Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Données 2016

Date de création: 05-12-2016 03:15
Dernière mise à jour: 05-12-2016 03:15
Lu: 100 fois


POPULATION – FEMME – DONNEES 2016

Les femmes dans la société algérienne (*) :
* Les femmes représentent 49,37% de la population totale (estimée à 40,4 millions d’habitants).
* L’âge moyen au mariage est de 30 ans pour les femmes (33 ans pour les hommes)
* L’âge moyen à la maternité est de 31,8 ans.
* L’espérance de vie à la naissance est de 77,5 ans pour les femmes, 73,8 ans pour les hommes
* Le taux de scolarisation total est de 98%.
* Les filles représentent 47% des élèves du primaire, 48,75% du moyen, 58,25% du secondaire. Plus de la moitié des diplômés universitaires sont de sexe féminin.
* Performantes à l’école et à l’université, elles sont souvent vouées au chômage. Les femmes représentent 18,9% de la population occupée totale. Elles sont 43% des magistrats, 62% des personnels de santé, 68% des enseignants, 51% des journalistes.
* En août 2016, 9300 femmes sont gérantes d’entreprises. Les femmes ont bénéficié de 14% des crédits de l’Ansej et de la Cnac, 62,4% de microcrédits financés par l’Angem.
* Les femmes se reconnaissent et se revendiquent à présent comme chômeuses: sur 1 198 000 personnes à la recherche d’un emploi, 24,7% sont des femmes.
* 46% des chômeuses ont un diplôme de l’enseignement supérieur, 27% sont diplômées de l’enseignement professionnel, 27,1% sont sans diplôme.
(*) Chiffres ONS

égalité des droits et citoyenneté

Les femmes s’organisent

1946 : création de la première cellule féminine du PPA-MTLD ;
1947 : création de l’Association des Femmes Musulmanes d’Algérie (AFMA) présidée par Mamia Chentouf ;
1954 : les femmes entrent en guerre ;
1962 : les femmes participent activement aux fêtes de l’indépendance ;
1963 : création de l’UNFA, organisation féminine du FLN ;
1965 : 8 mars, des centaines de femmes manifestent à Alger pour l’égalité des droits, l’abrogation de la polygamie, de la dot, de la répudiation et pour l’égalité dans l’héritage, revendications que l’UNFA appuie en 1966 ;
1973, 1979 : premier et deuxième projet de code de la famille ;
1981 : Les femmes obtiennent la levée de l’imposition de l’autorisation masculine pour la sortie du territoire national ;
1981 : dépôt d’une pétition des Femmes à l’APN contre le projet du code de la famille ;
1984 : promulgation du code de la famille, qui  fait de la femme une mineure ;
1985-1989 : création de nombreuses associations autonomes de femmes sous le règne du Parti unique ;
1989 : manifestation publique contre les violences faites aux femmes à Ouargla ;
1989 : 8 mars, des milliers de femmes marchent à Alger pour demander l’égalité des droits et l’abrogation du code de la famille ;
1989 : 30 novembre, 1re Rencontre nationale des associations de femmes au CPVA, qui réunit 14 associations du territoire national pour l’égalité et l’abrogation du code de la famille ;
1991 : création de SOS Femmes en détresse et du premier centre d’accueil de femmes en difficultés ;
1991 : création des premiers journaux féminins, Nyssa, Hawa, Ounoutha ;
1991 : de nouvelles associations de femmes naissent à la faveur de la nouvelle Constitution ; 1991 : manifestations de femmes contre les procurations familiales lors des élections ; la loi sera modifiée par le Conseil constitutionnel ;
2000 : 5 octobre, création du Réseau Wassila
2004 : grâce à la Commission des femmes travailleuses de l’UGTA, loi contre le harcèlement sexuel au travail ;
2004 : campagne “20 ans barakat” contre le code de la famille ;
2005 : première enquête nationale sur les violences faites aux femmes par l’INSP ;  
2005 : amendements mineurs au code de la famille ;
2012 : des associations de femmes proposent un projet de loi sur les violences faites aux femmes au bureau de l’APN qui l’enregistre ;
2015 : en juin, ignorant le projet présenté par les associations de femmes en 2012, promulgation d’amendements au code pénal portant sur les violences faites aux femmes.

1946 : création de la première cellule féminine du PPA-MTLD ;
1947 : création de l’Association des Femmes Musulmanes d’Algérie (AFMA) présidée par Mamia Chentouf ;
1954 : les femmes entrent en guerre ;
1962 : les femmes participent activement aux fêtes de l’indépendance ;
1963 : création de l’UNFA, organisation féminine du FLN ;
1965 : 8 mars, des centaines de femmes manifestent à Alger pour l’égalité des droits, l’abrogation de la polygamie, de la dot, de la répudiation et pour l’égalité dans l’héritage, revendications que l’UNFA appuie en 1966 ;
1973, 1979 : premier et deuxième projet de code de la famille ;
1981 : Les femmes obtiennent la levée de l’imposition de l’autorisation masculine pour la sortie du territoire national ;
1981 : dépôt d’une pétition des Femmes à l’APN contre le projet du code de la famille ;
1984 : promulgation du code de la famille, qui  fait de la femme une mineure ;
1985-1989 : création de nombreuses associations autonomes de femmes sous le règne du Parti unique ;
1989 : manifestation publique contre les violences faites aux femmes à Ouargla ;
1989 : 8 mars, des milliers de femmes marchent à Alger pour demander l’égalité des droits et l’abrogation du code de la famille ;
1989 : 30 novembre, 1re Rencontre nationale des associations de femmes au CPVA, qui réunit 14 associations du territoire national pour l’égalité et l’abrogation du code de la famille ;
1991 : création de SOS Femmes en détresse et du premier centre d’accueil de femmes en difficultés ;
1991 : création des premiers journaux féminins, Nyssa, Hawa, Ounoutha ;
1991 : de nouvelles associations de femmes naissent à la faveur de la nouvelle Constitution ; 1991 : manifestations de femmes contre les procurations familiales lors des élections ; la loi sera modifiée par le Conseil constitutionnel ;
2000 : 5 octobre, création du Réseau Wassila
2004 : grâce à la Commission des femmes travailleuses de l’UGTA, loi contre le harcèlement sexuel au travail ;
2004 : campagne “20 ans barakat” contre le code de la famille ;
2005 : première enquête nationale sur les violences faites aux femmes par l’INSP ;  
2005 : amendements mineurs au code de la famille ;
2012 : des associations de femmes proposent un projet de loi sur les violences faites aux femmes au bureau de l’APN qui l’enregistre ;
2015 : en juin, ignorant le projet présenté par les associations de femmes en 2012, promulgation d’amendements au code pénal portant sur les violences faites aux femmes