Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Enquête: Oudai Yamina, l'héroine oubliée -M'hamed Houaoura

Date de création: 16-07-2017 11:58
Dernière mise à jour: 16-07-2017 11:58
Lu: 4 fois


HISTOIRE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ENQUETE : OUDAI YAMINA, L’HEROINE OUBLIEE- M’HAMED HOUAOURA Yamina Oudaï, l’héroïne oubliée. Enquête historique de M’hamed Houaoura (Préface de Louiza Ighilahriz) , Anep Editions 2017, 350 dinars, 103 pages. Elle a été l’unique femme algérienne responsable politico-miltaire durant la guerre de libération nationale . « Certes, il y avait de grandes moudjahidate mais , à ma connaissance, et je le dis pour l’Histoire, Yamina Oudaï, connue sous le pseudonyme de Ella Zoulikha est l’unique femme algérienne qui avait été désignée à la tête d’une organisation politico-militare » souligne un moudjahid de la région, Ghebalou H’mimed. Elle avait , aussi, organisé un réseau de soutien composé uniquement de femmes Une situation , fruit d’une certaine histoire familiale, faite d’engagements politiques, de combats et de martyrs (dont l’époux, Hadj Ahmed Oudaï et un fils, Lahbib) . Belle, intelligente, cultivée, généreuse, sociable, mère de famille exemplaire (deux filles et trois garçons) , née à Hadjout et installée à son mariage à Cherchell, elle a réussi, avec l’accord et le soutien de l’époux, à activer pour la cause nationale dans la plus stricte clandestinité. Mais, toujours sur ses gardes , car surveillée, harcelée par la police , les gendarmes et les militaires .......la maison familiale se trouvant à quelques mètres de l’académie militaire de Cherchell. Après sa capture au maquis (le 15 octobre 1957) , torturée, toujours résistante (elle avait craché au visage du capitaine français , en public, alors qu’elle était traînée par un half-track), elle fut froidement abattue le 25 octobre 1957 et son cadavre abandonné dans la forêt.....Sans sépulture (certes, il existe un témoignage mais il reste bien incertain), son histoire a été évoqué par Assia Djebar dans un de ses romans (« La femme sans sépulture ») et son nom reste toujours vivant dans la mémoire populaire. L’Auteur : Né en Novembre 1954 à Cherchell (Wilaya de Tipasa), diplômé de l’IC de Ben Aknoun (Alger), journaliste (El Watan) Extrait : « La famille Oudaï est doublement orpheline, d’abord de toi, Zoulikha, et ensuite d’une tombe » (Louiza Ighilahriz, préface, p 12) Avis : Fruit de multiples enquêtes et de reportages sur la guerre de libération nationale dans la région de Tipasa, de Cherchell....Complète l’ouvrage déjà écrit par Kamel Bouchama, tout en apportant d’autres précisions Citation : « Ella Zoulikha, l’héroïne algérienne n’a même pas de sépulture, comme tant d’autres héros de la guerre de libération ntaionale » (p 50)