Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Infos' diverses 2016

Date de création: 02-01-2017 19:19
Dernière mise à jour: 02-01-2017 19:19
Lu: 51 fois


CULTURE – INFOS'DIVERSES-  INFOS’ DIVERSES 2016

-Le Conseil national des arts et des lettres (Cnal) est constitué de personnes expertes chacune dans son domaine, désignées par le ministre de la Culture aux côtés de deux hauts responsables du ministère de la Culture et celui du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.
Ses attributions sont énoncées dans le décret exécutif no 11-209 du 2 juin 2011 portant création organisation et fonctionnement du Conseil national des arts et des lettres paru au Journal officiel no 31 du 5 juin 2011. Le Cnal n’a été effectivement installé que le 5 avril 2012 à Djenane El Mithaq à Alger. Après deux années et demie, il a été abrité par la Bibliothèque nationale du Hamma en décembre 2014. Le Cnal propose au ministre de la Culture les éléments liés à l’éthique et à la déontologie du métier d’artiste. Il exprime et concrétise par avis, recommandations et propositions les définitions des éléments de la politique de développement des arts, de la protection et de la promotion des arts en Algérie. Il participe à l’élaboration du fichier national des artistes. Le Cnal reçoit les demandes des artistes qui sollicitent une carte. A ce jour, le Cnal a reçu quelque 6.200 dossiers de demande de cartes d’artistes en provenance de toutes les régions du territoire national. Ces dossiers sont présentés à la sous-commission de validation qui les traite pour chacune des branches artistiques. Ils sont remis pour établissement de la carte et de l’attestation. La remise se fait soit sur convocation de l’artiste au siège du Cnal, soit sur place et directement lors des rencontres organisées dans les villes de l’intérieur. La première cérémonie de remise de cartes a eu lieu le 15 février 2015 à l’hôtel Aurassi à Alger. Jusqu’à ce jour, 4.470 cartes ont été validées dont 2.993 ont été effectivement remises à leurs postulants à travers le territoire national.

-Dans son Atlas des langues, l'Unesco dénombre, en tout, 13 variantes de tamazight menacées de disparition. En première position vers la tombe, l'on retrouve le korendjé, variante amazighe parlée par environ 5000 locuteurs dans la région de Tabelbala. Ce sera par la suite au tour du tamazight parlé dans la région d'Arzew et puis tagargrant, avec 15 000 locuteurs à Touggourt et Ouargla, le chenoui parlé par environ 20.000 habitants de Tipasa, Cherchell et Ténès et à Tagouraït n'est pas à l'abri aussi.
D'autres variantes réparties dans plusieurs wilayas ont aussi, le couteau de l'indifférence à la gorge comme pour le zenatia de l'Ouarsenis à Tissemsilt.
Le blidéen des monts de l'Atlas et Médéa, le senoussi de la montagne des Béni Snous et le chleha du village de Boussaïd attendent aussi dans le couloir de la mort.
Pis encore, d'autres variantes que l'on croyait solides s'effritent peu à peu, hélas, comme le tamacheq des Touareg algériens du Hoggar, du Tassili parlé par 120.000 locuteurs et enfin, le tidikelt, parlé par 50.000 habitants d'In Salah.

- Constantine, capitale de la culture arabe : coût évalué à 5,8 milliards de dinars  dépenses sur un budget de 7

- 120 imams sont arrivés en France durant le Ramadan pour animer des causeries religieuses

-Il existe (2016) 2130 lieux dec culte musulman en France .Et, 800 imams sont rémunérés dont 300 sont payés par la Turquie, l’Algérie , le Maroc ou l’Arabie saoudite

- Les subventions (FDATIC et FDAV) destinées à la production et post-production  cinématographiques ont été plafonnées en 2010 à 100 millions DA

- Pas moins de 5241 cartes professionnelles d'artistes ont été attribuées depuis février 2015 à ce fin octobre 2016 , selon le président du Conseil national des arts et des lettres (Cnal), Abdelkader Bendaâmache. Le Cnal a enregistré 9130 demandes pour l'obtention de cette carte qui confère la qualité d'artiste, précisant que 5984 demandes ont été validées. A ce jour 24 octobre) , 1653 demandes d'obtention de la carte d'artiste sont en instance d'examen et 1493 dossiers rejetés (pour manque de données exactes ou complètes). L'acquisition de la carte professionnelle de l'artiste constitue une «opération salutaire pour son détenteur». L'établissement de ce document officiel qui précise les droits et devoirs de son titulaire, est consigné dans le décret exécutif relatif aux modalités de couverture et de prestations sociales, publié au Journal officiel du 18 février 2014.Lors de cette cérémonie, 55 cartes professionnelles d'artistes ont été remises à leurs titulaires