Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Hadir Riadh- "Pupille"

Date de création: 19-12-2017 11:25
Dernière mise à jour: 19-12-2017 11:25
Lu: 4 fois


SOCIETE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN HADIR RIADH- « PUPILLE »

Pupille. Roman de Riadh Hadir. Anep Editions, Alger 2017, 800 dinars, 214 pages .

Un roman d’anticipation, de fiction accompagné d’une satire sociale ayant pour cadre une société imaginaire régie par des pouvoirs totalitaires - chacun à sa manière -  invisibles mais dont les  idéologies dominantes (libertaire ou religieuse ou collectiviste..) sont là, toutes néfastes. Ce qui fait qu’il  y a plusieurs sujets dans le sujet . Le livre plonge le lecteur dans un monde qui connu une grande guerre (nucléaire)  qui a entraîné  son partage  en plusieurs Etats : l’Union occidentale, le Nouveau Maghreb, l’Union des Tribus arabes, le Grand Empire chinois.....et, juste à côté , bien sûr, le Pays Kabyle (fournisseur de l’huile de contrebande la meilleure ... « n’ayant rien à voir avec cette bouillie catalane importée d’Occident » ) ....et une bonne partie du monde irradiée.

Il y a,  bien sûr, une histoire : celle d’un orphelin né et vivant en Union Occidentale qui se voit « renvoyé » dans le pays de ses    parents, au Nouveau Maghreb. Le processus d’adaptation n’est pas facile, entraînant , peu à peu, le désir de fuir un monde totalement dirigé par l’extrêmisme religieux. Il a  été donc obligé d’apprendre la langue arabe, à faire les prières et ....avant tout cela, à passer par une purification qui n’est autre que la circoncision.

La fuite, une « harga »  (un ami et ...une jeune fille désireuse de découvrir un autre monde, plus libre) ...pour l’Union occidentale est programmée......mais elle sera assez vite contrecarrée, tout le territoire étant surveillé par des drones. Ils découvriront alors des résistants vivant sous les sables du Sahara et qui les aideront ....puis, au-delà, une  Afrique subsaharienne  que l’on croyait irradiée, disparue, effacée du monde,  un autre pays, inconnu de tous, construit par les « occidentaux d’ascendance africaine ». Enfin l’harmonie ?



L’Auteur : Né en juin 1982 à Oran .Un long parcours de graphiste. Finaliste au Prix littéraire Mohammed Dib (octobre 2016) , figurant parmi les quatre œuvres sélectionnées en langue française . Premier roman.

Extraits «  C’est étouffant ici. Sous couvert de religion , tout le monde peut se mêler de ta vie, intervenir dans tes affaires. On vit tous dans la peur qu’un jour quelqu’un nous accuse de quoi que ce soit d’irréligieux et qu’on se retrouve fouetté, amputé ou lapidé » (p 113) , « Un peuple qui a peur des histoires est voué à l’extinction. La pérennité est la grande sœur de la rébellion, et l’évolution sa cousine » (p 191).

 Avis : Construction (volontairement ?) compliquée d’où une lecture quelque peu difficile. Il suffit seulement de dépasser les premières pages pour se plonger dans un autre monde. Belle couverture !

 Citations «  Pour mériter sa place dans le monde, il est bon de montrer que l’on n’est pas trop concerné par des banalités aussi dépassées que la politesse » (p 150) , « La cupidité est de ces choses qui accélèrent un dénouement souvent vers la direction souhaitée par l’offrant » (p 171), « Les guerres(...), c’est rentable quand on se pointe après les combats pour reconstruire » (p 191)