Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Infos' diverses 2018

Date de création: 20-01-2019 10:23
Dernière mise à jour: 20-01-2019 10:23
Lu: 64 fois


-Plus de 57% des organismes et entreprises nationaux hébergent leurs sites Internet à l’étranger, selon une étude sur la cyber-sécurité présentée à Oran début  avril 2018. Ce travail, intitulé « Baromètre 2018 Cyber Sécurité des entreprises et institutions algériennes », présenté à l’ouverture du 6ème Sommet africain sur la cyber-sécurité (3 au 5 avril) , souligne que seulement 29% des organismes nationaux hébergent leurs sites Internet en Algérie, contre 57% qui optent pour des opérateurs étrangers. Les 14% restants ignorent le lieu d’implantation du data-center de l’hébergeur.

 

L’enquête qui a touché quelque 1.000 institutions et entreprises a montré que 17% de cet échantillon ont reconnu avoir fait l’objet d’une attaque de type virus ou intrusion au cours des douze derniers mois.

Parmi les entreprises et institution ayant participé à cette enquête, 36% seulement ont affirmé disposer d’une politique de sécurité du système de l’information, contre 19 % qui ont des projets de sécurisation en cours de réalisation alors que 17% ont reconnu ne pas disposer de politique de sécurité.

« Même si à l’heure actuelle, seuls 36% disposent d’une politique de cyber sécurité, 53% des participants à l’étude ont répondu  oui à la question

 

-Au premier trimestre 2018, environ 3,3 milliards de personnes ont utilisé les réseaux sociaux. La statistique a été fournie par Hootsuite et We Are Social, deux entreprises spécialisées dans les métiers relatifs aux réseaux sociaux, dans le rapport 2018 Q2 Digital Statshot. D’après les résultats de l’étude, il y a eu 100 millions de nouveaux utilisateurs de réseaux sociaux par rapport au dernier trimestre 2017.

Le rapport met particulièrement l’accent sur l’augmentation du nombre d’utilisateurs au niveau d’Instagram. Le réseau social a affiché 813 millions d’utilisateurs mensuels actifs à la fin de mars, soit une augmentation de plus de 35% par rapport à la même période en 2017. Contrairement à Facebook et Twitter, le profil des utilisateurs de la plateforme est plutôt féminin et jeune, avec un âge médian se situant entre 27 et 28 ans.

En effet, comme le mentionne le rapport, depuis le début de 2018, il y a 10 millions d’utilisateurs de 13 à 17 ans en moins sur Facebook. L’étude fait également remarquer que plus de la moitié des utilisateurs de Twitter sont âgés de plus de 30 ans. 

Sachant que, depuis quelques mois, a été lancée une véritable course aux milléniaux, principaux consommateurs de contenus multimédia, nouveau marché visé par les réseaux sociaux, ce type de statistiques a acquis une importance capitale.

- D’où vient le nom Google? Le 4 septembre 1998, l’histoire de la société Google Inc. débutait dans un garage à Palo Alto. Deux étudiants américains de 20 ans, Larry Page et Sergey Brin, lancent leur premier moteur de recherche alors hébergé par les serveurs de l’université de Stanford. A l’époque le nom, non officiel, de ce serveur s’appelait Backrub, car le programme analysait les "backlinks" des sites pour entrevoir l’importance d’un site internet, et quels sites y étaient reliés. Mais en 1997, le nom Backrub ne semblait plus convenir aux deux étudiants qui se sont mis à réfléchir à une nouvelle appellation.  

Vingt ans plus tard, Google est connu de tous. Il est même devenu un verbe: googler quelque chose fait partie de notre langage courant et ne choque plus personne. Mais d’où vient le nom Google?

En réalité, Google est la mauvaise orthographe de «Googol», un terme mathématique signifiant 10100, soit le chiffre 1 suivi de 100 zéros. Une référence à l’infinie quantité d’informations que le duo entendait ordonner et monétiser.

Le nom «googolplex» a d’abord été proposé par Larry Page, puis vite transformé en «googol » sur suggestion d’une connaissance. Un de leurs amis, un certain Sean Anderson, fut chargé de vérifier la disponibilité du domaine à ce nom. Mais lorsque Sean Anderson entra le nom de domaine, il se trompa sur l’orthographe et entra le nom de Google. Séduits par ce hasard, les deux étudiants Page et Brin ont finalement décidé de conserver l’appellation. Google Inc. était né.

-Les services de la police et de la gendarmerie ont recensé, en 2017, près de 2.400 délits électroniques, allant de la menace et de la diffamation jusqu'aux tentatives d'extorsion et de harcèlement. Près de 80% de ces crimes ont été enregistrés sur les réseaux sociaux, essentiellement Facebook. La Sûreté nationale, à elle seule, a traité 1.500 affaires du 1er janvier au 30 septembre 2017, impliquant 54 mineurs. En 2013, la DGSN enregistrait 107 affaires. 

Parmi les délits les plus répandus, la diffamation, l'usurpation de fonction, l'incursion et la pénétration de systèmes électroniques, chantage et atteinte aux institutions de l'Etat. A la fin de l'année dernière, l'Algérie comptait 29 millions d'internautes dont 19 millions de facebookers. En 2016, il y a eu près de 1.800 affaires liées à la cybercriminalité dont 1.055 traitées par la police.