Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Emir Abdelkader

Date de création: 06-12-2018 18:23
Dernière mise à jour: 06-12-2018 18:23
Lu: 38 fois


CULTURE-  PERSONNALITES- EMIR ABDELKADER

 La première Moubayaa à l’Emir Abdelkader s’est déroulée le 21 novembre 1832 à Ghriss sous l’arbre de la Dardera (encore très soigneusement entretenu) . Abdelkader ibn Mahiedine al-Hassani, né en 1808 à la Guetna de l’oued al-Hammân à l’ouest de Mascara, appartenait à une famille dirigeant la confrérie Kadiria. Il a reçu dès son jeune âge une éducation religieuse solide.  Le parcours spirituel de l’homme lui a valu d’être consacré aujourd’hui comme le fondateur de l’État algérien moderne.

En 1832, il est proclamé émir des Arabes par quelques tribus des Hachems en Oranie en s’imposant sur les milices de l’ancien bey turc, et en menant la guerre contre les Français pendant quinze ans. Ces hauts faits lui ont permis d’étendre son autorité sur les provinces d’Oran, d’Alger, du Titteri et même dans le Constantinois. 

Il a réformé son jeune Etat par la création d’une armée de 10.000 soldats, rétribuée par la zakât. L’émir est ensuite , (après un long passage (forcé) en France) , au Proche-Orient de 1852 à 1883. 

Cette période d’exil est la plus riche mais, paradoxalement elle n’a pas intéressé suffisamment les historiens. On découvre un homme magnanime, voué à l’étude et la dévotion qui sait parler le langage des cœurs comme il a su manier les armes auparavant.

Tout jeune, l’émir s’adonnait régulièrement à la prière, l’étude et l’oraison. Il quitte Brousse après un tremblement de terre en 1855 en compagnie de sa suite composée de 111 personnes pour aller s’installer à Damas. Il devient un maître spirituel et son enseignement fut recueilli par ses disciples. Une partie de cet enseignement fut consigné par écrit sous le titre « Le Livre des Haltes » .

L’émir n’a cessé à travers ce livre de proclamer son rattachement spirituel à l’un des plus grands maîtres de l’histoire humaine, le cheikh al-Akbar, Ibn Arabi, enterré à Damas. L’émir habita la maison qui fut autrefois celle de son maître et demanda à être inhumé auprès du cheikh al-Akbar.

 A Damas, l’émir a pris sous sa protection la communauté algérienne et européenne lors des émeutes de juillet 1860. Il leur permit d’échapper aux massacres qui ont eu lieu entre les chrétiens maronites et les musulmans druzes. L’émir a offert sa protection aux chrétiens. Cette attitude a eu un écho considérable dans le monde entier, et surtout en Occident. Beaucoup de chefs d’Etat lui ont témoigné leur reconnaissance. Il a reçu des centaines de lettres de reconnaissance et d’amitié et il a été décoré plusieurs fois des plus grandes distinctions et grades.

Il faut signaler que l’émir est le premier éditeur de la somme spirituelle « Les illuminations de La Mecque », ouvrage monumental d’Ibn Arabi.

(Voir autre  Fiche documentaire in Culture-Personnalités)