Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Marché des assurances 2015

Date de création: 11-11-2016 16:28
Dernière mise à jour: 11-11-2016 16:28
Lu: 107 fois


FINANCES- ENQUETES ET REPORTAGES- MARCHE DES ASSURANCES 2015

 

Assurances: Des chiffres et des craintes

© Zahir Mehdaoui/Le Quotidien d’Oran ,  jeudi 10 novembre 2016



Le marché algérien des assurances a réalisé en 2015 un volume de primes de 127,9 milliards de DA contre 125,5 milliards de DA en 2014, soit une progression de 2%. Même positif, ce taux est le plus bas réalisé par le marché des assurances durant les dix dernières années. Il reflète le contexte actuel de l'économie nationale, caractérisé par la baisse des cours internationaux du pétrole et, par conséquent, des revenus extérieurs du pays. Les assurances de dommages ont progressé de 1%, passant de 116,9 milliards de DA en 2014, à 117,8 milliards de DA en 2015, indique à cet effet un bilan établi par le ministère des Finances.

Selon le document dont nous détenons une copie, ce sont les assurances de personnes qui ont contribué positivement à l'évolution de l'activité des assurances. Sur un volume additionnel de primes toutes branches confondues de 2,4 milliards de DA, environ 1,2 milliard de DA proviennent des assurances «non dommages», soit une contribution de 52%, même si l'assurance automobile reste la principale source alimentant les primes du marché. En 2015, la branche automobile a généré 66,8 milliards de DA contre 65 milliards de DA en 2014, soit un montant additionnel de primes de 1,5 milliard de DA. La progression enregistrée par ces deux catégories d'assurances (assurance de personnes et assurance automobile) a pu limiter l'impact de la baisse enregistrée par la branche transport (-12%), maintenant l'activité des assurances au même niveau avec une légère progression.

Ainsi, le taux de pénétration du secteur des assurances en 2015 n'a pas évolué par rapport à 2014. Il reste en deçà de 1%. Il passe de 0,73% en 2014 à 0,76%, en 2015. La densité d'assurance (primes d'assurances/habitant) exprimée en dinar n'a pas évolué également. Elle passe de 3.209 DA en 2014 à 3.271 DA en 2015, soit, de 33,8 à 32,57 $ US. Une légère diminution a été constatée en raison des fluctuations du taux de change dinar/dollar US.

Toutefois, le nombre des sociétés animant le marché des assurances a évolué. Il est passé, en 2015, à 24 contre 23 en 2014, avec l'agrément d'une nouvelle société spécialisée en assurances de personnes, à savoir la société Algerian Gulf Life Insurance Company (AGLIC) créée dans le cadre d'un partenariat algéro (CASH et BNA)- koweïtien (Gulf Insurance Group).

Au cours de 2015, les sociétés d'assurances ayant animé le marché des assurances sont réparties comme suit : 01 société de réassurance, 02 sociétés spécialisées dans l'assurance, respectivement, du crédit immobilier et du crédit à l'exportation, 13 sociétés d'assurances de dommages et 08 sociétés d'assurances de personnes.

Ces deux dernières catégories de sociétés disposent d'un réseau de distribution de 1.133 agences directes, 1.090 agents généraux d'assurances, 38 courtiers d'assurances et un réseau de bancassurance de 750 agences bancaires inscrites dans les conventions de distribution signées par les compagnies d'assurance avec les différentes banques de la place.

Les intermédiaires d'assurance (agents généraux et courtiers), ont participé à hauteur de 29% dans la formation du chiffre d'affaires du marché. Leur intervention a connu une augmentation de 5%, comparé à l'année précédente. Le chiffre d'affaires apporté est passé de 35,9 milliards de DA en 2014 à 37,6 milliards de DA en 2015.

Au titre de la prestation de services, les règlements de sinistres ont connu une hausse de 15%. Les sociétés d'assurances ont indemnisé pour 71 milliards de DA, soit 9,2 milliards de DA de plus, comparé à 2014. La branche automobile, avec 47,2 milliards de DA, représente 66% du montant global des indemnisations. Pour réduire les stocks de sinistres en automobile, les compagnies d'assurances ont mis en place, en mai 2015, une convention portant sur «l'assainissement des recours au coût moyen (ARCM)». Validée par l'autorité de contrôle des assurances, cette convention traite des recours inter-entreprises et vise l'assainissement des dossiers de sinistres relevant des exercices 2010, 2011 et 2012. S'agissant de l'activité financière, le marché cumule, au 31/12/2015, un encours de placements (financiers et immobiliers) de 252 milliards de DA, soit un accroissement de 13% par rapport à 2014. Avec un montant de 113 milliards de DA, les valeurs d'Etat représentent 45% des placements mobilisés. Le marché (y compris la CCR) dispose, par ailleurs, d'une marge de solvabilité en augmentation de 7% par rapport à 2014. Au 31/12/2015, la marge de solvabilité totalise 141 milliards de DA contre 131,5 milliards de DA en 2014.

Crise et risque d'insolvabilité de certains assureurs

Par ailleurs, il faut savoir que l'indemnisation en dommage a progressé de 8,6 milliards de DA alors que la production n'a progressé que de 800 millions.

A cela il faudra ajouter la progression des provisions pour sinistres à payer de plus de 2,2 milliard de DA.

« La charge sinistre à augmenté de plus de 10 milliards alors que la production moins de 1 milliard», a tenu à nous souligner hier un responsable d'une compagnie d'assurances qui affirme clairement que certains assureurs risquent la banqueroute et ne peuvent plus faire face à leur stock de sinistre du fait de leur très faible provision d'indemnisation.

En 2015, les indemnisations ont progressé de 15% correspondant à une hausse de 9,2 milliards de DA.

66% des indemnisations de 2015 ont concerné la branche automobile. Cette branche demeure la branche enregistrant le plus de sinistres en raison de l'accroissement du nombre d'accidents de la circulation automobile et, par conséquent, des déclarations de sinistres. Le montant des règlements au titre de cette branche passe de 44,7 milliards de DA en 2014 à 47,2 milliards de DA en 2015.

L'année 2015 est caractérisée par ailleurs par la mise en place de la convention visant l'assainissement des dossiers de recours au coût moyen «ARCM» que l'Union algérienne des sociétés d'assurances et de réassurance (UAR) a engagé avec les sociétés d'assurances dommages, pour l'assainissement des dossiers relevant des exercices 2010, 2011 et 2012. Occupant le deuxième rang, la branche «dommages aux biens», avec un montant de 16,6 milliards de DA, représente une part de 23% du montant des sinistres réglés par le marché.

Quant aux assurances de personnes, le niveau des indemnisations occupe une part de 5% dans la structure des règlements du marché. Ce montant est passé de 2,7 milliards de DA en 2014 à 3,2 milliards de DA en 2015.

Le ministère des Finances assure toutefois qu'au titre de l'exercice 2015, la marge de solvabilité, toutes sociétés d'assurances directes confondues, a enregistré une évolution de 7% par rapport à 2014. Elle passe de 109,2 milliards de DA en 2014 à 116,7 milliards de DA en 2015.

Les taux minimums de la marge de solvabilité sont respectés par toutes les sociétés d'assurances et de réassurance. Ces dernières affichent des taux supérieurs aux taux réglementaires.

«Avec un montant de 141 milliards de DA, le niveau de la marge de solvabilité (y compris la CCR) représente 95% de la production, soit 5 fois le minimum réglementaire et 93% des provisions techniques, soit 6 fois le minimum réglementaire», est-il souligné dans le document du ministère.

En outre, l'activité des assurances s'est traduite, en ce sens en 2015, par un niveau de primes de 127 milliards de DA contre 125 milliards de DA en 2014 enregistrant, ainsi, une évolution de 2%. Le volume de primes additionnel de 2,4 milliards de DA a été réalisé en 2015 grâce à la branche automobile, en augmentation de 1,4 DA et les assurances de personnes avec un montant de prime additionnel de 1 milliard de DA par rapport à l'exercice précédent.

Plus de la moitié du chiffre d'affaires générée par la branche automobile

Le chiffre d'affaires du secteur des assurances continue à être alimenté par la branche automobile dont les primes représentent 52% du chiffre d'affaires du marché. Une diversification du portefeuille du marché s'impose. Les assurances de personnes, les assurances des particuliers, les assurances agricoles et les assurances CAT.NAT sont autant de segments de marché qui restent à développer.

Les sociétés d'assurances de dommages ont enregistré une augmentation inférieure à 1%. Elle se situe à 0,7%. Par contre, les sociétés d'assurances de personnes ont évolué de 18%. Quant à la CNMA, en sa qualité de mutuelle, elle connaît un accroissement appréciable de son niveau de production. Le chiffre d'affaires de la CNMA est passé de 11,3 milliards de DA en 2014 à 12,4 milliards de DA en 2015, soit un taux de progression de 11%, ce qui place cette mutuelle à la 4ème place du secteur avec une part de marché de 10%.

Il faut relever que -en ce sens- l'activité du marché des assurances est générée à hauteur de 62% par les sociétés publiques, 24% par les sociétés privées, 10% par la CNMA et 4% par les sociétés mixtes.

Par branches, l'assurance automobile, qui représente 52% du portefeuille du marché, a connu en 2015 une perte en terme de valeur additionnelle par rapport à celle enregistrée en 2014. En effet, la valeur additionnelle enregistrée est passée de 4,3 milliards DA en 2014 à 2,4 milliard DA en 2015, soit un repli d'environ 2 milliards DA.

La branche «risques agricoles» a enregistré une progression appréciable de 26% par rapport à 2014. Le niveau des primes émises de cette branche passe de 2 milliards DA en 2014 à 2,6 milliards DA en 2015. Cette progression est due à la politique d'encouragement des productions agricoles et aquacoles, soutient le ministère des Finances qui note que la branche « assurance dommages aux biens» continue d'occuper la deuxième position avec une part du marché qui s'établit à 33%. Elle enregistre une diminution de 127 millions de DA par rapport à l'année précédente.

Pour ce qui est de l'assurance transport, le montant des primes enregistre une régression. Il passe de 6,4 milliards de DA en 2014 à 5,6 milliards de DA en 2015, soit, une diminution de 12%, et ce malgré une intense activité commerciale aérienne et maritime.

Par ailleurs les assurances de personnes ont enregistré un taux de progression de 18% et occupent en 2015 une part de 8% dans la production globale du marché des assurances.

En ce qui la concerne, la production des intermédiaires a connu en 2015 une progression de 5% par rapport à l'exercice précédent. Elle est passée de 35,9 milliards de DA en 2014 à 37,6 milliards de DA en 2015. Ce réseau indirect a acquis une part de marché de 29%. Le réseau des agences directes, avec une part de 71%, reste prédominant. Il réalise 71% de l'activité des assurances. Il englobe 1.133 agences directes en 2015 contre 1.071 agences en 2014.

Enfin, en dépit de tous les problèmes auxquels sont confrontées les compagnies d'assurances, du secteur privé notamment, le ministère des Finances estime dans son bilan que la croissance de l'activité des assurances reste non négligeable.

«Ces dernières années, le secteur des assurances a connu, en moyenne, un taux de croissance à deux chiffres. La production du secteur est passée de 46 milliards de DA en 2006 à 127 milliards de DA en 2015», conclut la même source.