Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Ouarda Baziz Cherifi -"Les survivants de l'oubli"

Date de création: 14-01-2019 12:08
Dernière mise à jour: 14-01-2019 12:08
Lu: 10 fois


POPULATION - BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN OUARDA BAZIZ CHERIFI - « LES SURVIVANTS DE L’OUBLI »

Les survivants de l’oubli. Roman de Ouarda Baziz Cherifi. Editions Medias Index (Collection Plumes en herbe) , Lieu d’édition non indiqué, 2018, 650 dinars, 178 pages.

Un conte de fée ....à l’Algérienne. Tous les ingrédients sont là pour faire pleurer dans les chaumières, pour vouer aux gémonies le phénomène migratoire qui éloigne les personnes et les cœurs des racines et des familles. Heureusement, le hasard , la chance et l’amour jamais perdu des siens sont là pour remettre sur les rails le père perdu. Presque un conte de fée.

C’est l’histoire d’un jeune homme d’une région isolée, perchée sur une crête ; un fils unique, fils de martyr, qui, confronté à la misère locale, laisse derrière lui la maman aimante et aimée, l’encore très  jeune épouse  amoureuse et deux enfants en bas âge pour s’en aller gagner sa vie (et, la vie de sa famille) outre-Méditerranée, en France. Il sera vite happé par sa nouvelle vie, difficile, dure et il sombrera même , un certain moment , dans la boisson et une vie de débauche, oubliant, peu à peu , d’où il est venu et ceux qu’il a laissé derrière lui.

Il rencontre, heureusement ( ?) , une belle et gentille jeune femme européenne qui l’épousera et le remettra dans le droit chemin, sans  qu’elle ne sache quoi que ce soit de la vie antérieure de son compagnon. Une  autre vie va alors commencer ....heureuse et tranquille avec l’arrivée d’un garçon, alors que la famille originelle souffre de son absence et se voit obligée de travailler encore plus durement pour s’en sortir. La maman meurt de tristesse, l’épouse souffre en silence, et les deux enfants réussissent leur scolarité et leur vie.

Et puis, un jour, plus de deux décennies après .......Lui , devenu veuf, mais malade , allongé sur un lit d’hôpital, il rencontre un(e) médecin algérienne en stage en France.....Qui ? Et, que va-t-il se passer ? Cela se terminera comme dans tous les contes de fée.

 

 

 

 

 

L’Auteure : Professeur de lettres anglaises. Poétesse...déjà auteure de deux recueils de poésie libre et de deux romans. 

Extrait : « C’est au nom de l’amour que le pardon ramène, de nouveau, la vie, dans toute sa splendeur et sa profondeur » (p 174). 

Avis : Un ouvrage assez modeste avec une histoire presque banale tant elle s’est mille et une fois répétée au sein de l’émigration algérienne ....Mais, si simplement et si bien racontée !

Citations : « Tout rêve a son temps et tout comme le temps, les rêves ne sont pas éternels » (p 30), « Le solitude de l’exil enterre le cœur des hommes (p 67.

.