Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Récit Youcef Mehenni " Mémoires insolites"

Date de création: 04-01-2018 13:16
Dernière mise à jour: 04-01-2018 13:16
Lu: 4 fois


RELATIONS INTERNATIONALES- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- RECIT YOUCEF MEHENNI- « MEMOIRES INSOLITES  »

Mémoires insolites. Récit de Youcef Mehenni. Casbah Editions, Alger 2017, 173 pages, 700 dinars

Un récit de vie linéaire ! Pas tranquille du tout, mais sereinement contée.

Tout d’abord l’enfance dans un petit village accroché au flanc d’une montagne « chauve », dominant la vallée de la Soummam. Une vue plongeante et panoramique. Et, surtout cet irrépressible envie de  tenter , par tous les moyens , de voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs et, surtout, si la mer existait vraiment. Une escapade d’enfant qui finit, heureusement, très bien....grâce au juif de Bougie Bakri et son vieux camion chargé de bois.

Ensuite, c’est le maquis avec l’Aln en wilaya III sur les hauteurs de Bouira. Une vie faite de marches, d’accrochages, de batailles (« Le repaire des chacals », p 35 à 70) ,  de souffrances, , d’amitiés, de courages....et, aussi, de joies simples mais bénéfiques pour le moral .

Puis, c’est le départ pour soins en Rda , pris en charge par la Fédération des syndicats libres est-allemands, la Fdgb.....dans un avion d’Alitalia, à partir de Tunis, ...et  « tout surpris d’entendre le commandant de bord souhaiter la bienvenue à bord à nos amis combattants algériens »....et accueillis , avec un certain faste, à Berlin,  par les étudiants Hachemi Bounedjar et Djamel Ould Abbès (tiens, tiens !)

Ensuite, c’est l’Indépendance  et un court passage en tant que rédacteur reporter à « La Dépêche d’Algérie » (appartenant alors à l’armateur C. Schiaffino), puis « Le Peuple »  . La couverture de voyages officiels. Des rencontres :Kaid Ahmed, A. Bouteflika, Tedjini Haddam, Tito, Ben Bella (qui a rencontré secrètement de Gaulle lors du retour d’un voyage à  Belgrade, mais « France Soir » avait publié l’info’)  Des  évènements et des personnalités inoubliables: Jacques Berque, Amar Ouzzegane ,Mgr Duval...... . La couverture des travaux de l’Assemblée constituante : Hocine Ait Ahmed,. Ferhat Abbas....

Enfin , la carrière aux Affaires étrangères : Allemagne, New York, Vietnam, encore l’Allemagne, Ministère.... Tout cela truffé d’anecdotes délectables, parfois cocasses  (Giap à Alger ...sa première visite officielle en janvier 1976.... fêtant , sur les « hauteurs » de Bouzaréah, la fin de la guerre comme il se devait............Pierre Chich, journaliste algérien de l’Aps, de confession israélite se voyant refuser une bière au Novelty –car il ressemblait trop à un Arabe - durant la période de la « prohibition » décrétée alors par Ben Bella, Ait Ahmed s’exprimant en anglais et citant Shakespeare à l’Assemblée et Ferhat Abbas le rappelant fraternellement à « l’ordre ».......Les harragas  sans papiers en Allemagne fournissant des parentés fantaisistes. Ex : untel, fils de Chadli Bendjedid et de Zahia Benarous....un autre, fils de Yasser Arafat....Le comportement étrange d’un couple de jeunes Iraniens juste avant l’atterrissage à Téhéran.....). Il y eut aussi de moments émouvants comme la manifestation anti-terroriste des Algériens résidant à Berlin en 1997  , répondant ainsi à une « manifestation » organisée en faveur des islamistes par la mosquée (iranienne) de Hambourg

L’Auteur : Né à Akabiou (Bejaia) en 1936. Moudjahid à partir de 1955 au sein de l’Aln (wialya 3)....envoyé en 1961 , pour se soigner, en RDA. Puis à Prague et en Urss pour une formation de journaliste. L’Indépendance ! Journaliste puis diplomate durant 36 ans.

Extraits: « La vie (...) était jadis monotone. Seuls des mariages, des fêtes religieuses interrompaient quelquefois le train-train quotidien.....Nous avions si peu de sources d’imagination pour animer nos rêves » (p 13) , « Le train longeait les berges de la Soummam deux fois par jour. Il exerçait sur nous une véritable fascination. Dans les deux sens, son terminus c’était la mer » (p 19)  

Avis : C’est, peut-être, ce genre d’ouvrage qui manquait à la littérature algérienne. Pour qu’elle puisse démontrer qu’elle est en « vie ».  Des récits de vie , simplement et clairement présentés, sans prétention d’ « écrivain ».

Très belle photo de couverture prise par l‘auteur lui-même au Vietnam

Ah, si tous nos diplomates à l’étranger (actuellement en retraite et ne craignant  plus l’ « obligation de réserve ») écrivait !On leur pardonnerait bien des choses.