Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Belaid Abdesselam- "Chroniques et réflexions inédites...."

Date de création: 22-11-2017 18:23
Dernière mise à jour: 22-11-2017 18:23
Lu: 3 fois


HISTOIRE- ESSAI BELAID ABDESSELAM- « CHRONIQUES ET REFLEXIONS INEDITES...... »

Chroniques et réflexions inédites sur des thèmes sur un passé pas très lointain . Essai de Bélaid Abdesselam. Dar Khettab , Boudouaou 2017, 425 pages (+ annexes de 12 pages  et album photos –plus de cinquante-  de 12 pages) , 1 500 dinars.

Belaid Abdesselam est, sinon le seul, du moins le premier chef de gouvernement (en Algérie ? au monde ?) à avoir publié tout un ouvrage sur internet ......ayant un titre assez révélateur de sa personnalité connue pour être assez réactive : « Pour rétablir certaines vérités sur treize mois à la tête du gouvernement : juillet 1992-août 1993 ». L’ouvrage, tombé dans l’oubli de la Toile, grande avaleuse de textes et encore plus grande productrice de « trous noirs », il ne manque pas de se rattraper aujourd’hui  avec un produit assez lourd. Des sortes de points de situation certes , mais surtout des points sur les i. A sa manière : de tout un peu sur presque tout. Des informations, des faits, beaucoup de noms et énormément de « réflexions » (des jugements ?) .Tout particulièrement sur ce qui lui a semblé être allé à l’opposé de ses idées et contre tous ceux qui ,de façon franche ou déguisée, auraient  contrecarré ou nui à ses actions. D’où beaucoup de gens passés à la moulinette (à l’exception de qui vous savez !): les communistes (mais pas le modèle de croissance industrielle de l’Urss) , le Pags, Cheikh Brahimi, les Oulémistes, les Udmistes, Ferhat Abbas,  les « prétendus journalistes indépendants », les anti-nationalistes, les pas patriotes, les pas boumediènistes, la « bande des huit » (après le décès de Boumediène), Chadli et les pro-Chadli (surtout « les collaborateurs à la fois zélés et serviles »), A.Mehri, Ahmed Taleb Ibrahimi (une immense « rancune » estudiantino-politique qui date des années 50), la laïcité, les « assimilationnistes », les « démocrates »  ......et même les citoyens -« consommateurs » qui sont « allés dans le sens de l’avidité » provoquée par l’opération « appelée pompeusement Pap », Hamrouche, les « experts », la presse indépendante, Chawki Mostefaï......et même Ghozali  . Beaucoup de monde pour ne pas dire presque tout le monde , pour la plupart décédés.........en  vingt-deux chroniques (en dehors de celle consacrée à sa naissance), certaines assez courtes, d’autres bien longues. Peut-être trop.

L’Auteur: Né à Ain Kebira (officiellement)  en juillet 1928 avant ou après un Aïd (d’où le prénom) ......dans une famille issue de d’Ighil N’sedda (du côté de Bouadnan) -  et dont les ancêtres seraient originaires de Seguia El Hamra -  le  père ayant beaucoup voyagé à travers l’Algérie ,dans le cadre de ses activités de commerçant.

Militant actif au sein du Ppa (il  a été membre du Comité central dans les années 50) puis  du Mtld avant de rejoindre le Fln en mai 55,  ancien président de l’Aeman (51-53), membre fondateur de l’Ugema (53-55) , collaborateur du Gpra puis de l’Exécutif provisoire (58-62) , Directeur général (le premier) de Sonatrach (64-66)  ,  ministre de l’Industrie et de l’Energie (du temps de Houari Boumediène, 65-77)  puis des Industries légères (77-79) , Premier ministre (du temps de M. Boudiaf et du Hce, durant treize mois :juillet 92-août 93) .......auteur de plusieurs ouvrages

Extraits : « Si ce pouvoir central (de Ben Bella et de Boumediène), installé en Algérie après Juillet 1962, croit devoir inscrire à son actif la résorption du wilayisme, il doit aussi porter à son passif de l’avoir créé et avivé . Il n’avait fait que réparer les pots qu’il avait contribué à casser » ( p 35) , « Il n’y a rien qui déplaise tant aux militants de base d’une organisation , surtout lorsqu’il s’agit d’une organisation de jeunes et d’étudiants, que le sentiment que leurs dirigeants élus travaillent ou donnent l’impression , à tort ou à raison, de travailler d’abord à mettre en valeur leur propre personne » (p 185), « Je ne dispose d’aucun relais médiatique pour y exposer mes points de vue et mes opinions. La seule chose qui m’est offerte à ce sujet, ce sont les livres que je publie »( 249), « L’Algérie , au terme de la période correspondante à la durée de Chadli Bendjedid, était arrivée, sur le plan international, à la situation d’une personne privée qui, ayant des besoins pressants d’argent s’adresse à l’institution appelée communément « Mont de Piété » où elle obtient quelque argent en déposant des gages dans un geste de détresse » ( p 317)

Avis : Ouvrage à ne pas rater car extrêmement riche en informations sur des sujets très importants aujourd’hui oubliés (parfois volontairement par les « anciens » et méconnus par les nouvelles générations d’ « experts »)......tout en mettant de côté le sentiment de malaise qui risque de vous submerger et tout en comparant continuellement son contenu (les informations) avec tout ce que vous avez déjà lu ou entendu sur tous les sujets abordés.....les réflexions appartenant à l’auteur.Très belle couverture....photographie bien choisie et bien « lisse » ....titre trop long.....et prix élevé

Citations « Le chemin de la trahison est une pente glissante qui contraint ceux qui s’y engagent à aller jusqu’à la vilénie » (p64) , « Les détenteurs des armes (« suite au processus qui devait conduire à la cassure de janvier 1992 ») sont devenus, ainsi, dans le langage convenu de la classe politique et de l’opinion ceux que l’on affublait pudiquement du vocable « les décideurs » (p 325)