Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Plantes aromatiques - Importations 2015

Date de création: 17-10-2016 23:17
Dernière mise à jour: 17-10-2016 23:17
Lu: 90 fois


AGRICULTURE- CULTURES- PLANTES AROMATIQUES- IMPORTATIONS 2015

L’Algérie a importé en 2015 pour plus de 19 millions de dollars en plantes aromatiques et médicinales (PAM), en dépit des potentialités que renferme le pays pour développer ce type de culture qui a trouvé une large clientèle dans la mesure où le nombre de magasins spécialisés dans la vente de ces plantes est en constante progression dans les quatre coins du pays.
D’ailleurs dans ce domaine, l’Algérie est classée 74e importateur au niveau mondial de plantes aromatiques et médicinales et 44e mondial pour les importations des huiles essentielles. Ce créneau d’activité a contribué à la création de milliers d’emplois directs et indirects, son développement à travers la mise en place d’une politique et une stratégie efficace pour la culture de PAM fera en sorte que l’Algérie transitera d’un pays importateur à un pays exportateur, ce qui apportera de la valeur ajoutée. A cet effet, l'Algérie, importateur net de plantes aromatiques et médicinales (PAM), devrait rendre ce créneau une filière à part entière afin de tirer profit de son riche potentiel, à l'instar des autres pays du Maghreb, lorsqu’on sait que l'Algérie importe presque la totalité de ses besoins en plantes aromatiques et médicinales et les huiles essentielles. Plusieurs experts ont déjà appelé à une meilleure exploitation des potentialités de l’Algérie en termes de production et de transformation des plantes aromatiques et médicinales (PAM) qui peuvent constituer une source importante de revenus extérieurs. L’Algérie a la capacité de profiter de son potentiel et de la disponibilité de ces plantes et renforcer ses capacités pour développer cette filière à travers un fichier national  contenant toutes les espèces disponibles. Les importations des huiles essentielles, notamment celles du citron et de l'orange proviennent de pays méditerranéen comme la France, l'Italie et l'Espagne, alors que les pays d'Asie tels que la Turquie, le Pakistan, l'Inde et la Chine sont les principaux fournisseurs d'épices du marché algérien. Lors d'un atelier régional sur la valorisation des plantes médicinales et aromatiques dans les pays du Maghreb organisé par la FAO, une chercheuse chargée d'études à l'Institut agronomique méditerranéen de Montpellier (France) avait suggéré que l’Algérie devait entamer la culture des épices comme le safran, la cannelle, et le curcuma. Selon la même spécialiste, ces plantes sont marginalisées par les politiques agricoles adoptées par le pays au profit des grandes cultures comme les céréales. L'Algérie a perdu aussi beaucoup de mise en culture de certaines plantes à parfum telle que la rose et le géranium et la lavande qui prospéraient jadis dans la Mitidja, "Bien que la volonté politique existe, le marché national des PAM demeure méconnu et manque d'informations, ce qui n'encourage pas les investisseurs à se projeter dans ce domaine", avait estimé la chercheuse. Dans d'autres pays du Maghreb, les PAM est une source de revenus comme le Maroc et la Tunisie, néanmoins, ces pays font face à de nombreux défis tels que le changement climatique, la désertification, la dégradation des terres, la déforestation, le surpâturage et la pollution, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Aujourd’hui, Le Maroc est le pays qui a enregistré la plus importante croissance dans le développement des PAM, en se classant 15e exportateur dans le monde. Avec ses 4.200 espèces dont 25% sont endémiques, ce pays fait face à une problématique liée au commerce de ces produits dont la valeur ajoutée profite au marché extérieur et aux intermédiaires. Côté statistiques, le marché mondial des importations de PAMP en vrac a atteint prés de 700.000 tonnes, ce qui représente 3,1 milliards de dollars en 2015, la Chine est le premier pays exportateur, avec 1,163 milliards de dollars contre 237 millions de dollars pour l’Inde au cours de la période de référence.