Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Algérie connectivité 2017- Classement Gci 2018

Date de création: 16-02-2019 18:44
Dernière mise à jour: 16-02-2019 18:44
Lu: 34 fois


INFORMATIQUE- ETUDES ET ANALYSES- ALGERIE CONNECTIVITE 2017- CLASSEMENT 2018 GCI

L’Algérie recule de deux points dans le classement international 2018, mesurant la connectivité des pays à travers des indices mesurant les flux internationaux d’échanges commerciaux, de capitaux, d’informations et de personnes.

Notre pays occupe ainsi la 121e place sur 169 pays concernés par le rapport pour les données de 2017, alors qu’elle était classée à la 119e place en 2015. Le classement est publié dans le cadre de la cinquième édition de l’indice de connectivité global (GCI) qui mesure l’état actuel de la mondialisation, ainsi que les classements individuels pour chaque pays, en fonction de l’intensité des flux internationaux, de la répartition géographique des flux, et des connexions internationales des pays.

En matière d’échanges commerciaux, l’Algérie est classée à la 133e place sur 169 pays, en avançant au 99e rang pour ce qui est de l’échange de marchandises, améliorant son score par rapport à la 117e place occupée en 2015. Le pays recule cependant au 158e rang sur 169 pays pour ce qui est des services, soit en net recul par rapport à 2015 (128e). Pour ce qui est de la répartition géographique des flux, la France arrive en première position avec 36% des flux (commerce, personnes, information) suivie de l’Italie avec 9%, l’Espagne (8%), la Chine (7%) et les USA (5%)

En termes d’échanges d’informations, soit la percée d’internet, des appels téléphoniques internationaux et d’échanges de publications, l’Algérie occupe la 130e place globalement, et la 97e place pour ce qui est d’internet. Le pays arrive à la 134e place pour les appels téléphoniques internationaux et à la 147e place sur 159 pays recensés pour les échanges de publications.

Pour ce qui est des flux de personnes, l’Algérie occupe la 108e place sur 119 pays étudiés, en occupant le 110e rang pour les migrants sur 168 pays, et le 62e rang pour les flux de touristes sur 87 pays, et la 122e place sur 144 pays pour le flux d’étudiants étrangers.

Les cinq pays les plus connectés au monde en 2017 selon le rapport étaient les Pays-Bas en tête du classement, Singapour, la Suisse, la Belgique et les Emirats arabes unis. Huit des dix pays les plus connectés sont situés en Europe, ce qui contribue à en faire la région la plus connectée au monde, en particulier pour le commerce et les flux de personnes.

L’Amérique du Nord, leader des flux de capitaux et d’informations, se classe au deuxième rang des régions du monde, suivie du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord au troisième rang.

De façon globale, indique le rapport, «en dépit des tensions croissantes contre la mondialisation dans de nombreux pays, le nombre de connexions a atteint un niveau record en 2017, alors que les flux commerciaux, de capitaux, d’informations et de personnes à travers les frontières nationales se sont tous intensifiés pour la première fois depuis 2007.

Une forte croissance économique a stimulé les flux internationaux alors que des changements politiques-clés tels que les hausses de tarifs américaines n’avaient pas encore été mis en œuvre.» «Même si le monde continue de se mondialiser, il existe encore un énorme potentiel inexploité dans le monde.

Le GCI montre qu’actuellement la plupart des mouvements et des échanges auxquels nous assistons sont plutôt nationaux qu’internationaux, mais nous savons que la mondialisation est un facteur décisif de croissance et de prospérité», explique John Pearson, PDG de DHL Express.

«L’intensification de la coopération internationale continue de contribuer à la stabilité, de sorte que les entreprises et les pays qui adhèrent à la mondialisation en tirent un avantage considérable. «Etonnamment, même après les récents progrès de la mondialisation, le monde est encore moins connecté que la plupart des gens ne le pensent», a commenté Steven A. Altman, co-auteur de GCI, chercheur principal à la NYU Stern School of Business et directeur exécutif du NYU Stern’s Center pour la mondialisation de l’éducation et de la gestion.

Au niveau mondial, le GCI montre, par exemple, qu’environ 20% de la production économique mondiale est exportée, environ 7% des minutes d’appels téléphoniques (y compris par internet) sont internationales et que 3% seulement vivent en dehors des pays où ils sont nés. Le rapport réfute également la conviction que la distance devient de moins en moins pertinente. La plupart des pays sont beaucoup plus liés à leurs voisins qu’aux pays lointains.