Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Mustapha Yalaoui- "Le général K."

Date de création: 28-01-2019 11:29
Dernière mise à jour: 28-01-2019 11:29
Lu: 10 fois


DEFENSE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN MUSTAPHA YALAOUI- « LE GENERAL K »

Le Général K. Roman de Mustapha Yalaoui. Editions Paper Library Art, Constantine 2017 . 800 dinars, 307 pages

Une histoire se déroulant dans un pays, l’Algérie, meurtrie par une « guerre civile » (en fait, une  lutte sans répit contre le terrorisme islamiste et ses dérivés sanguinaires) et n’ayant plus qu’un Etat au bord de l’effondrement. ....et avec des services de sécurité (surtout des personnages rivalisant en grades et en Cv « historiques »)  traversés par des courants et des clans passant bien plus leur temps à se court-circuiter et à se faire la guerre qu’à agir frontalement  contre le nouveau péril.

Une histoire  tournant autour d’ un « héros » (manipulé) des services secrets, Mohsen-Al-Qasim, alias Mourad Mellali, chargé ( ??) d’infilter une bande de criminels, et qui a « déserté » avec armes , bagages et compagnons. Trahison réelle ?  Manœuvre pour régler des comptes  ? Opération scabreuse ? Miroir aux alouettes ?

Parallèlement à l’enquête « officielle »  (qui a condamné par avance le « déserteur »), il y a un autre « héros » .....le fameux général K., un ancien des services à la retraite et, par ailleurs, protecteur de toujours du « déserteur » . Il  est appelé à la rescousse  pour démêler l’écheveau.

On débouchera sur une histoire de complot fomenté par un groupe d’hommes « assoifés de pouvoir et de sang  et d’affaires juteuses » , sans foi ni loi, faisant appel à toutes les les formes de violence pour déposséder , ruiner et acquérir. D’hommes peut-être trop habitués aux avantages du pouvoir ne voulant pas le lâcher , ou voulant se l’approprier. Depuis bien longtemps, très longtemps,  trop longtemps. Qui doivent et qui seront éliminés....le système (ses parties les plus saines ou les moins compromises) n’acceptant pas les brebis galeuses. Mais que de crimes impunis et que de  dégâts ?

 

 

L’Auteur :Diplômé de l’Ecole nationale supérieure de Journaliste de l’Universiété d’Alger, ancien journaliste (« El Moudjahid »), participe à la création d’un des premiers journaux indépendants (« Les Nouvelles de l’Est »)....et gestionnaire d’une Pmi de Chimie. Second roman après « La manipulation » (2013)

Extrait « Nous vivons une drôle d’époque, une époque où même les héros deviennent inutiles, anachroniques et encombrants » (p 93)

 Avis :Une histoire assez compliquée et des longueurs dans les dialogues, avec , parfois, des jugements politiques orientés ou des clichés comme « coup d’Etat  du 11 janvier 1992 », « guerre civile », « tous les journalistes ont un fil à la patte » ainsi qu’une (grosse) pincée de misogynie..... Elle a le mérite (comme « 1994 » de Adlène Meddi) de vaincre sa peur de la « SM » (Ici , on y ajoutera le « Malg ») , désormais traitée, enfin, normalement. Il serait intéressant pour l’auteur de continuer l’œuvre (romans policiers et d’espionnage)  avec pour héros, le général K ou Mohsen ....des gars ,malgré tout, sympathiques.

Citations : « Il est préférable parfois de suivre le bon chemin en boîtant que le mauvais d’un pas ferme » (p 99), « En politique, il faut toujours s’attendre au pire, et rarement rien de bon » (p 125), « Il y a trois choses qu’il ne faut pas écouter : les politiciens, les femmes et les rumeurs »(p 133), « Il paraît que le gêne du bonheur existe, mais qu’il serait réservé aux femmes.......et ça s ’appelle le gêne des embrouilles » (p 189)