Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai M. Teguia- "L'Aln en wilaya IV"

Date de création: 16-11-2017 18:06
Dernière mise à jour: 16-11-2017 18:06
Lu: 6 fois


HISTOIRE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI M. TEGUIA- «  L’ALN EN WILAYA IV »

L’Armée de Libération nationale en wilaya IV. Essai de Mohamed Teguia (préface de Madeleine Rebérioux) . Casbah Editions, Alger 2006, 350 dinars, 238 pages.

 La Wilaya IV a été une des plus importantes composantes de l’organisation du Fln/Aln. En raison de sa situation géographique correspondant à la zone de l’Algérois, à forte concentration européenne (et , par voie de conséquence, rapidement, militaire), elle était particulièrement exposée aux coups multiformes de l’armée coloniale.

Au 19 mars 1962, elle se composait de 6 zones : La zone 1 comprenant l’est de la Mitidja et de l’Atlas blidéen ; la zone 2 , la plus vaste,s’étendant de Sidi Fredj au nord à Ksar Chellala au sud ; la zone 3 ayant en charge la rive guache de la vallée du Chelif, tout le massif de l’Ouarsenis oriental et une partie de la plaine du Sersou ; la zone 4 comprenant l’est du massif du Dahra au nord et la rive droite de la vallée du Chelif ; la zone 5 se composant essentiellement du massif où est niché Aumale (Sour El Ghozlane) et la steppe alfatière au sud ; enfin la zone 6 (créée fin 1960) englobant Alger, une partie du Sahel et de la Mitidja

Une wilaya qui a eu des djounoud courageux et des chefs glorieux, tous des héros, dont beaucoup, hélas , ne connurent pas la joie de l’Indépendance : Bitat, Ouamrane, Slimane Dehilès (Si Sadek), Ahmed Bougara (Si M’hamed), Mohamed Zamoum (Si Salah), Djilali Bounaâma (Si Mohamed), Youcef Khatib (Si Hassan)....On chante , aujourd’hui, encore, pour certains d’entre-eux, chez ceux qui  ont conservé la poésie orale, leurs hauts faits d’armes.

Elle a eu , aussi, un jeune officier de terrain (l’auteur) qui l’a décrite –plus tard dans le cadre de ses recherches et études universitaires -  presque dans ses moindres détails....

Trois grandes chapitres:

 Le premier concerne « 1954 / 1958 : Des premiers coups de feu à l’épopée ». Une vingtaine de sujets : « Des premières actions et l’implantation de l’Aln dans l’Algérois » et « les structures organisationnelles » à « l’ arrestation du commandant Azzedine et la tentative d’une opération « Paix des braves » et « la wilaya 4 et les communistes » en passant par « l’armement de la wilaya 4 le service de progande et d’information , le SPI » et la vie de l’Aln dans ses postes des maquis »

Le second concerne «  Le temps des grandes épreuves ». 13 sujets : Des « services spéciaux français » et « le Plan Challe » , à « l’ organisation des manifestations de masse en 1961 et les négociations » et « la mort de Si Mohamed »,  en passant par « les femmes au maquis de la wilaya 4 » et « les chefs de la wilaya 4 (qui) rencontent De Gaulle »

Le troisième  concerne « la wilaya 4 , du cessez-le-feu à la dissolution », avec deux parties : « Les organisations et le terrorisme ultra » et « la crise de l’été 1962 ».

Ainsi qu’en annexe,  des reproductions de documents plus qu’intéressants, dont beaucoup de documents signées (en 1962) du Colonel Hassan (Youcef Khatib)

 

L’Auteur : Mohamed Teguia (mai 1927-janvier 1988), à la fois nationaliste et communiste  a  –après avoir été  travailleur émigré en France , syndicaliste Cgt et militant au sein de la Fédération de France du Fln – dès 1958, décidé de poursuivre le combat en Algérie même . Il sera officier de l’ALN en wilaya IV(d’abord opérateur dans les transmissions puis responsable du service de la Propagande et l’Information).  Grièvement blessé en août 1961, il est fait prisonnier et interné à Boghari . Il a été auteur d’une thèse de doctorat de 3è cycle en Histoire, soutenue en 1976 avec un jury présidé par Jacques Berque  et parue en 1981 sous le titre « L’Algérie en guerre »  (OPU , 1981, 786 pages dont 171 pages de documents en annexes.....Reproduction du texte alors dactylograpgié. ) qui,selon mes souvenirs avait fait grand bruit et avait eu un large succès dans le milieu des historiens et de la presse car il était le premier « homme de terrain » à décrire , dans ses détails et sans détours, la lutte de libération nationale de l’intérieur du maquis (sous la forme d’abord d’un mémoire de maîtrise à Paris VIII, en juin 1974 : « L’Aln vue à travers un échantillon : la wilaya IV »). Il a été longtemps prof’ à l’Institut des sciences politiques et de la l’Information de l’Université d’Alger.

Pour la petite histoire, il a été   membre de la première Assemblée nationale (septembre 62-Septembre 64)......et membre de l’ORP puis du PAGS, ce qui lui valut un autre internement (juillet 68 à novembre 69) et..... la torture

Extrait: « Mohamed Teguia a voulu écrire l’histoire de la guerre de libération algérienne non pas au sommet où les luttes de pouvoir ont été maintes fois ressassées, non pas dans les villes (.....) ni dans un de ces villages où l’observation ethnologique peine parfois à prendre en charge la politique, mais dans une zone, une wilaya comme on dit depuis le congrès de la Soummam. Et quelle zone ! » (Madeleine Rebérioux, préface, p 9)

Avis :  Si vous avez raté votre guerre de libération nationale ou si vous n’en connaissez pas les détails, rattrapez-vous.....et suivez un grand guide ! En attendant la ré-édition de la thèse (un document rare) , bien plus élaborée.

Citations : «  Chaque responsable qui a vécu ces évènements (crise de l’été 1962) devrait, honnêtement, se reconnaître une part d’erreur......Tous les protagonistes de cette dernière période de l’histoire de l’Algérie auraient besoin de faire leur autocritique » (p 207), « On dit que l’enthousiasme des masses était tombé à la suite de la crise de l’été 1962, c’est vrai. Mais il n’était pas mort. Une étincelle suffisait à le faire revivre, et sans cet enthousiasme, même diminué, on ne comprend pas comment, après tous les coups reçus depuis le cessez –le-feu jusqu’aux lendemains de l’indépendance, le pays ait pu tenir debout » (p 211)