Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Criminalité - Drogue - Maroc 2017

Date de création: 05-10-2017 11:44
Dernière mise à jour: 05-10-2017 11:44
Lu: 3 fois


SOCIETE- ETRANGER- CRIMINALITE- DROGUE- MAROC 2017 Le Département d’Etat américain vient de publier (3 mars 2017) un rapport extrêmement édifiant sur le poids de cette drogue dans l’économie marocaine. Selon ce document, «la production totale de cannabis au Maroc en 2015-2016 est estimée à 700 tonnes métriques, ce qui, potentiellement, équivaut à 23% du PIB marocain estimé à 100 milliards de dollars, une fois transformé en haschich». Le Maroc consolide sa place de premier producteur et exportateur mondial de cannabis. Le Maroc consolide sa place de premier producteur et exportateur mondial de cannabis. L’information n’est pas nouvelle. Mais le Département d’Etat américain vient de publier un rapport extrêmement édifiant sur le poids de cette drogue dans l’économie marocaine. Selon ce document, «la production totale de cannabis au Maroc en 2015-2016 est estimée à 700 tonnes métriques, ce qui, potentiellement équivaut à 23% du PIB marocain, estimé à 100 milliards de dollars, une fois transformé en haschich». Cela représente donc plus de 23 milliards de dollars par an. Enorme. En plus de la production de cannabis, le Maroc est devenu, en quelques années, une plaque tournante pour le commerce d’autres types de drogues qui viennent d’ailleurs. Le rapport précise que le Maroc est un «pays de transit important de cocaïne provenant de l’Amérique du Sud en direction de l’Europe». Ce qui est inquiétant, c’est que le gouvernement marocain a déjà exprimé, publiquement, son impuissance face à cette situation. Le Département d’Etat note d’ailleurs que le gouvernement marocain a «reconnu ses limites» en matière de lutte contre la drogue. La situation a été rendue difficile par «les rivalités existantes entre les agences marocaines chargées de l'application de la loi» qui ont provoqué un «chevauchement des mandats en matière de lutte contre la drogue». L’Algérie accuse souvent son voisin de l’Ouest d’être le grand pourvoyeur de la drogue dans le pays. Ce que prouvent les innombrables saisies des services de sécurité. La fermeture de la frontière ouest et les mesures draconiennes prises par l’ANP ont réussi à freiner l’arrivée de ces marchandises