Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Récit Aziz Begag - "La guerre des moutons"

Date de création: 21-02-2019 18:52
Dernière mise à jour: 21-02-2019 18:52
Lu: 48 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- RECIT AZOUZ BEGAG- «  LA GUERRE DES MOUTONS »

La guerre des moutons.  Récit autobiographique de Azouz Begag. Casbah Editions  , Alger 2008  (  Déjà paru en 2008 chez Arthème Fayard, Paris), 316  pages, 750 dinars (Publié in Le Cap magazine, n° 33)

Vous vous souvenez de lui ? Lui, c’est Aziz Begag ,un français fils d’immigrés sétifien ,  le premier jeune beur à faire partie d’un gouvernement français, celui de Villepin. Pas de bol pour lui, il avait à ses côtés un collègue pas commode du tout  , un ministre de l’Intérieur très remonté contre les jeunes des banlieues  et des bidonvilles , Nicolas Sarkozy ,et aussi bien d’autres qui , à vrai dire , ne portaient pas les beurs dans leur coeur (déjà, un certain Hortefeux qui se croyait au gouvernement comme dans une Sas  de l’époque). Certains étaient même un tantinet racistes. Désigné comme ministre de l’Egalité des chances (c’est quoi ce truc là?), “sorti” des bidonvilles (on se souvient de son roman, et du film “Le gone de chaâba) , devenu grâce à ses efforts et à des qualités indéniables, écrivain et  chercheur.

Hélas pour lui, la politique n’est pas faite pour les sentimentaux…..et il ne l’a pas très vite compris. Il devient donc assez vite l’empêcheur de tourner en rond , s’opposant, à cause de sa trop grande humanité , à tous les Ump….istes de droite qui cherchaient , en ratissant large, à “flirter” avec des électeurs lepenistes, et plus particulièrement le candidat à la présidentielle. 

Sentimental, il s’était aperçu aussi qu’il manquait , parfois, de courage pour affronter directement les situations difficiles. Il le raconte bien quand il a voulu (il ne voulait pas, mais il n’a pu arrêter la machine éditoriale) publier son livre “Un mouton dans la baignoire”, ce qui a entraîné sa démission ( il avait , entre-temps , pris parti pour le candidat centriste Bayrou)

. A lire, par curiosité. Bien écrit mais beaucoup (trop?) de jeux de mots et e belles petites formules…qui visent juste parfois (ex: “Avec l’Associé du Diable, les règles du jeu étaient claires : tu es avec moi, je te fais roi, tu es contre moi, je te fais la peau” ou encore “La Démocratie commence à vivre pour de bon quand on est à trois, à puissance égale…et bipolariser la vie politique, c’est pour mieux la lobotomiser” ou “dans une maison , quand le tic-tac mécanique a remplacé les cris ‘enfants, c’est que la mort a commencé à jeter ses filets”) mais qui “tapent” à côté souvent. Franc, il se confie entièrement, avouant même ses “lâchetés” , ses trouilles et ses évitements…ce qui lui a joué bien des tours et a causé peut-être sa perte politique.