Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Poètes arabes

Date de création: 26-03-2019 15:37
Dernière mise à jour: 26-03-2019 15:37
Lu: 48 fois


CULTURE- POÉSIE – POÈTES ARABES

 

L'année 2019, proclamée Année internationale des langues autochtones sous l'impulsion de l'UNESCO, réaffirme la volonté de la communauté internationale d'aider les peuples autochtones à protéger leurs cultures, leurs savoirs et leurs droits.

 

Dans une déclaration, l'UNESCO affirme que «la poésie, sous toutes ses formes, constitue un outil puissant de dialogue et de rapprochement». 

Cette année, l'UNESCO met en lumière la poésie autochtone, afin de célébrer le rôle unique et considérable de la poésie dans la lutte contre la marginalisation et les injustices, ainsi que dans le rapprochement des cultures dans un esprit de solidarité, selon un communiqué de l'agence onusienne. 

La poésie est une expression intime qui permet de s'ouvrir aux autres. Elle enrichit le dialogue qui est à la source de l'ensemble des progrès de l'humanité et tisse des liens entre les cultures. La poésie est essentielle à la sauvegarde de langues souvent menacées et à la préservation de la diversité culturelle et linguistique. 

Chaque forme de poésie, tout en étant unique, reflète l'universalité de la condition humaine et un désir de créativité qui s'affranchit de toutes les limites et de toutes les frontières, du temps comme de l'espace, affirmant sans cesse que l'humanité forme une seule et même famille. Tel est le pouvoir de la poésie. 

 

Quelques grands poètes arabes :

 

C'est l'UNESCO qui a créé cette action avec pour but de soutenir la diversité des langues à travers l'expression poétique et donner à celles qui sont menacées l'opportunité de s'exprimer au sein de leur communauté respective. La poésie arabe rythme les chansons, panse les coeurs et déclame les douleurs de ses peuples depuis la nuit des temps.

À l’occasion de la Journée mondiale de la poésie, découvrez ou redécouvrez ces poètes qui ont génialement su manier les mots. 

Abou Nawas (747-815) :

Né à Ahvaz dans l’actuel Iran, Abou Nawas est connu comme le poète du vin et des amours.  Il est l’auteur de près de 1.500 vers, qui reflètent la Bagdad cosmopolite de l’époque où il écrit. Son œuvre est dynamique et spontanée, et célèbre les plaisirs que la vie a à offrir. 

Al Mutanabbi (915-965) :

Avec ses 300 poèmes, Al Mutanabbi a fait preuve d’une excellente maîtrise de la langue arabe, improvisant parfois des vers sur le vif. Ses poèmes louent le courage et la bravoure, militaire notamment, et des valeurs telles que la fierté et l’héroïsme. 

Omar Khayyam (1048-1131) :

De Khayyam on retient évidemment non seulement les travaux scientifiques, mais aussi les Rubaïyat, quatrains dans lesquels le poète évoque des thèmes tels que le chagrin et la détresse, l’épicurisme et sa vision de la religion.

Abou El-Kacem Chebbi (1909-1934) :

Influencé par la littérature française du XIXe siècle, ainsi que par les grands écrivains et poètes arabes, les textes du jeune Chebbi tournaient très souvent autour de la romance, mais aussi de la résistance, au moment où la Tunisie était sous protectorat français. Il composa également sur la vie, la mort, la mélancolie, la révolte, et la liberté.

Mahmoud Darwich (1941-2008) :

Le Palestinien reste à ce jour le poète arabe le plus traduit vers l’anglais. Lyrique et éloquent, ses vers font immanquablement voyager les lecteurs en Palestine, dans sa culture, ses terres, ses batailles. Il reçoit de nombreux prix internationaux, et repose désormais à Ramallah au sommet d’une colline donnant vue sur Jérusalem. Ses nombreux poèmes ont été pour la plupart chantés donnant lieu à des tubes marquant de nombreuses générations. Parmi les chanteurs et chanteuses ayant repris des textes de Mahmoud Darwish l’on retrouve: Marcel Khalifa, Magida Roumi, ou encore Oumayma El Khalil.

Maram Al Masri (1962-) :

C’est l’une des poétesses arabes les plus notoires. Syrienne, ses écrits relatent son amour et sa nostalgie pour la Syrie, elle qui s’est exilée en France en 1982.Ses poèmes d'amour, souvent torturés, connaissent un tel succès qu'ils sont traduits dans de nombreuses langues à l'instar de l'allemand, de l'anglais, du catalan, du corse, de l'espagnol, de l'iranien, de l'italien, du macédonien, du maltais, du serbe, du suédois ou encore du turc.