Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Enquête Cluster mécanique- Pme Algérie 2018

Date de création: 20-11-2018 11:28
Dernière mise à jour: 20-11-2018 11:28
Lu: 85 fois


ÉCONOMIE- ENQUÊTES ET REPORTAGES- ENQUÊTE CLUSTER MÉCANIQUE –PME ALGÉRIE 2018

L’Algérie compte en 2018 quelque 1 100 000 PME, tous secteurs confondus, soit un chiffre largement en deçà de la moyenne des pays de la zone méditerranéenne, selon un document  élaboré par le Cluster Mécanique de précision présidé par Adel Bensaci. Une série de mesures d’aide et de soutien à la promotion des PME, dont la loi d’orientation sur le développement de la PME, de juin 2017, ont été prises ces dernières années, mais l’objectif est loin d’être atteint. Adel Bensaci estime qu’il reste beaucoup à faire, bien entendu, et que nous devrions continuer et faire beaucoup plus d’efforts dans le but d’étendre le tissu des PME et de faire participer ces dernières au développement de nombreuses activités dont la sous-traitance industrielle. Cette dernière constitue, selon lui, un domaine stratégique, au carrefour d’enjeux aussi importants et essentiels que l’innovation, ou la recherche développement. Et, dans ce domaine-là, les petites et moyennes entreprises peuvent apporter une valeur ajoutée considérable à l’économie nationale. Et de préciser que l’industrie de la sous-traitance peut représenter jusqu’à 10% de l’économie nationale. Un objectif réalisable ? Pour qu’il le soit, il propose une piste d’action permettant de fédérer les efforts de chacun sur des secteurs porteurs comme l’automobile et l’industrie des hydrocarbures. À ses yeux, l’industrie de la sous-traitance peut constituer un formidable outil de substitution a fortiori dans un secteur où les besoins de Sonatrach en pièces de rechange sont estimés à près de
4 milliards de dollars. Le président du Cluster Mécanique relève que la volonté affichée par la compagnie nationale des hydrocarbures de porter l’intégration du contenu local (pièces de rechange fabriquées localement) dans l’industrie pétrolière et gazière à 55% à l’horizon 2030 est ambitieuse et qu’elle devrait permettre de consolider le tissu des PME et de contribuer à la création de 10 000 PME et 1 000 000 d’emplois supplémentaires. De même que ce processus d’intégration peut, a-t-il ajouté,   aider à libérer le potentiel des PME, à faire des économies en plusieurs milliards en devises fortes pour le pays et à faire passer la part de la valeur ajoutée des PME de 6%, aujourd’hui, à 10% dans un avenir proche. Dans le secteur automobile, Adel Bensaci estime que sur le long terme, il est tout à fait possible de passer du statut de pays importateur de véhicule au fournisseur principal de pièces de rechange pour approvisionner les usines d’assemblage, puis au constructeur. Bensaci rappelle que le gouvernement mise sur une production annuelle de 500 000 unités, tous types confondus, en 2019. Une production qu’il aimerait bien exporter en partie. Il a également l’ambition de faire passer le faible taux de pièces fabriquées en Algérie de 15% à 40-50% dans les prochaines années. Dans le document cité plus haut, il est mentionné qu’actuellement, les pièces produites sur place représenteraient moins de 15% chez Daimler et 20% chez Renault (à titre comparatif, plus de 60% des pièces produites au Maroc). Il y est, par ailleurs, recommandé de développer et d’étendre la production algérienne de composantes, de créer des partenariats stratégiques entre fabricants de composants locaux et grands fabricants internationaux, déjà implantés dans le pays, de faciliter la logistique en matière de transport et de commerce extérieur, de stimuler la création de plateformes d’assemblage de véhicules entiers en partenariat avec des constructeurs internationaux mais dont le but est d’en faire un hub de construction régional. Il y est également souligné que l’État a encore un  rôle à jouer dans le développement des PME. Il doit intervenir dans l’amélioration de l’environnement de la PME, de la compétitivité, des capacités d’exportation, et dans l’émergence de PME, notamment innovantes.