Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Investissements 2019- Etude Rand Merchand Bank 2018

Date de création: 06-11-2018 19:39
Dernière mise à jour: 06-11-2018 19:39
Lu: 3 fois


ECONOMIE- ETUDES ET ANALYSES- INVESTISSEMENTS 2019- ETUDE RAND MERCHAND BANK 2018


La banque d’affaires sud-africaine Rand Merchand Bank vient de livrer son verdict (mi-se^ptembre 2018) . Et le moins qu’on puisse dire est que l’Algérie continue pour la deuxième année à émarger en dehors du top 10 du classement annuel “Where to Invest in Africa”, réalisé par la banque. Pour rappel, l’Algérie, durement touchée par la chute des cours du pétrole et une crise de liquidités, a été la grande absente du top 10 du classement de 2018.
Elle avait chuté de la 10e place (classement 2017) à la 15e place en 2018. Ce score peu reluisant vient en droite ligne de la multitude d’analyses menées par des institutions et organisations internationales qui, elles déjà, relèguent l’Algérie, quand il s’agit de l’évaluation du climat des affaires, à des rangs pas très en adéquation avec les potentialités ou les ambitions du pays. Selon la Conférence des Nations unis pour le commerce et le développement (Cnuced), l’Algérie n’arrive plus à réaliser les prouesses de la période allant de 2008 à 2011 où les IDE avaient dépassé les deux milliards de dollars par an. Selon les chiffres de la Cnuced, l’Algérie ne vient qu’à la 13e place sur le continent en matière d’IDE. La somme des IDE en Algérie, durant les sept dernières années, ne dépasse pas les huit milliards de dollars. Lors de l’évaluation des environnements d’investissement les plus attractifs en Afrique, le RMB a encore une fois considéré deux conditions importantes pour un investissement viable : l’activité économique et l’environnement opérationnel. Et c’est justement sur ces deux conditions importantes que l’Algérie cale. Les rapports internationaux sont assez sévères concernant les facilitations qu’accorde le pays aux investisseurs, et critiquent la sclérose de l’administration et les obstacles qui se dressent en travers du chemin des porteurs de projets de partenariats et d’affaires en Algérie. Entraves bureaucratiques et lourdeurs en tous genres sont mises en avant et donnent un aperçu peu engageant de l’environnement des affaires en Algérie, alors que de nombreux secteurs sont en friche et les domaines d’investissement et d’affaires légion. Dans le classement Doing Business 2017 de la Banque mondiale, l’Algérie est classée à la 156e place (sur 190). Malgré les réels efforts déployés par l’Algérie, ces dernières années, l’environnement des affaires reste peu propice à la création et au développement des entreprises. Pour revenir au classement 2019 de RMB, les trois premiers pays de l’année dernière - l’Égypte, l’Afrique du Sud et le Maroc - ont maintenu leurs positions en termes d’attractivité de l’investissement. L’Égypte a conservé sa place de premier rang, le plus grand marché africain en termes de PIB, bénéficiant du plus grand marché de consommation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Son économie est diversifiée et reçoit d'importants montants d'IDE. L'Afrique du Sud a également conservé sa position, en deuxième lieu. L'Afrique du Sud est actuellement un point chaud pour les IDE. Toujours au troisième rang, le Maroc est le cinquième marché en importance en Afrique. Avec un taux de croissance attendu de 4% à moyen terme, l’environnement opérationnel et l’attractivité du Maroc ont été fortement renforcés.