Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Etude Zahir Ihadadden- "Histoire de la presse indigène...."

Date de création: 03-02-2019 18:35
Dernière mise à jour: 03-02-2019 18:35
Lu: 12 fois


COMMUNICATION- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ETUDE ZAHIR IHADDADEN- « HISTOIRE DE LA PRESSE INDIGENE.... »

Histoire de la presse indigène en Algérie. Des origines jusqu’à 1930. Etude historique de Zahir Ihadaden. Anep Editions, Alger 2016 (1ère édition, Enal 1983, 2è édition, Edition Ihadaden 2003 et 3è édition ,Anep 2010) , 416 pages, 900 dinars.

Tous les historiens (avec tout le respect qui leur est dû) ont pu dire et écrire bien des choses sur la naissance et le développement du nationalisme algérien, mais les théories sont restées bien incomplètes lorsqu’elles n’ont pas tenu compte du rôle important sinon majeur de la presse algérienne « indigène » de langue arabe et de langue française.

Les historiens l’ont ignoré pour deux raisons : Ils ont surtout voulu faire l’histoire de la colonisation, de son développement et de son déclin. Le comportement des indigènes n’avait aucune importance pour eux quand il présentait un caractère marginal et n’influait pas sur l’évolution immédiate de la colonisation (ex : la période de 1870 à 1900, qui avait vu un « repli » du peuple sur lui-même). D’autre part,il y a le fait qu’une partie de cette presse était rédigée en langue arabe.Ainsi, « l’idée de l’existence d’une nation algérienne n’est perceptible dans la « presse indigène » de langue française qu’à partir de 1926, avec « L’Ikdam » de Paris, alors que dans la presse  indigène de langue arabe, elle fut exprimée par Omar Ben Kadour et Omar Racim, dès 1907 »....la période de 1852 à 1881 présentant beaucoup de lacunes , les « indigènes » n’ayant laissé aucun témoignage écrit.

 Grâce au Pr Ihadaden, on sait , désormais, avec précision et de manière scientifique, le développement de la presse « indigène » ; un développement qui s’est fait , durant toute l’occupation coloniale, à travers trois régimes successifs :

Le régime de liberté surveillée de 1881 à 1925 (la période étudiée) et une presse d’abord souhaitée, puis tolérée et enfin persécutée.

Le régime dualiste , fondé sur la discrimination à l’égard de la presse en langue arabe de 1925 à 1947.

Le régime répressif, dont le souci était de supprimer toute propagande nationaliste de 1947 à 1962.

Durant toutes ces périodes, la loi française du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse était bien loin d’être appliquée à l’Algérie, pourtant « Département français » . Elle ne profitait qu’aux organes de presse appartenant (et destinés) aux colons.

 Il faut cependant reconnaître que si, à la fin du XIXè siècle, la presse indigène paraissait encore incertaine , à la recherche d’une formule, et dépourvue de tous les moyens techniques, financiers et humains, en 1930, elle se présentait avec une tradition et des moyens qui allaient lui permettre de survivre aux difficultés qu’elle allait connaître par la suite : une tradition journalistique, une adaptation (un accomodement) aux exigences du régime juridique en vigueur,et elle fit prendre conscience de la nécessité de la renaissance nationale . Et, en 1926, « L’ Ikdam » était créé à Paris....très vite interdit parce qu’il réclamait l’indépendance . En novembre 1930, « El Ouma » naissait...toujours à Paris ,mais tranféré par la suite à Alger. Sa diffusion en Algérie allait changer le carctère de la presse « indigène ». La presse venait d’acquérir la dimension nationaliste.

 

 

L’Auteur : Né en 1929 à Sidi Aïch (wilaya de Bejaïa), Zahir Ihaddaden  milita au sein du Ppa à partir de 1947 puis il rejoint le Fln dès 1954. Membre de la rédaction du journal « Résistance algérienne » puis celle d’ « El Moudjahid » (historique).

Il occupe de hautes fonctions dans différents ministères après l’Indépendance. Docteur d’Etat en sciences politiques (Paris 2), ancien directeur de l’Institut des Sciences de l’Information et et de la Communication (Université d’Alger) , il a , à son actif, plusieurs publications sur l’histoire du pays 

Extrait : « La presse nationaliste a une signification précise. Elle a existé en Algérie après 1930. Sa revendication essentielle est l’affirmation de l’existence de la nation algérienne distincte de la nation française et pouvant exister en dehors d’elle sous la forme d’un Etat libre et indépendant. Or, cette revendication n’a jamais été exprimée par la presse « indigène » avant 1930.....Le nationalisme s’est développé après l’échec des revendications « indigènes »  (pp 19- 20)

Avis : Très utile aux étudiants en journalisme et en histoire ....mais pas seulement. En fait , utile à tous les citoyens qui veulent conaître un pan méconnu de notre histoire.Très accessible.

Citation : « La presse « indigène » contribua dans une large mesure à rendre le problème indigène comme une donnée familière de la vie politique en Algérie. Aux masses « indigènes » , elle fit prendre conscience de la nécessité d’une renaissance nationale.......Elle réussit à donner à la lutte du peuple algérien une formulation politique » (p 405)