Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Presse électronique- Google Adsense

Date de création: 15-12-2018 18:17
Dernière mise à jour: 15-12-2018 18:17
Lu: 151 fois


COMMUNICATION- PUBLICITE- PRESSE ELECTRONIQUE- GOOGLE ADSENSE

(c)  Younes Saâdi/Le Soir dAlgérie,  jeudi 13.12.2018

 

Google AdSense redonne de l’espoir à la presse électronique algérienne. Souffrant de l’absence de statut juridique, du refus des pouvoirs publics de lui octroyer de la publicité étatique et de la concurrence rude que lui livrent des réseaux sociaux notamment Facebook, la presse électronique algérienne compte sur les «dividendes» versés par Google AdSense.

La régie publicitaire Google AdSense distribue aux sites internet partenaires plus de 10 milliards de dollars par an. Un chiffre astronomique qui confirme la domination de marché publicitaire mondial par le géant américain Google qui compte capter la quasi-totalité des annonces publicitaires de la planète au cours des prochaines années. De nombreux journaux électroniques algériens arrivent à couvrir une partie de leurs charges grâce à Google AdSense qui fonctionne d’une manière automatique lorsqu’un site Web souscrit au programme AdSense et fait figurer le code fourni par Google. Parmi les titres de la presse électronique algérienne qui ont souscrit au programme AdSense, on dénombre : TSA, Djazairesse, Algérie Presse, Bab El Web, Djelfa Info, Béjaïa News, Sétif Info, Dz Météo, Algérie 360, Observer Algérie, Algérie Info et Le Matin.dz. A ces titres, il faut ajouter les versions électroniques des quotidiens de la presse écrite comme El Khabar, El Watan, Liberté, Echourouk, la Dépêche de Kabylie et El Bilad.

Comment fonctionne Google AdSense ?
Google AdSense propose à ses utilisateurs des bannières de publicité à placer sur leurs sites. C’est Google qui analyse le site internet pour déterminer quelles bannières placer afin qu’elles soient pertinentes avec le contenu édité par chaque site Web. Le montant à gagner est déterminé selon la quantité de trafic généré par le site, le nombre de visiteurs qui cliquent sur ces annonces ainsi que par le coût par clic que l’annonceur a choisi de payer. C’est l’algorithme de Google qui calcule les revenus de chaque site. Le montant est versé chaque mois à un compte bancaire ou via le système Western Union. Le montant à verser doit dépasser les 70 dollars par mois. C’est le seuil minimum imposé par Google au-dessous duquel le site ne bénéficie d’aucun versement. Pour accueillir de la publicité Google, il suffit pour un administrateur d’un site Web de remplir un formulaire de demande d’adhésion au système de Google AdSense et d’attendre quelques jours pour recevoir la réponse du géant américain. Certaines conditions sont nécessaires pour se faire accepter. Il s’agit essentiellement d’avoir un contenu pertinent et un site web conforme aux standards techniques préalablement définis.

Le clic à partir d’Algérie est le moins rémunéré
Il n’est pas possible de savoir avec exactitude combien gagne chaque média électronique grâce à Google AdSense. La raison ? Google AdSense a mis en place un barème de calcul qui change selon les pays, les périodes et les exigences des annonceurs. Les journaux électroniques algériens qui ont plus de visiteurs depuis des pays comme la France, le Canada, les USA, la Suisse, la Belgique et les pays du Golfe gagnent largement mieux que ceux qui ont des visites uniquement depuis l’Algérie. Le clic depuis l’Algérie figure en bas du tableau des rémunérations. Les clics depuis le Maroc et la Tunisie sont mieux rémunérés. La faiblesse du coût du clic depuis l’Algérie sur Google AdSense s’explique par le nombre très réduit d’annonceurs qui cherchent une visibilité numérique en Algérie via le mécanisme de Google AdWords et Google AdSense. Depuis le début de l’année en cours, 14 annonceurs algériens seulement ont placé leurs annonces sur Google AdWords. En France, par exemple, le nombre d’annonceurs qui confient leurs publicités numériques à Google est de quelques centaines chaque mois.

Comment recevoir l’argent de Google AdSense ?
A l’aide de deux sites spécialisés dans la mesure du trafic internet, en l’occurrence «alexa.com» et «similarweb.com», il est possible d’avoir une idée sur les médias électroniques algériens qui gagnent plus avec Google AdSense. En raison d’un nombre important de clics à partir de l’étranger (en Europe en particulier), les sites de TSA, Echourouk, El Khabar, El Bilad, Liberté, El Watan, Djazairesse, DZ Météo et Algérie360 sont les principaux journaux électroniques algériens qui génèrent des revenus importants via la régie publicitaire Google AdSense. Il existe trois moyens pour recevoir les dividendes de la part de Google AdSense. Le plus répandu est le versement direct dans un compte bancaire d’un particulier ouvert dans un pays européen pour pouvoir récupérer le montant versé en devise et sans payer d’impôts. Le deuxième moyen utilisé est de recevoir l’argent dans un compte en devise ouvert en Algérie, mais là, le retrait ne peut se faire qu’en monnaie nationale puisque la législation nationale ne permet pas de retirer de la devise générée en vendant des biens et des services à l’étranger. Le troisième moyen est de recevoir la rémunération via le système de transfert d’argent Western Union opérationnel dans les agences d’Algérie Poste. Là encore, le retrait ne peut se faire qu’en dinar algérien avec le taux de change officiel fixé par la Banque d’Algérie.