Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Villes

Date de création: 11-05-2008 13:38
Dernière mise à jour: 11-05-2008 13:38
Lu: 540 fois


Concernant la pollution des grandes villes par le dioxyde de souffre due au trafic routier, le Professeur Douagui a avancé (avril 2003) des chiffres :
Alger: 600 tonnes/an
Batna: 200 tonnes/an
Oran : 180 yonnes/an
El Oued : 70 tonnes/an
Pour ce qui est du plomb, Alger reçoit environ, chaque année, 230 tonnes, Tizi-Ouzou 50 tonnes, Oran 70 tonnes, Sétif 55 tonnes, El Oued 5 tonnes.
On rappelle que les principaux polluants athmosphériques dans les villes, selon le Centre de recherche sur les hydrocarbures, sont les oxydes d'azote, les hydrocarbures totaux, l'ozone, le dioxyde souffré et le plomb.
Note : - Une étude de l’Insp et du Chu de Beni Messous (diffusée en mars 206) montre que le secteur des transports occupe la première place en terme d’émission des polluants athmosphériques dans les villes, avec 51%, suivi de l’industrie avec près de 47%.
Le taux de mortalité dû à la dégradation de l’air est évalué à environ 1%.
A partir 2010, il est prévu que, chaque année, 10 à 12 millions d’Algériens auront à consulter un médecin pour des maladies respiratoires liées à –ou aggravées par – la pollution athmosphérique.
En 2010, 300 000 algériens seront atteints de pneumonie et 700 000 d’asthme, soit 100 000 de plus qu’en 2006.
Pour la bronchite chronique, 250 000 la contracteront en 2010, alors qu’actuellement ils sont environ 200 000. Pour le cancer bronchique primitif, 3 600 Algériens en souffriront, alors qu’ils ne sont actuellement que 3000.
A signaler que la pollution de l’air tue près de 3 millions de personnes par an dans le monde (Source : Oms)