Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman- Cuba- Khadra Yasmina

Date de création: 11-11-2016 16:08
Dernière mise à jour: 11-11-2016 16:08
Lu: 38 fois


RELATIONS INTERNATIONALES- BIBLIOTHEQUE D’AL MANACH- ROMAN- CUBA- KHADRA YASMINA

 Dieu n’habite pas La Havane. Roman de Yasmina Khadra. Casbah Editions, Alger 2016, 295 pages, 1 000 dinars.

La Havane (et  Cuba, toujours castriste) . Aujourd’hui ou hier à peine. Vu par Yasmina Khadra à travers son dernier roman. Un titre évocateur...pouvant laisser croire à une vie hors du temps, hors du réel, peut-être même abandonnée....par Dieu , une vie ou un semblant de vie agrippé aux oripeaux d’un passé en gande partie disparu, d’un passé mythifié fait seulement de souvenirs souvent n’ayant rien à voir avec la politique (qui est toujours faite par et pour les autres et non pour les humbles) , d’un présent difficile bien qu’heureux et d’un avenir fait d’exils et de fuite en avant

C’est l’histoire d’un vieux (59 ans, c’est peu mais c’est déjà beaucoup quand on est obligé de « ramer » à longueur de journée pour gagner dignement sa vie  ) chanteur cubain , à la « voix d’or », amoureux de lui-même ,de ses succès auprès des publics et des quelques touristes de passage, qui , employé des décennies durant dans les restes d’un vieux music-hall, se voit soudainement sans emploi (l’établissement touché par les « réformes »...et la re-privatisation) . Chanter , c’est sa vie et la foule de fans lui manque......Retrouver un emploi stable est plus que difficile sinon impossible pour quelqu’un de son âge, d’autant que la mode musicale a évolué , laissant ,sur le carreau, la rumba et tous les styles classiques pourtant assez beaux mais au public vieilli et restreint.

Sans logement fixe, car trop fixé sur son « art », il rejoint la masse des artistes rejetés par la vie révolutionnaire faite d’austérité, devenus des marginaux économiques. La solidarité familiale est là , mais elle ne suffit plus. Pis encore, il tombe amoureux d’une belle jeune fille , Mayensi,  de presque trente années sa cadette. Elle aussi, une marginale  d’une autre dimension. Fille de pêcheur, adorant la poésie mais totalement « détraquée », car ayant perdu trop tôt un père qu’elle adorait . Il l’ignore...et le saurait-il qu’il continuera à l’aimer.Un jour, elle partira, lui laissant bien des blessures, mais surtout un poème émouvant qu’il mettra en musique, qu’il chantera avec succès. Ainsi, la vie est faite de folie, d’amour , de peines et de voies qui se rencontrent et se séparent ...bien souvent dans la douleur. Heureusement, à la Havane, à Cuba, même si Dieu n’y habite pas , la pulsion de vie ,  avec des bonheurs tout simples et des âmes non totalement « virusées » , reste toujours la plus forte.

L’Auteur :   Né en janvier 1955 à Kenadsa, élève de l’Ecole des cadets de la Révolution,  ancien officier de l’Armée nationale populaire, Yasmina Khadra , de son vrai nom Moulessehoul Mohammed, est , aujourd’hui , un écrivain très connu . Lu dans de dizaines de pays , il est traduit en plusieurs langues. Il a , à son actif plus d’une trentaine d’œuvres dont deux sont autobiographiques (« L’Ecrivain » en 2001 , « L’imposture des mots  » en 2002) . La plupart sont des romans dont certains ont été adaptés au cinéma comme « Morituri », « L’Attentat »,  « Ce que le jour doit à la nuit »  et « Les hirondelles de Kaboul » et au théâtre  et même en bandes dessinées...ceci sans parler des ouvrages (dont des romans policiers) publiés sous pseudonyme au milieu des années 80 et au tout début des années 90, inventant même un  personnage fameux, celui du du Commissaire Llob (« Le Dingue au bistouri » et « La foire aux Enfoirés ») . A noter qu’il a co-signé, aussi, des scénarii de films.....qu’il a été un certain temps directeur du Centre culturel algérien à Paris......et qu’il a même tenté une courte « aventure » politique  lors des dernières présidentielles!

Avis : Un (bon) roman qui se lit rapidement

Extraits : «  Mourir pour un idéal....c’est confier cet idéal aux usurpateurs ; les orphelins auront beau le réclamer , personne  le leur rendra » (p 11), « A La Havane, les familles vivent à plusieurs dans un même appartement. Depuis 1959 et la révolution castriste, la population a centuplé, mais la vile n’a pas bougé d’un poil, comme si une malédiction la retenait captive d’un passé aussi flamboyant que l’enfer » (p 55)

Citations  «Le monde n’est pas obligé d’être parfait , mais il nous appartient de lui trouver un sens qui nous aidera à accéder à une part de bonheur » (p 9), « Les enfant sont ainsi faits,. Petits , on a envie de les dévorer. Grands, on regrette de ne pas les avoir dévorés » (p 60)