Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Kamel Bakiri- "La péninsule de Collo.."

Date de création: 20-11-2018 11:00
Dernière mise à jour: 20-11-2018 11:00
Lu: 59 fois


HABITAT- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI KAMEL BAKIRI- « LA PENINSULE DE COLLO..... »

La péninsule de Collo. L’histoire d’une région. Essai de Kamel Bakiri (préface de Abderrahmane Khelifa). Anep Editions, Alger 2018, 1 000 dinars, 210 pages

Une « petite » ville sise dans une péninsule , naturellement excentrée, certes grande ouverte sur la mer mais difficilement accessible....et pourtant, une grande et belle histoire. Bien sûr, comme pour beaucoup de cités algériennes ,  on commence , enfin , à découvrir- à travers les écrits d’ « enfants du pays »-  la riche histoire, parfois calme mais presque toujours heurtée, faisant face aux multiples invasions, exactions et occupations.

Première partie assez riche en informations : Une histoire qui remonte à loin, très loin. La ville (la région) a connu bien des phases. Elle  a fait partie du domaine de Syphax, de Massinissa et de ses descendants. Elle a fait partie de la Confédération cirtéenne avec Rusicade (Skikda aujourd’hui) , Milev (Mila aujourd’hui) et Cirta (Constantine aujourd’hui) . Une ville commerçante ouverte , fenêtre sur la Méditerranée de tout l’arrière-pays constantinois.

Elle a eu sa période musulmane, soulignée par les géographes et les historiens ......La ville et son port ont des relations suivies avec les républiques italiennes de Gênes, Pise, Venise ....

Vinrent les Ottomans. Une garnison est installée pour la défendre des éventuelles agressions.

La région, avec son massif indomptable, ne sera  complètement occupée par la colonisation française qu’à partir de 1859.

Deuxième partie, présentant les us et coutumes de la région :langage, gastronomie, habitudes vestimentaires, pratiques sociétales, fêtes religieuses et traditions populaires, loisirs......ainsi que les combats politiques et les formes de résistance (scoutisme, enseignement au sein de la médersa, activités culturelles...)  afin de préserver la personnalité algérienne .

Enfin, le temps de la guerre de libération nationale jusqu’à l’indépendance

 

L’Auteur : Né en 1943 à Collo. Ancien haut fonctionnaire dans l’Administration des Transports (aviation civile) . Aujourd’hui retraité, il se consacre à l’écriture.

Extraits : «  C’est dans le livre « Kiteb el-massalik ouel-mamalik » ou le « livre des itinéraires et des royaumes » du géographe arabe El Bekri que le nom « El Qol » apparaît pour la première fois... » (p 61), « L’ancien « Chullu » est connu depuis la période numide comme port de Cirta dont il est relié par une voie que l’on attribue aux Romains et qui passe par le « pagus cirtéen », Celtianis (Ezzerga/Bni Ouèlbène) » (p 79) , « Il faut attendre l’année scolaire 1955-1956 pour voir pour la première fois les enfants de la région poursuivre à Collo même leurs études au-delà du Cm2 ou de la classe dite de fin d’études » (p 129) , « De tous ces martyrs de la guerre de libération nationale , il y a ceux et celles qui reposent en paix dans les cimetières, d’autres sont encore là où ils sont tombés, des lieux que l’on  situe approximativement ou complètement ignorés à ce jour et combien le sont-ils ? » (p 172)

Avis :Une région à découvrir.  De l’histoire, des pans de la vie quotidienne , des   pratiques.....Manque l’évocation des personnalités marquantes, car il y en a. Peut-être, pour ne pas faire de « jaloux » ? Peut-être, un autre ouvrage ?A suivre.....

Citation : « Il n’existe pas pas une parcelle de terre, le moindre affluent d’un oued, une herbe, un arbre, sans nom. On peut en faire une étude à part.C’est dire la richesse de notre patrimoine ! » (p 12)