Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Chômage 2018

Date de création: 15-02-2019 18:34
Dernière mise à jour: 15-02-2019 18:34
Lu: 68 fois


TRAVAIL- EMPLOI- CHÔMAGE 2018

 

Le taux de chômage en Algérie a atteint 11,7% en septembre 2018, contre 11,1% en avril 2018, soit une augmentation de 0,6 point entre ces deux périodes. Ce sont là les résultats de l'enquête réalisée par l'ONS intitulée “Activités, emploi et chômage en septembre 2018”, repris, hier, par l’APS.
Selon l’ONS, le nombre de la population au chômage a été estimé à 1,462 million de personnes en septembre dernier, contre 1,378 million en avril 2018. L’ONS précise qu’en moyenne, plus d'un chômeur sur deux (56,9%) est un chômeur de longue durée, cherchant un poste d’emploi depuis une année ou plus. Chez les hommes, le taux de chômage a augmenté, passant de 9% en avril 2018 à 9,9% en septembre 2018, a précisé l'Office. Celui des femmes a, en revanche, connu une très légère baisse, passant de 19,5% en avril 2018 à 19,4% en septembre 2018. Reste que, comme à chaque fois, la tranche des jeunes est la plus touchée. Le taux de chômage des jeunes de la tranche d'âge 16-24 ans a atteint 29,1% en septembre dernier contre 26,4% en avril 2018, soit une hausse de 2,7 points.
Pour cette tranche d'âge, le taux de chômage a atteint 24,6% chez les hommes et 51,3% chez les femmes. Quant au taux de chômage des adultes (25 ans et plus), il était de 8,9% en septembre 2018, avec 7,4% chez les hommes et 15,2% chez les femmes. Sur la population au chômage, la répartition selon le diplôme obtenu fait ressortir que
668 000 chômeurs n’ont aucun diplôme, soit 45,7% de l'ensemble des chômeurs. Les diplômés de la formation professionnelle constituent 26,4% (386 000 chômeurs, alors que les diplômés de l’enseignement supérieur forment 27,9% (408 000 chômeurs). L’office a expliqué cette hausse du chômage par la situation du marché du travail en septembre 2018 qui s'est caractérisée essentiellement par une augmentation “relativement timide” (+0,3%) du volume de la population active par rapport à avril 2018, avec un solde positif de 37 000 personnes. Cette timide augmentation est la résultante d’un léger recul du volume de la population titulaire d’un emploi, associée à une augmentation du volume de la population à la recherche d’un emploi au cours de cette même période avec un accroissement de 84 000 personnes.
L’ONS a indiqué qu'en septembre dernier, le nombre de la population active a atteint 12,463 millions de personnes contre
12,426 millions en avril 2018.
Quant à la population occupée, elle a été estimée à 11,001 millions de personnes en septembre dernier contre 11,048 millions en avril dernier, soit une baisse de 47 000 personnes, a noté l'ONS qui relève que cette baisse est observée essentiellement dans le secteur privé.
L’Office relève, enfin, que le secteur privé absorbe 62,8% de l'emploi total avec 6,911 millions de personnes employées, contre 37,2% pour le secteur public qui emploie 4,09 millions de personnes. Le taux élevé de chômage chez les jeunes s’explique en partie par l’incapacité de l’économie à créer suffisamment d’emplois et à promouvoir l’esprit d’entreprise. La croissance en Algérie est peu génératrice d’emplois. Dans son rapport sur les perspectives économiques en Afrique (PEA) pour 2019, la Banque africaine de développement (BAD) a estimé que “la croissance du produit intérieur (PIB) réel, estimée à 2,7% en 2019 et à 1,9% en 2020, semble insuffisante à moyen terme pour améliorer la protection sociale, diversifier l’économie et réduire le chômage”.