Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Musique- HIrak mars 2019- Chansons

Date de création: 26-03-2019 16:17
Dernière mise à jour: 26-03-2019 16:17
Lu: 27 fois


VIE POLITIQUE- ENQUETES ET REPORTAGES- MUSIQUE- HIRAK MARS 2019- CHANSONS

 

-Le groupe Gnawa Diffusion vient de lancer (fin mars 2019) sur la plateforme Youtube un single cinglant, intitulé Roho (Partez, dégagez), à l’endroit du pouvoir gérontologique algérien se fossilisant face à un peuple, une jeunesse, revendiquant la liberté, la dignité et le changement radical.

Sur un rythme electro-gnawi-berouali, le leader de Gnawa Diffusion, Amazigh Kateb, le fils de son père – l’immense écrivain et dramaturge Kateb Yacine, l’auteur de Nedjma – assène des paroles contestataires de Rohoau vitriol, pamphlétaires, persiflant le pouvoir gériatrique, policier et orwellien, le népostisme, l’arrivisme, l’injustice : «Roho roho bslama/ partez, bye bye/ prenez avec vous la couronne, le burnous et le turban/ vous avec votre sidkoum (votre patron) de courte de taille/ détalez avant que le tarif n’augmente/ il n’y aura ni calife ni califat/ ô ceux qui manquent de foi et d’hygiène/ nous avons été patients et vous nous avez traités de froussards/ roho roho (partez), ça y est l’histoire s’est achevée/ nous nous sommes tus 20 ans, assez/ la fête est finie/… Roho Roho (partez), ça vaudrait mieux pour vous/ vous nous avez dit on voudrait prolonger d’un demi-mandat/ pour nous entourlouper finissant en partie de carte ”ronda”/ vous avez trahi le serment/ et ce n’est pas un seul mandat/ 20 ans/… ils sont sortis les Algériens/ on a commencé à quitter les chaises/ à ouvrir les dossiers/ ô ceux qui ont tout raflé/ il faut oublier/ cédez la place/ ô cupides, vous allez finir à la soupe (tribunaux, prison)/ vous avez régné avec le bâton/ sans ménagement ni respect/ vous avez nui au palais de la Présidence/ Celles-là, ce sont de nouvelles générations/ elles sont venues renverser cette règle (le pouvoir despotique)/ vous avez vieilli/ et prompt rétablissement à Saïda (entendre Saïd, le frère du Président)/ et El Mouradia (palais de la présidence de la République)/ on sait que vous préparez un coup fourré/ pour nous empêcher de continuer/ nous mettre les bâtons dans les roues/ ces imams instruits contre la nation/ la religion en faveur du gouvernement/ «srabess» (les services secrets) tapis dans toutes les institutions/ ils ne foutent rien/ ils ne font que surveiller leur peuple, leurs citoyens/nos enfants sont venus pour vous fermer les arcades (les portes, les issues)/ ô voleurs ô flagorneurs/ ô les cupides/ ô incultes/ ô les ventrus/ ô les voraces/ les jaloux/ vous avez bouffé le pays/ jusqu’à tarir les oueds/ sans ”smir” (comme si de rien n’était)/ prenez le «moudir» (le directeur )/prenez le wali (chef de département)/prenez le ”mir” (le maire)/ un peu de ”cachir” (pâté)/ pour les ”fakakir”/ les criminels/ les assassins/ les traîtres/ ”haggarine” (les oppresseurs)/ les colons/ ô, y en a marre !/ les menteurs/ nous ne vous supportons plus/ et vos bétails/ et vos subterfuges/ et vos manigances/ et vos ”chouakerkoum” (vos tyrans)…»

On n’aimerait pas être un fauteuil roulant pour les autres. Hier après-midi (mercredi 20 mars) , Kateb Amazigh avait posté une vidéo sur son compte Facebook«Salam alikoumtawaana”, azul fellawen, j’espère que ça va… J’ai pris l’avion. Et j’arrive. Je cherche un nouveau ou un ancien quartier. Vous me manquez beaucoup…» Demain, il s’époumonera avec ses frères et sœurs : Roho ! Cela rappelle Barra Barra(Dehors) et Hassbouhoum du regretté Rachid Taha«Nahouhoum, hasbouhoum, (Enlevez-les, jugez-les !) les menteurs/les voleurs/ el haggarine (les oppresseurs)/ les assassins/ les coupables/ les traîtres/ les convoiteurs/ les pourris/ les fossoyeurs/ les gaspilleurs/les destructeurs/ les esclavagistes/les poisseux/les mouisards/ enlevez-les, jugez-les/les fades/les racistes/ les ignorants/ chefarine (les voleurs)/ les égorgeurs/les losers/ les sales/ Nahouhoum hasbouhoum…, les fourbes, les criminels…» Bref, on n’aimerait pas être un fauteuil (roulant) ou à leur place, un siège éjectable. 

Biographie de la première femme alg

Extrait article de Majda Zitouni, El Watan, 22 mars 2019 :

Les marches pacifiques en contestation contre le 5e mandat puis contre le prolongement du 4e mandat que connaît l’Algérie depuis le 22 février sont devenues le lieu de naissance de bien des slogans et autres hymnes.

La mobilisation colossale des Algériens, d’une ampleur inédite, a inspiré de nombreuses initiatives citoyennes et artistiques des deux côtés de la Méditerranée. Les artistes algériens n’ont pas hésité à exprimer leur soutien au mouvement sur les réseaux sociaux mais aussi à travers leur art.

Libérez l’Algérie

Avec le titre « Libérez l’Algérie », le collectif d’artistes algériens, qui a publié le clip musical le 2 mars dernier, a donné par là-même la cadence à de nombreux artistes qui ont suivi.

Allo le système – Raja Meziane

Dans un clip accumulant près de 12 millions de vues, rendu public le 4 mars, la chanteuse algérienne Raja Meziane exprime son mécontentement avec force dans « Allo le Système ! ».

LibertéSoolking ft. Ouled El Bahdja

« En bas ils crient, entends-tu leur voix ? » chante Soolking, un rappeur algérien qui connaît un réel succès en France et en Algérie. En collaboration avec Ouled El Bahdja, le titre « Liberté » a été repris comme un hymne par les millions d’Algériens sortis manifester ce 15 mars et la vidéo a atteint près de 18 millions de vues sur YouTube.

RohoGnawa Diffusion

Le groupe algérien Gnawa Diffusion revient avec un nouvel album dont le premier titre dévoilé le 19 mars s’intitule « Roho », partez. Amazigh Kateb, le chanteur du groupe, a publié la vidéo sur une page dédiée au titre afin d’encourager « une information continue de la vie du titre ».

Algerie Mi amor – L’Algérino

Le 11 mars, le rappeur franco-algérien L’Algérino a sorti « Algerie Mi Amor ». L’artiste reprend les somptueuses images de Yann Arthus-Bertrand tirées du film-documentaire « L’Algérie vue du ciel » et les accompagne de paroles en français et en dialecte algérien, rendant hommage à son pays d’origine.

TilleliAllaoua

Avec son titre « Tilleli », liberté en tamazight, Allaoua n’a pas laissé passer sa chance de chanter pour son pays et de rejoindre le mouvement de contestation. C’est sur une mélodie dansante et joyeuse qu’il chante « l’Algérie aux Algériens, l’appel réveille tous les miens ».