Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Actes Association Amis de A.Benzine- " Démographie et/ou développement"

Date de création: 08-02-2019 17:57
Dernière mise à jour: 08-02-2019 17:58
Lu: 17 fois


POPULATION- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ACTES ASSOCIATION AMIS DE A.BENZINE- « DEMOGRAPHIE ET/OU DEVELOPPEMENT »

Démographie et/ou développement .Actes du séminaire (Alger, 4 mars 2017) en hommage à Abdelhamid Benzine sous la direction scientifique de Fatma Oussedik. Editions Association Les Amis de Abdelhamid Benzine, Alger 2018, 93 pages, 400 dinars

 

Un sujet de débat qui n’est qu’apparemment nouveau.....puisqu’il était posé , dans les mêmes termes, affirme Fatma Oussedik , la directrice scientique du séminaire........dans les années 1970, associant démographie et développement. C’est dire qu’il n’est pas encore résolu, se retrouvant posé , peut-être même avec bien plus d’accuité.On parle aujourd’hui (article de presse en janvier  2015) de « bombe à retardement »....avec , bientôt, une progeression de la natalité dépassant le cap du million de naissances par an, l’Algérie occupant , ainsi, le « haut du pavé » mondial en la matière .A vrai dire , une démographie « déraisonnable » étant donné un développement  économique « insuffisant » (en raison, la plupart du temps, sion toujours,  de mauvaises politiques, de mauvaise lois et de mauvaises institutions)

Un débat (le 7è du genre....le premier ayant eu lieu en 2005....tous ayant fait l’objet de publications sous forme d’ «  Actes ») donc, s’articulant autour de cinq   interventions introduites par Fatma Oussedik, chercheurs associée au Cread qui n’est plus à présenter  et qui avait tenu à replacer les enjeux auxquels est confronté notre pays dans un cadre plus large, celui du continet africain auquel il appartient :

Celle de Ahmed Mokaddem qui a livré une histoire des politiques démographiques en Algérie et des réflexions qui aident à répondre à la question : y a-t-il eu une doctrine algérienne de la démographie ?

Youssef Courbage, lui, replace les variables de la démographie au cœur des enjeux culturels et sociaux des populations et présente les contre-transitions démographiques dans les pays arabes

Felwine Sarr, pour sa part, plaide pour une nouvelle approche de ce qui ne s’appellearit pas forcément  le « développement » , mais plutôt le « bien-être » ou le « bien –vivre »

Nacer-eddione Hammouda, de soon côté présente une « analyse de la féciondité »

Quant à Mustapha Omrane, il se penche sur le dividende démographique en Algérie ......et la précision des concepts qui nourissent le débat

 

 

Les Auteurs : Fatma Oussedik (Professeur de sociologie, chercheure au Cread), Ahmed Mokkadem (ancien Dg de l’Ons et ancien chef de cabinet du ministère de la Planification), Youssef Courbage (Démographe, directeur de recherches à l’Ined/Paris), Felwine Sarr (Economiste, professeur à l’université de Saint-Louis/Sénégal) , Nacer-Eddine Hammouda (Statisticien, économiste, chercheur au Cread), Mustapha Omrane (Socio-démographe, chercheur au Cread) 

Extraits : « Ce n’est pas les chiffres de la  population qui causent la pauvreté, mais les mauvaises politiques économiques, les mauvaises lois et les mauvaises institutions (Nicolas Eberstadt, 2009, p 7) , « La révoultion démographique a entraîné des bouleversements des hiérarchies familiales traditionnelles et a eu une forte portée dans la sphère sociale et politique . D’où le cycle des « printemps arabes » avec leurs hauts et leurs bas et les déboires actuels » (Youssef Courbage, p 46)

Avis : Haute teneur scientifique pouvant intéresser aussi bien les chercheurs , les  universitaires enseignants et/ou étudiants en démographie.........que les simples citoyens  car........ tous concernés

Citations : « Le développement est un mot-valise dans lequel on met toutes les aspirations vertueuses de l’humanité. Ce concept tel qu’il est né est devenu idéologique  et on peut le critiquer pour bien des raisons : il implique un retard des pays en développement par rapport aux pays développés , ainsi qu’un mimétisme , une voie toute tracée qui n’est pas la panacée » (Felwine Sarr, p 11), « Si la démographie est une psychanalyse, les comportements des sujets s’inscrivent toujours dans une histoire des personnes et de la société »  (p 12), « Ce sont les décideurs qui décident, ils ont le pouvoir. Ils doivent prendre conscience de l’importance de la population parce que c’est elle qui est l’objet du développement. Un pays se développe pour sa population.Il faut avoir un regard continu sur elle, il faut la considétrer dans la problématique du développement » (Mustapha Omrane,  pp 92-93)