Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Risque climatique- Etude Global Climate Risk Index 2017

Date de création: 05-12-2018 18:24
Dernière mise à jour: 05-12-2018 18:24
Lu: 4 fois


ENVIRONNEMENT – ETUDES ET ANALYSES- RISQUE CLIMATIQUE- ETUDE GLOBAL CLIMATE RISK INDEX 2017

 

Selon l’indice mondial des risques climatiques, dévoilé ce mardi 4 décembre par la fondation allemande Germanwatch en marge du sommet du climat COP24, l’Algérie occupe le 123e rang des pays les plus vulnérables aux intempéries extrêmes.

Selon cette étude qui couvre la période 1998-2017, la moyenne des pertes économiques en Algérie liées à ces risques, est estimée à 101.133 millions de dollars et occupe la 101e place. 

Ainsi, suivant la même source, l’Algérie est mieux classée que de nombreux États, généralement affectés par l’intensité accrue des tempêtes à l’instar de l’Inde ou de Madagascar. L’Algérie qui a souffert des inondations et des séismes gère mieux les catastrophes.   L’Algérie est mieux classée que ses voisins le Maroc 124e mais moins positionnée que la Tunisie 96e. 

  

Selon cet indice, les impacts liés aux intempéries en 2017 ont été les plus importants jamais enregistrés au cours des vingt dernières années.
Au total, près de 11.500 personnes sont mortes en 2017 des suites à des phénomènes météorologiques extrêmes, révèle l’étude en précisant que les dommages économiques engendrés par ces catastrophes naturelles ont frôlé les 375 milliards de dollars durant l’année écoulée.

Sur les dix pays les plus touchés en 2017, quatre étaient frappés par les cyclones tropicaux, note l’étude. Porto Rico, le Sri Lanka et la République Dominicaine ont été les plus durement touchés l’année dernière par des cyclones tropicaux dévastateurs. Sur la période 1998 à 2017, Porto Rico, le Honduras et la Birmanie ont été les plus touchés.