Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Anys Mezzaour- "Entendu dans le silence"

Date de création: 15-03-2019 17:26
Dernière mise à jour: 15-03-2019 17:26
Lu: 51 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHÈQUE D’ALMANACH- ROMAN ANYS MEZZAOUR – « ENTENDU DANS LE SILENCE »

Entendu dans le silence. Roman de Anys Mezzaour. Casbah Editions, Alger 2018, 700 dinars, 203 pages

 

Lui, c’est Amir....un jeune Algérois, abandonné par sa mère et  adopté (par une enseignante de lycée),  informaticien  de formation.....avec du génie en plus .Il est recruté par une entreprise ; une « start-up » d’informatique assez ambitieuse, très ambitieuse, travaillant dans le plus grand secret sur un logiciel pouvant contrôler les flux de tous les  réseaux sociaux et influencer les contenus (dont ceux des services de sécurité et la totalité de l’intranet).

Elle, c’est Melissa, fille de diplomates français en poste en Algérie, ayant fréquenté le lycée Bouâmama (comme Amir sans qu’ils ne se  rencontrent). Elle vit désormais à Paris, des cours à Sciences Po’, chérie par ses parents , ne manquant pas de moyens, boîtes de nuit et salons chics.....tout en  flirtant  avec les idées de gauche, car elle était au courant de sa situation  tout en l’exécrant. Ne militait-elle pas au sein de la section communiste à Sciences Po ‘ ?

Elle part se « ressourcer » en Tunisie, tout en travaillant comme animatrice dans un grand hôtel.

Quel hasard ! Amir est, lui aussi, en vacances (dans le même grand hôtel) pour une semaine .........une semaine offert par ses patrons car il a réussi à produire le fameux logiciel

Ils se rencontrent.......et c’est le coup de foudre .......ou plutôt une étrange attirance l’un pour l’autre.

La suite relève du roman policier avec des enlèvements, des poursuites, des menaces, du chantage, des coups de feu.......En fait, un immense complot.....s’approprier le fameux logiciel pour créer le chaos, la guerre généralisée et la prise de pouvoir .....au niveau mondial.

La fin, c’est l’échec de la tentative .....grâce à Amir et à Melissa (et à son père, l’Ambassadeur français à la retraite, toujours bien introduit), l’arrestation des comploteurs. Bien sûr, on eut droit à quelques combats entre pays (dont l’un entre la France et l’Algérie)....

Attendez, ce n’est pas fini.........car effectivement, il y eut complot.......et cela remonte à loin, durant la décennie rouge.....avec le viol d’une jeune fille par des terroristes. Heureusement,  tout est bien qui finit bien...........sous le soleil de Rio

 

L’Auteur : en novembre 1996 à Alger. Premier roman en 2013 :début d’une trilogie, « Le lien des Temps » : 2015 puis 2016. A introduit le genre de la fantasy dans la production algérienne . Prix L’ivrEscQ du jeune écrivain algérien en 2014. Actuellement, étudiant en relations internationales à Lyon (France)

 Extraits : «Il était dos au mur. Et il voulait l’argent. Il lui permettrait de sortir à tout jamais de la pauvreté........Il s’apprêtait aussi à trahir la confiance qu’avait placée en lui son patron. Encore un pêché selon les préceptes de l’islam. Pouvait-il se permettre de risquer l’enfer pour une meilleure vie sur terre ? » (p 91) 

Avis :Une histoire « tirée par les cheveux » mais un roman-fiction peut se permettre cet écart , l’essentiel étant d’être bien écrit. Un genre qui manquait au paysage éditorial.....une littérature de loisirs appelée à beaucoup de succès......A lire  les pieds dans l’eau et la tête dans les nuages ou, aussi, par les « fans » du complotisme. Pour bien comprendre la fin, bien lire et bien retenir le début .Et, surtout –si vous n’avez pas de dictionnaire - ne pas trop s’appesantir sur les extraits (nombreux ) de chansons en anglais

Citations : « Comment faisaient les autres pour être heureux ? Peut-être qu’ils ne l’étaient pas. Les pauvres se plaignaient de leur misère. Les riches se plaignaient de leur opulence. Certains n‘avaient pas quoi se mettre sous la dent ni un toit pour dormir. D’autres rompaient avec leur copain  à bord d’une Ferrari au centre de Paris. Oui, il faut de tout pour  un monde » (pp 51-52), « Nous ne sommes peut-être  pas les meilleurs en football, mais s’il y a une chose que nous savons faire et pour laquelle nous avons de la sympathie de tous les peuples, c’est résister » (p 129), « Il n’y a pas de plan concerté pour manipuler les individus. Il n’y a que l’être humain dans sa plus complexe psychologie, ses plus fausses perceptions et son plus intense égocentrisme » p 164), «  Internet et les réseaux sociaux ont tué l’expérience du sublime, la spiritualité et la réflexion. Mais seulement quand ils sont mal utilisés » (p 166), « Le sang et les idées étaient deux choses différentes, nul ne pouvait prévoir le résultat de leur mélange » (p 194).