Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Idée de Conférence nationale mars 2019- Ferhat Abbas : Précisons

Date de création: 26-03-2019 16:10
Dernière mise à jour: 26-03-2019 16:10
Lu: 43 fois


VIE POLITIQUE-OPINIONS ET POINTS DE VUE-  IDEE DE CONFERENCE NATIONALE MARS 2019- FERHAT ABBAS : PRECISIONS

 

 

Point de vue (in El Watan, 17 mars 2019)

Rappel à monsieur Lamamra

Par Nassim Abbas , Neveu de Ferhat Abbas

abbas1899@gmail.com

 

 « Dans son intervention le 13 mars 2019 sur les ondes de la Chaîne 3, M. Lamamra, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, estimait que «la conférence nationale  serait un héritage de cette magnifique organisation sur la discussion et l’adoption de la Charte nationale de 1976», il oublia d’ajouter qu’elle fut l’œuvre principalement de M. Simon Maley, directeur de la revue Afrique-Asie, pour l’imposer au peuple algérien afin de légitimer le pouvoir personnel. Funeste héritage, qui mit le peuple devant le fait accompli.

Pour que les auditeurs aient une compréhension plus juste et audible, il aurait fallu par honnêteté intellectuelle contextualiser l’événement. Ironie du sort, c’est le 16 mars 1976 que se sont réunis les dignes représentants du Mouvement national et acteurs du FLN en lutte – Ferhat Abbas pour l’UDMA, Benyoucef Benkhada et Hocine Lahouel pour le PPA/MTLD, ainsi que le cheikh Kheirredine pour les Oulémas –, ils rejetèrent cette mascarade et lancèrent l’«Appel du peuple algérien» aux dirigeants de l’Etat, dans lequel ils expriment le même engagement qui a marqué toute leur vie militante pour l’avènement de l’Etat de droit, fondé sur les libertés démocratiques, la préservation de la paix et la construction du grand Maghreb. Ils furent mis en résidence surveillée et leurs biens confisqués.

Bel exemple  de liberté d’expression ! Cet Appel, dans lequel ils réclamaient l’élection d’une Assemblée constituante souveraine, seule apte à voter un pareil document, garde à l’heure actuelle une valeur éminente qui répond en écho à la «Lettre aux députés» de Ferhat Abbas lors de sa démission de l’Assemblée constituante et législative,  au soir du 12 août 1963, où fut opéré un coup d’Etat contre les institutions démocratiques et les libertés, entraînant le gel de la grande espérance née de l’indépendance.

Ce  message de mars 1976 n’aura pas été vain, car toujours tourné vers la consécration définitive de la démocratie comme modèle de gouvernance le plus viable, dont la source est la souveraineté du peuple et l’alternance au pouvoir comme règle immuable de gestion. Cette évocation pourra contribuer, nous l’espérons, à éclairer la jeunesse sur un pan de son histoire que l’on semble vouloir toujours lui cacher et que des chartes, Constitutions écrites dans les antichambres du pouvoir et officines occultes, nous ont menés aux impasses et crises actuelles. Abandonnons à jamais ce modèle d’héritage pour demeurer des hommes responsables, libres et respectueux des droits et des libertés d’autrui »