Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Rapport Département d'Etat américain 2016

Date de création: 06-02-2017 06:47
Dernière mise à jour: 06-02-2017 06:47
Lu: 44 fois


DEFENSE- ETUDES ET ANALYSES- RAPPORT DEPARTEMENT D’ETAT AMERICAIN 2016

 

L’Algérie est “un partenaire capable” avec lequel les États-Unis ont une “forte coopération en matière de diplomatie, de maintien de l’ordre et de sécurité”, selon une fiche d’information sur l’Algérie publiée par le Département d’État américain le 2 février 2017.  

L’Algérie a une “localisation stratégique”, indique la note, la première de l’administration Trump, et a avec les États-Unis “de fréquents échanges civils et militaires”. La note rappelle que le Secrétaire d’État adjoint a visité l’Algérie en 2016, et que le “Secrétaire d’État a tenu un dialogue stratégique avec le ministre des Affaires étrangères algérien en avril 2015”. 

De plus, l’Algérie “a reçu des visites de hauts officiels militaires américains”, et les États-Unis ont été les “hôtes d’un dialogue militaire conjoint en juillet 2016”. Le rapport note que l’Algérie est restée “relativement stable malgré les remous dans les pays voisins, et joue un rôle constructif dans la promotion de la stabilité régionale”.

En termes d’assistance américaine à l’Algérie, elle vise selon la note à “renforcer la capacité de l’Algérie a combattre le terrorisme et les crimes, à soutenir la construction d’institutions stables qui contribuent à la sécurité et à la stabilité de la région, et à soutenir la société civile algérienne ». L’assistance « soutient le combat actuel de l’Algérie contre Daesh, Aqmi et d’autres acteurs hostiles dans la région”.

   

Les Américains entendent aussi soutenir le développement de la société civile algérienne, avec l’allocation de fonds à l’Algérie via l’initiative de partenariat avec le Moyen-Orient (Middle East Partnership Initiative, MEPI). Le but de ces fonds est de développer des programmes de formation « des journalistes, des hommes d’affaires, des femmes entrepreneurs et parlementaires, des juristes et des dirigeants d’ONG”, ainsi que le soutien à la mise en place de programmes américains d’éducation dans le pays.

Sur le plan commercial, les États-Unis “encouragent l’Algérie à procéder aux changements nécessaires pour atteindre la diversification économique, accéder à l’Organisation mondiale du commerce, aller vers des politiques économiques transparentes et libéraliser son climat d’investissement”. Le rapport indique aussi que les États-Unis ont financé un programme de soutien à l’effort algérien de développer un marché des valeurs mobilières étatique plus actif. 

La note rappelle la signature d’un accord cadre en matière de commerce et d’investissement entre les deux pays, pour établir des “principes communs” et “une plateforme pour la négociation d’autres accords bilatéraux” pour le commerce et l’investissement. Les États-Unis sont présentés comme « l’un des premiers partenaires commerciaux de l’Algérie, qui est ,quant à elle, l’un des premiers partenaires commerciaux américains dans la zone Moyen-Orient – Afrique du Nord. Le pétrole brut constitue l’essentiel des importations américaines d’Algérie.

Le Département d’État souligne pour conclure que l’Algérie et les États-Unis appartiennent à plusieurs mêmes organisations, dont les Nations Unies, le FMI et la Banque mondiale, et que l’Algérie est un membre actif du Forum mondial de lutte contre le terrorisme, ainsi qu’un partenaire de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, qui fournit par ailleurs à l’occasion des avions et autres soutiens logistiques aux opérations de maintien de la paix de l’ONU et de l’Union africaine.