Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Allam Djamel

Date de création: 30-10-2018 19:47
Dernière mise à jour: 30-10-2018 19:47
Lu: 110 fois


CULTURE- MUSIQUE – ALLAM DJAMEL

 

Date de première création: 03-12-2010 11:12
Dernière mise à jour: 03-12-2010 11:12
Déjà lu: 532 fois

 

 

- C'est dimanche 21 novembre 2010 que Djamel Allam, a célébré ses 40 ans de carrière.....au cabaret Sauvage de Paris , en orésence de nombreux invités de marque, dont Khaled, Amazigh Kateb, Cheikh Sidi Bémol....

Musicien, comédien et interprète, né à Bougie le 26 juillet  1947 , Djamel Allam est parti en France, pour la première fois en 1967. Il avait, auparavant , étudié la musique au conservatoire , à Bougie, sous la direction de Saddek Bedjaoui. Parallèlement, il joue beaucoup pour lui et dans les fêtes et les mariages. A Marseille, il travaille comme machiniste au théâtre du Gymnase et là, il rencontre  de grandes figures de la chanson française , comme Georges Brassens, Léo Ferré....Deux années plus tard , en 1973 , revenu à Alger en 1972, il sortira un album avec un titre-phare: Maradyoughal (Lorsqu'il reviendra). C'est le début d'un longue et riche carrière artistique. 

A l'époque, avec ses cheveux longs et son pantalon pattes d'éléphant, il évoque l'exil, l'immigration (en France) et les difficultés de la vie.

Dans Ouratsrou (Ne pleure pas) , il parle de la guerre et décrit la souffrance des milliers de mères voyant leurs enfants monter au maquis sans être sûres de les voir revenir. D'autres titres suivront : Jawhara (La Perle), un hommage à Alger, où il a côtoyé Kateb Yacine et M'hamed Issiakhem. À son actif de nombreux albums et plusieurs musiques de films dont « Prends dix milles balles et casse-toi » et « La plage des enfants perdus ». Il s’est produit dans plusieurs scènes et côtoiera de noms illustres comme Jean Ferrat.

Malade depuis quelques années, il a subi une lourde opération à Paris pour un cancer du pancréas.

 

Djalaml Allam est mort samedi 15 septembre 2018 à l’âge de 71 ans. Il luttait depuis plusieurs mois contre la maladie.

Extraits de presse : La scène artistique algérienne vient de perdre l’une de ses stars les plus scintillantes, en la personne du chanteur et musicien Djamel Allam qui est décédé hier à l’âge de 71 ans dans un hôpital parisien, des suites d’une longue maladie, a annoncé hier le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, sur son compte Twiter.

«Je viens de recevoir une triste nouvelle de l’artiste Safy Boutella, que le grand artiste algérien, l’un des maitre de la chanson kabyle Djamel Allam (71 ans) est décédé après une longue maladie dans un hôpital parisien», a écrit le ministre de la Culture sur Twiter, en présentant ses sincères condoléances à la famille du défunt.
La triste nouvelle de la disparition de ce maestro de la chanson moderne algérienne s’est propagée comme une traînée de poudre parmi les artistes en particulier et les centaines de milliers de fans de l’auteur et compositeur d’immortels tubes Mara adyoughal, Djawhara, Thella, Ouretsrou, Elghani Ellah… et de plusieurs musiques de films et documentaires de réalisateurs algériens, à l’image de la musique du magnifique documentaire intitulé Djamal biladi (beauté de mon pays) de son défunt réalisateur Sahraoui et le film Les années twist de son réalisateur Mahmoud Zemmouri. Djamel Allam, dont la renommée dépasse le territoire national, était un artiste polyvalent. En effet, en plus de la musique et la chanson, le défunt s’est également enfilé le rôle d’acteur et réalisateur cinématographique. Le défunt Djamel Allam naquit le 26 juillet 1947 à Béjaia où il a appris les rudiments de la musique au conservatoire de la ville sous la direction de maestro Sadek Abdjaoui.
La notoriété nationale et internationale l’a fait connaître avec son immortel tube Mara adyoughal (Quand il reviendra) sorti en 1976. A l’actif du maestro disparu plusieurs albums et musiques de films et documentaires aussi originaux  les uns que les autres.
De son vivant, le chanteur compositeur a eu droit à plusieurs hommages rendus aussi bien par les autorités que la société civile, dont les grandioses hommages qui lui ont été rendus quelques mois avant sa disparition par les directions de la culture de Tizi-Ouzou et Béjaia et le ministère de la Culture à Alger.  Repose en paix enfant prodige de Yemma Gouraya.

Le pionnier de la chanson  moderne algérienne s’en va

La scène artistique algérienne est en deuil ces derniers jours en perdant tour à tour deux chanteurs qui ont chanté l’exil et l’émigration, Rachid Taha et Djamel Allam.
Auteur, compositeur et interprète, Djamel Allam souffrait durant une année d’un mal qui le rongeait. Il a rendu l’âme samedi 15 septembre à Paris où il suivait des soins.
Très jeune, il se passionne de  musique et apprend le chant et la musique andalouse auprès de cheikh Sadek Lebdjaoui au conservatoire de Bejaia. Il achète une guitare et apprend des accords nécessaires qui lui permettent de chanter des textes de Georges Moustaki, Léo Ferré et Serge Reggiani. Tenté par l’aventure artistique, il quitte sa ville natale Bejaia pour Alger, comme l’avaient fait avant lui d’autres artistes des plusieurs régions d’Algérie. Il devient animateur à la radio Chaîne 3 et directeur artistique au complexe touristique Moretti. Le soir il chante dans une boîte « La voûte » et avait comme illustres spectateurs, Kateb Yacine et son comparse M’Hamed Issiakhem. Comme de coutume, Djamel Allam prend sa guitare et anime la soirée et contre toute attente au beau milieu de son concert, la voix d’Issiakhem se fit entendre ! « Chante dans ta langue petit con ! » Djamel Allam déconcerté continue tant bien que mal son récital et le soir, il a du mal à dormir. Il prend sa guitare et gratte quelques notes. Au bout de quelques heures la mélodie de ce qui allait devenir son premier succès, Ouretsrou prend forme. Satisfait Djamel Allem répète sa chanson et le soir il entame son concert en présence toujours de Kateb Yacine et d’Issiakhem. Il choisit le moment et chante Ouretsrou (ne pleure pas), à la surprise générale. Applaudissements nourris, Djamel est aux anges et il chantera ainsi plus de dix fois la même chanson à la demande du public. La chanson moderne est née à Moretti. Il enregistre un premier 45 tours Ourestrou et Mara dioughal (Quand il reviendra). Ce fut un phénoménal succès.
Idir, jusque-là inconnu, est venu le voir à Moretti pour lui proposer sa première chanson Vava Inouva, il était avec Ben Mohamed, auteur. Djamel Allam écoute Idir chanter et à la fin, il le félicite. Idir insiste pour que Djamel Allam la chante et l’enregistre et Allam lui dira que «premièrement, tu la chantes bien et deuxièmement même avec tous mes efforts je ne pourrais pas l’interpréter, il m’est difficile de mettre ce texte dans ma voix, c’est compliqué pour moi.»
La suite, tout le monde la connaît, Idir a fait une immense carrière et Djamel Allam en fit autant. Fin mélodiste Djamal Allam a composé plus de 300 chansons et quelques musiques de films. Il est pour l’heure le seul chanteur à intégrer dans ses albums des instrumentaux. Sur scène Djamel Allam assure le spectacle. C’est un bout en train qui amuse son auditoire et entre deux ou trois chansons, il convoque quelques souvenirs de sa vie d’artiste.
Djamel Allam est aussi acteur, il fit sa première apparition dans le film Les Sacrifiés d’Okacha Touita aux côtés de Sid Ali Kouiret et Miloud Khatib, deux monstres du théâtre et du cinéma et s’en sort fort bien. Il enchaînera avec un film d’Alain Corneau puis avec le film Le Retour de Mohamed Bouamari. En 2016, il fait une apparition dans le court métrage Je te promet de Mohamed Yargui. Il tournera Banc public un court métrage fiction qui obtient un succès critique.
En 2017, un hommage lui a été rendu à Bejaia et à la maison de culture de Tizi-Ouzou et l’ONDA décida de lui éditer son dernier ouvrage, un CD-livre où il déclame des poèmes de son choix sur base de musique qu’il a composé avec son comparse bougiote Bazou, un grand musicien et arrangeur. Pour ce formidable ouvrage excellemment préfacé par son ami le journaliste Boukhalfa Amazit, Djamal Allam a convoqué les meilleurs poètes algériens, une manière à lui de leur rendre hommage, comme il l’avait fait pour El Hachemi Guerouabi lors de sa disparition avec une succulente chanson chaâbi  Khoya El Hachemi.
Repose en paix l’artiste, paix à ton âme khoya Djamel !