Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Benaissa Abdennebi

Date de création: 19-12-2016 11:46
Dernière mise à jour: 19-12-2016 11:46
Lu: 92 fois


SCIENCES- PERSONNALITES- BENAISSA ABDENNEBI

Le professeur Benaïssa Abdennebi, spécialiste en neurochirurgie à l’hôpital Salim- Zemirli d’El Harrach, a reçu « la médaille du savant algérien 2016 », à l’issue d’une cérémonie qui s’est tenue samedi 17 décembre 2016, , à l’hôtel Hilton d’Alger

Décernée chaque année par l’association scientifique et culturelle « Wissam El Alam El Djazaïri », cette distinction honorifique, qui en est maintenant à sa 9e édition, récompense un savant ou un groupe de chercheurs  qui ont grandement honoré le pays par leur précieuse contribution dans les domaines de la science et de la culture.
Placée sous le signe: « Oui, l’Algérie a ses savants », la cérémonie de remise de cette belle distinction s’est déroulée devant une assistance record

C’est ce que pense le lauréat 2016 de la médaille du savant algérien, le grand spécialiste en neurologie fonctionnelle, le professeur Benaïssa Abdennebi, 66 ans, lors de sa prise de parole durant la cérémonie, organisée à la Khaïma géante de l’hôtel Hilton.
Après la présentation vidéo de sa biographie,  au cours de laquelle nombre de hautes qualités morales et professionnelles ont été mises en exergue, que ce soit par ses proches ou par ses nombreux collègues de travail dont certains, ajoutons-le, furent également ses élèves, le professeur Abdennebi, a pris la parole pour  remercier les organisateurs d’avoir pensé à lui et de l’avoir choisi comme lauréat de la médaille du savant algérien 2016.
Ensuite, il a mis l’accent sur les nombreux algériens qui travaillent dans l’anonymat pour que l’Algérie reste au firmament de la science et du savoir. Dans ce contexte, l’éminent professeur a évoqué son domaine de prédilection en précisant qu’il s’est inspiré de la douleur chronique ressentie par les malades de neurochirurgie pour  sa thèse de doctorat, avant d’ajouter que le désir ardent de ramener cette spécialité pointue de l’étranger et de soigner nos patients, ici en Algérie, est derrière la création d’un service de neurochirurgie fonctionnelle au CHU Zemerli d’El Harrach, avant sa dotation normale en équipements et en médicaments, depuis de longues années et ce, dans le traitement de la maladie de Parkinson, notamment. Il en a profité pour lancer un appel aux étudiants algériens, les exhortant à travailler sérieusement et à bien maîtriser leur métier, avant de mettre leurs connaissances et leur savoir-faire au service des patients algériens dont le nombre s’accroit rapidement.
Il y a lieu de rappeler que depuis sa création, en 2013, la fondation s’est attelée à la promotion et à la valorisation des efforts considérables déployés par les savants et chercheurs algériens dans les domaines scientifiques et culturels. Son président, le Dr Nedjar Baba Ammi, qui est intervenu à cette occasion, a tenu particulièrement à exprimer sa disponibilité et celle de son association en faveur de la promotion de la science et du savoir en Algérie.
Pour rappel, la fondation « Wissam El Alam El Djazaïri » a depuis sa création distingué plusieurs savants et chercheurs algériens qui ont contribué à la promotion de la science et de la culture, en Algérie et à l’étranger. En effet, après le professeur en histoire Belkacem Saâdallah en 2007, c’est au tour des professeurs Djamel Mimouni (astronomie) et Mohamed Salah Nacer (sciences religieuses) d’être honorés l’année suivante.
En 2009, le professeur en philsophie Abderrazak Guessoum et le journaliste Mohamed El-Hadi El Hassani ont été primés par la fondation, qui a choisi le savant en sciences islamiques le Dr Saïd Bouïzri comme lauréat de l’édition 2010. Ensuite, c’est au tour du professeur Mohamed Boulenouar Ziane de décrocher la haute distinction en 2012.
En 2013, la médaille du savant algérien est revenue au spécialiste en robotique, le Pr Kamel Youcef Toumi et au savant religieux cheikh Ba Ammouri. Ensuite, l’ancien ministre, le professeur en mathématiques Ahmed Djebbar, a obtenu cette haute consécration en 2014. Durant la 8e édition qui s’est tenue l’année dernière, le choix des organisateurs s’est porté sur l’ancien ministre et professeur Belgacem Haba, chercheur en micro-technologies et en nanotechnologies.