Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essais Amin Khan- "Penser! Eléments pour un manifeste....."

Date de création: 04-02-2019 11:37
Dernière mise à jour: 04-02-2019 11:37
Lu: 28 fois


CULTURE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAIS AMIN KHAN- « PENSER ! ELEMENTS POUR UN MANIFESTE..... »

Penser ! Eléments pour un manifeste de l’Algérie heureuse. Essais (3ème volume de la série « Nous Autres ») sous la direction de Amin Khan. Chihab Editions, Alger 2017. 1 000 dinars, 181 pages

 

Une introduction et dix textes dans un volume qui « rassemble , comme une brassée de bois pour un feu nécessaire, des expériences de vie, des traces de savoir, des éclairs d’intelligence, des témoignages de ce que nous sommes, à travers l’espace et à travers le temps ». Phrases résumant les contributions :

-« Le remède à toute blesssure, c’est « la parole dont l’effet salvateur invitera Aimer à ranimer Penser qui de son côté ne craindra plus d’officialiser Lutter qui, à son tour, délivrera un laissez-passer pour Travailler » ( N. Metahri)

-« Une civilisation qui a perdu le sens de l’Absolu du Sens doit faire face à la dépression car la dépression touche nécessaireemnt à la question des relations que le sujet établit avec les autres, le social et soi-même » (A. Benyacoub)

-« La construction d’un espace politique autonome se fait par la gestion apaisée des structures communautaires dans le cadre d’une pluralité et d’une diversité intégrées et pacifiées... » (A. Hamdi-Chérif)

-« Penser le développement, c’est d’abord penser ce qui pourrait éventuellement advenir ; c’est donc penser ce qui n’existe pas, ce qui est à créer, d’abord par l’imagination » (Amin Khan)

-« Cela peut paraître une évidence que de l’affirmer, mais c’est bien dans la situation coloniale qu’il faut rechercher les fondements de clivages qui ne cesseront de faire valoir leurs effets jusqu’à l’heure » (Aissa Kadri)

-« Critiquer le système qui régit leur pays est un exercice auquel une grande majorité d’Algériennes et d’Algériens se livrent de manière presque quotideinne » (Akram Belkaïd)

-« .....cet océan d’activité intellectuelle silencieuse et plate qu’est devenue l’université algérienne »  (Slim Benyacoub)

-« La poésie, c’est la capacité à dire métaphoriquement le monde, à transcender le quotidien et ses liens, nous ouvrir à la force de l’imaginaire.Et, partant, nous assurer de la promesse des rivages fraternels »..... «  Poètes brimés, poètes escamotés, poètes exilés, poètes assassinés, autant de stations d’un long supplice »   (Abdelmadjid Kaouah)

-« Un artiste est le plus souvent le plus fieffé des menteurs, mais il a beaucoup de mal à se gruger lui-même » ..... « La génération des musiciens de cabarets est partie sans laisser de trace. Notre aventure (Khinjar) ou celle de T34 , quelques uns s’en souviennent encore. C’est déjà bien » (Sami Benmehidi)

-« Entre 1974 et 1989.........les projets (concernant la Bd) succédaient aux projets, les réunions aux réunions, les patronages des organismes aux patronages des organismes......mais rien n’ a jamais remplacé M’Quidèch... » (Redouane Assari)

 

Les Auteurs :Amin Khan (Economiste , politologue et philosophe) , Redouane Assari (Chirurgien dentiste devenu illustrateur de publications) ,Akram Belkaid (Journaliste, chroniqueur et nouvelliste) , Sami Benmehidi (Chirurgien dentiste puis  infographe et musicien)  ,Abdelkader Benyacoub (Docteur en médecine, spécialiste en psychiatrie) , Slim Benyacoub (Docteur - professeur en écologie), Hafid Hamdi-Chérif (Enseignant chercheur en philosophie et en sciences sociales), Aissa Kadri (Sociologue, chercheur,  professeur émerite des universités, Abdelmadjid Kaouah (Journaliste, poète)  Nassima Metahri (Psychiatre)

Extraits : « Les appartenances identitaires ne peuvent en aucun cas être réduites à leur seule dimension ethnique, si tant est que l’on puisse prouver que les ethnies existent, ou les définir, sans que ce soit l’autre mot pour dire la race » (A Hamdi-Chérif,  p 33)

 Avis :. Du très bon, du bon et du moins bon. De la réflexion complexe et des récits de vie simples et émouvants . Du sévère et du compréhensif. Mais, lire le tout. A méditer. A confronter avec ce que , vous , vous pensez, vous espérez.....ou ce que ,vous, vous avez vécu.

Citations : « Pour penser véritablement, il faut d’abord vouloir penser, et pour vouloir penser, il faut avoir une certaine conscience de soi » (Amin Khan, introduction,  p 10), « Changer le monde est certes un projet grandiose, mais c’est aussi une responsabilité personnelle et une tâche réalisable par chacun » (Amin Khan, introduction, p 12), « Identifier la culture aklgérienne sous une seule appartenance  identitaire, qu’elle soit arabe ou berbère, c’est rejouer l’unitarisme et la prétention au monopole » (A Hamdi-Chérif, p 48),   « Le champ intellectuel algérien n’a pas gagné son autonomie et reste redevable de modalités de reconnaissance et de légitimation externes (celles du champ français d’une part et arabe d’autre part) et internes, par l’Etat qui place et qui classe » (Aissa Kadri, p 70),