Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Biographie Said Sadi- "Chérif Kheddam...."

Date de création: 28-02-2019 12:59
Dernière mise à jour: 28-02-2019 12:59
Lu: 3 fois


CULTURE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- BIOGRAPHIE SAID SADI- « CHERIF KHEDDAM.... »

Chérif Kheddam. Abrid iggunim. Le chemin du devoir. Biographie et témoignages par Said Sadi. A compte d’auteur, Alger 2017, 1 200 dinars, 455 pages

Il est né un jour de janvier 1927 à Bou Messaoud , un petit village haut perché de la Grande Kabylie niché au cœur du massif du Djurdjura, dans une famille paysanne très modeste, maraboutique (donc sinon conservatrice , du moins rigoriste) ....et après,  sept années d’études religieuses dans une zaouia (Boudjellil) ....  Première rupture : à dix-sept  ans, il prend , comme beaucoup d’autres , en ces temps d’oppression et de misères,  le chemin de l’exil. Alger, puis la France en 1947. Avec l’accord de son père qui, au fond de lui-même , voulait certainement en faire un imam.

Il est décédé en France un jour de janvier 2012  (sa santé –il ne vivait qu’avec un seul rein et les séances périodiques de dialyse l’épuisait - avait commencé à décliner à partir de 1995) et il sera enterré dans son village natal qui , tout au long de sa itinéraire  ,n’a jamais quitté l’âme de ses chansons et de sa musique.

Il avait hérité de la sensibilité de la mère qui l’avait , comme toutes les mamans berbères, bercé en chantonnant. Premier disque 78 tours enregistré.....seulement en 114 exemplaires..et sans faire figurer  son nom sur la pochette. « Par modestie ou  prudence sociale » mais   « une astuce marketing (involontaire ?) qui provoqua intérêt et demande du public ».

Le reste est « une succession de ruptures » qui l’amèneront, lui, « l’homme à la fierté muette », le toujours « solitaire et solidaire » (il aurait pu avoir pour devise de vie : « Agir seul mais toujours demeurer disponible pour l’autre ») , à la reconnaissance d’un public de plus en plus large , à la renommée –en Algérie et en France - et, surtout, au grand respect de son peuple. : Déjà solidement installé sur la scène musicale kabyle, il rentre à la radio nationale (la Rta)  en 1963 (chaîne kabyle qui deviendra la II.....une « institution politiquement tolérée faute de mieux ») . Là, surtout lorsqu’il est chargé du « Bureau musique » ,  il croisera, soutiendra et encouragera bien des talents émergents ou confirmés.....dont Mohamed Iguerbouchène, lui aussi rentré au pays, Cheikh Nordine, Mohamed Hilmi, Akli Yahyaten, Nouara......et beaucoup de « maquisards de la chanson ». Et, plus important encore à signaler, il se rapprochera des jeunes étudiants kabyles animateurs du mouvement culturel amazighe naissant (dont l’auteur). Cela lui permis de rencontrer et de chanter –entre autres - devant plusieurs centaines d’étudiants (1200) , à la salle de cinéma (700 places disponibles)  de la cité universitaire de Ben Ak’ avec ......Taos Marguerite Amrouche, invitée alors au Festival panafricain de la culture de juillet  69  mais, écartée du programme officiel...sur instruction de Boumediène lui-même, au grand regret  de M-S Benyahia, alors ministre de l’Information et de la Cultureur .

« Témoin et acteur primordial de son temps »,il résistera , durant les années 90, à la vague de « ceux qui avaient déclaré la guerre à la liberté , au beau et à la raison ». Ainsi, pour « relooker l’image d’un pays dévasté », il annonce son retour sur scène (conférence de presse en janvier 1996) et le  23 juin 1996, accompagné par l‘Orchestre philarmonique international, il anime un fabuleux concert au Palais des Congrès de Paris (3500 places...et 4000 spectateurs). La quasi-totalité des jeunes chanteurs (dont Matoub Lounès) sont présents.

La suite de sa vie est bien remplie avec, toujours, une fidélité sans faille à son  engagement politico-culturel.

 

L’ Auteur : Médecin psychiatre, membre fondateur de la Ladh, à l’origine de la création de la première section d’Amnesty International en Algérie, plusieurs fois emprisonné (car très tôt engagé dans le combat pour la réhabilitation de l’identité amazighe et la défense des droits humains) , fondateur (en février 1989) du Rcd qu’il dirigera jusqu’en mars 2012. Deux fois candidat à l’élection présidentielle, élu deux fois député à l’Apn.....auteur de plusieurs ouvrages

Extraits : « En Kabylie, où vivre signifie violence et combat contre l’autre, famine ou maladie, on n’exhibe pas son intériorité, on ne confie pas ses sentiments, heureux ou pénibles » (p 275), « Cinq anq après sa disparition et jusqu’à plus ample informé, aucune rue ne porte le nom de Chérif Kheddam, aucune place ou édifice public ne lui a été dédié » (p 440)

Avis : Une grande aventure humaine , culturelle et  artistique.....et, aussi, politique. Selon l’auteur,  Chérif Kheddam, en  « ouvrant , pour les nouveaux chanteurs, l’école musicale qui a marié l’esthétique et le combat, fut le quatrième pilier qui a porté la plate-forme politique et doctrinale sur laquelle prendra appui la jeunesse estudiantine qui a lancé le mouvement culturel berbère »

 Citations : « L’échec engendre la violence et la violence , accentuant l’échec, entretient la gouvernance de l’abus » (p 16), « Quand le pouvoir et la société font cause commune, il reste le dialogue avec soi-même. Galilée avait ses certitudes, le chanteur peut parler à son compagnon de travail. Sans médiation, l’instrument ne trahit pas. Lui, au moins, vibrera selon les impulsions de l’artiste » (p 216), « Du courage, il y a en eu une telle consommation pendant la guerre qu’il ne doit plus en rester grand-chose dans cette société » (Taos Marguerite Amrouche, p 263)