêmes services ont également enregistré un préjudice de plus de 20 milliards de dinars lié à l'abus des biens sociaux à des fins personnelles dont les auteurs, au nombre de 29, sont des responsables d'entreprise ou de collectivités locales.
La police judiciaire a estimé à près de 2 millions d'euros et 9 millions de dollars les sommes transférées vers l'étranger par des particuliers grâce à la complicité de certains banquiers . Dans le cadre des enquêtes préliminaires, 369 personnes ont été arrêtées pour dilapidation de deniers publics dont le montant a été estimé à plus de 13 milliards de dinars. Fausses domiciliations bancaires, surfacturations, non paiement des fournisseurs étrangers, sociétés fictives, faux et usage de faux, prêts complaisants, fausses garanties, abus de confiance….sont les principaux moyens utilisés pour " voler "…actions facilitées par la cupidité de certains responsables de banques, mais également par l'absence ou le laxisme du contrôle interne.
Même les recettes communales n'on pas échappé à l'hécatombe : Ainsi, durant les cinq premiers mois de l'année 2006, les services de police ont découvert un trou financier de près de 550 millions de dinars dont les auteurs se comptent parmi les hauts cadres des collectivités locales et les présidents d'Apc.
Les scandales financiers les plus retentissants ont été, après l' " affaire Khalifa ", les détournements ayant touché la Badr et la Bna (découverts en 2006) avec un préjudice de plusieurs dizaines de milliards de dinars (40 pour la seule Bna), et dont les bénéficiaires sont arrivés, pour certains, à fuir à l'étranger .
Note : - Un décompte, fait par un journal à travers la presse nationale et présenté fin novembre 2006, aboutit à la somme de 54,7 milliards de dinars détournés au niveau des banques (dont la Bna et la Badr avec 40 milliards, suivies par la Bea avec 13 milliards et la Bdl avec 1,7 milliard)