Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Recueil poésie Hamid Larbi- "L'être sans l'ombre"

Date de création: 26-03-2019 16:37
Dernière mise à jour: 26-03-2019 16:37
Lu: 43 fois


CULTURE- BIBLIOTHÈQUE D’ALMANACH- RECUEIL POÉSIE HAMID LARBI- « L’ÊTRE SANS L’OMBRE »

L’Être sans l’ombre. Recueil de poésie de Hamid Larbi (Préface de Arezki Metref. Caricatures de Gyps). Apic Editions, Alger 2018, 400 dinars, 69 pages.

 

Quarante poèmes de Hamid Larbi : Un « florilège de poèmes cursifs, et qui se détendent comme des coups de poing ». Accompagnés d’une demi-douzaine de dessins de Gyps...ce qui en fait, au final, une poésie plus de combat que simplement utilitaire, rappelant au passage les luttes de Kateb, de Sénac et de bien d’autres – ceux ayant pris la langue française comme un butin de guerre - qui ont su « ouvrir le poème comme une nacre » et marier , « en de splendides noces dionysiaques, la poésie, l’amour et la révolution »

Le préfacier a grandement raison d’avoir envie d’adjoindre au titre deux mots : « d’un doute » d’où « L’Être sans l’ombre d’un doute » .En effet, on a à lire de la poésie à l’état pur, très près des sentiments et de la personnalité du poète, et très loin des pesanteurs mercantiles et des vers juteux. Le sens du beau et de l’utile.... à l’humain avant toute chose. Un exemple :

 

Le verbe s’et dispersé

Dans l’immensité

La voie déraisonnable

Du supplice

Le rêve d’humanité agonise

L’érudition se réfugie dans le désert

L’impertinence et l’aisance

Contemplent la misère du monde

 

 

 

 

L’Auteur: Né à Alger, journaliste et poète, vivant et travaillant en France. Auteur d’essais et de recueils  de poésie traduits en plusieurs langues. Plusieurs Prix et membre de l’Académie européenne des Sciences, des Arts et des Lettres.

Extraits : «La poésie est synonyme de permanence, voire de durée, et de densité dans un monde plus que jamais dominé par les sensations éphémères et factices, l’obsolescence programmée, l’émotion formatée et interchangeable, enfin, bref, par une forme d’autodestruction jubilatoire » (Arezki Metref, préface, p 10), « Dans cette disparition de la poésie engloutie dans la béance du renoncement utilitaire, il surnage heureusement quelques maquisards du verbe .........qui tiennent le front d’ un combat qui n’est jamais ni tout a fait gagné ni tout à fait perdu, car c’est le front de la parole profonde et féconde par laquelle tout a commencé » (Arezki Metref, préface, p 11),

Avis :  Pour  régénérer des émotions peut-être perdues.....chaque jour, un verre de poésie !

Citations« Le plus bel océan/Est celui qui n’a pas été traversé/ Les plus belles aurores / Sont celles qui n’ont pas été vécues.... » (p 15), « Le fils : Papa !! Le vert dans le drapeau c’est l’Islam, le rouge le sang des martyrs...et le blanc c’est quoi ? Le père :Le blanc ?Le blanc c’est la couleur des pages officielles de notre histoire !!! » (Dessin de Gyps, p 19),