Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Risque pays - Coface

Date de création: 24-05-2008 14:30
Dernière mise à jour: 22-01-2014 13:56
Lu: 744 fois


ECONOMIE - RISQUE - RISQUE PAYS - COFACE

La Coface, filiale de Anatexies banques populaires et du groupe Banque populaire, est créée (en France) en 1946 comme compagnie d'assurances spécialisée dans l'assurance-crédit à l'exportation.
Elle offre aux entreprises des solutions pour gérer, financer et protéger leur poste clients , en leur permettant d'externaliser tout ou partie de la gestion et des risques liés à leurs relations commerciales. La Coface développe trois autres métiers, l'assurance caution, la formation aux techniques du poste clients et, en France, la gestion des garanties publiques à l'exportation pour le compte de l'Etat. La Coface est, début 2005, présente directement dans 57 pays, et dans 92 pays grâce aux partenaires du réseau mondial Crédit Alliance, structuré autour d'une gestion partagée de crédit (système risque commun).
La Coface suit régulièrement 151 pays au travers d'une série d'indicateurs et établit périodiquement un "indice mondial des risques pays" (les évaluations se situent sur une échelle de 7 niveaux: A1, A2, A3, A4, B , C, D). Début janvier 2005, la note-pays pour l'Algérie avait évolué positivement. Classée à la rubrique B (classement antérieur), l'Algérie est placée "sous surveillance positive", au même titre que la Turquie, le Brésil et la Bulgarie. A noter qu'il y a d'autres agences du même type : le Crédit Ducroire, belge et Hermès, l'allemande, spécialisées dans les assurances (qui ont classé l'Algérie au risque 3 en 2005, un bon risque, contre un risque 4 en 2004). L'agence canadienne Edc a également révisé à la baisse le risque Algérie, ce qui était un signal positif pour les investisseurs étrangers. Les agences (3) de l'Ocde…..
Notes : -Fin octobre 2006, la Coface annonce son implantation officielle en Algérie pour y déployer son offre d'assurance-crédit. L'offre s'appuie sur une société de services, Coface-Algérie (Cals) et sur une police émise par son partenaire Cagex.
La Coface a reclassé l'Algérie de B en A4, une notation de court terme et un assez bon risque, ce qui est une amélioration et son guide 2006 qui évalue la santé économique de 152 pays estime que "l'investissement productif est le bienvenu en Algérie". Pour 2007, la Coface, qui s'est implantée en Algérie en octobre 2006, a décidé de maintenir la notation de l'Algérie en A4.
- Dans son guide d'évaluation de la situation macroéconomique de l'Algérie , présenté mardi 22 janvier 2008, à l'occasion de la tenue de l'édition 2008 du colloque international risque-pays, la Coface a maintenu la notation de l'Algérie en A4, selon une classification à sept niveaux en matière de risque-pays. Cette notation correspond à " un comportement de paiement assez moyen pouvant être affecté par une modification de l'environnement politique et économique du pays, le risque de défaut de paiement restant acceptable ".

- En août 2008, selon un document diffusé sur son site internet, la COFACE qui estime que "les perspectives de croissance pour 2008 et 2009 sont bonnes" maintient l'Algérie à A4 au niveau du risque pays(mais, elle  donne la note B - c'est-à-dire moyen - pour l'environnement des affaires).

- En janvier 2010, la Coface maintient (Guide risque-pays 2010, présneté le 17 janbvier 2010)  la notation de l'Algérie - au sein de 156 pays -  en A4 au niveau du risque -pays. Cette notation signifie que l'Algérie présente un risque de défaut de paiement encore acceptable. L'environnement des affaires est classé  au niveau B, celui-ci étant pénalisé par la nouvelle mesure législative sur les importations du 26 juillet 2009 ( article 69 de la LFC).

- En juillet 2010, dans son "Panorama des risques-pays" publié sur son site internet , la Coface place l'Algérie sous surveillance négative en raison de la détérioration de l'environnement des affaires.  Le doigt est particulièrement pointé sur la loi de finances complémentaire 2009, dont les dispositions  ont été reprises par la Lfc 2010. Il y a , ensuite, l'instabilité de la situation sécuritaire , même si la Coface estime que celle-ci s'est améliorée.

- Le rapport 2011 de la Coface  (publié mi-janvier 2011) maintient le classement de l'Algérie à la note A4 et à la note B pour l'environnement des Affaires, relevant les bons indicateurs économiques de l'Algérie notammant en matière de réserves decchange, d'investissements publics et d'endettement extérieur.

- Mi-janvier 2012, la Coface maintient la note A4 pour l'évaluation risque pays de l'Algérie au moment où l'environnement des affaires est classé à B

-Juillet 2012 : A4 pour l'évaluation "risque pays" et B pour l'environnement des affaires

- 22 janvier 2013 : Maintien de la note A4 pour l'évaluation risque au moment où l'environnement des afffaires est classé B et la cotation moyen terme est classée risque assez faible

- Janvier 2014: La Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface), a maintenu (janvier 2014)  la note A4 pour l’évaluation risque pays de l’Algérie, au moment où l’environnement des affaires est classé B et la cotation à moyen terme est coté "risque assez faible".

Selon les prévisions de la Coface, la croissance du PIB de l’Algérie en 2014 sera de 3,6% contre 3,1 % en 2013.

L’inflation moyenne annuelle est évaluée à 5,0% en 2013 et à 4,5% pour l’année 2014, a relevé la compagnie française lors de la présentation mardi dans la capitale française de sa note de conjoncture à la faveur de son 18ème colloque.

Le solde budgétaire/PIB est ainsi évalué à -2,2% en 2013 et à -1,5% en 2014, le solde courant/BIP est à 3,0% en 2013 et sera à 1,2% en 2014, alors que la dette publique est à 13,0% en 2013 et sera à 14,5% en 2014.

Relevant les points forts de l’économie nationale, la Coface, fait valoir d’"importantes" réserves de pétrole et de gaz, un potentiel dans les domaines des énergies renouvelables et du tourisme, une "solide" situation financière extérieure avec un "très faible" endettement extérieur et d’ "énormes" réserves de change et, une politique publique visant une diversification économique.