Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Samasafia

Date de création: 11-05-2008 13:38
Dernière mise à jour: 11-05-2008 13:38
Lu: 662 fois


Installée en Algérie depuis avril 2002, Samasafia ("Ciel pur"), un des premiers réseaux de surveillance de la qualité de l'air qui existe sous cette forme en Afrique, donne les résultats sur l'incidence de la pollution de l'air sur la société.
Pour l'heure, le réseau n'existe qu'à Alger avec 4 stations reliées à un poste central et à Annaba avec un réseau similaire. Un autre réseau est (en mai 2006) en cours de réalisation à Oran, dans le cadre de la coopération avec la principauté de Monaco.
A noter que selon la législation européene, dès qu'on dépasse les 100 mille habitants, un réseau de surveillance doit être mis en place. Ainsi, Paris comptait, en 2003, plus de 70 stations. Il est vrai que le coût d'une station est assez élevé : plus de 1 milliards de centimes.
L'opération est menée par le ministère de l'Environnement qui inscrit son action ainsi : 1) l'évaluation du degré réel de la pollution en zone urbaine et mise en oeuvre d'une politique de protection de la santé des citoyens, et 2) s'inscrire dans l'esprit des conventions et protocoles internationaux demandant à tous les pays d'assurer une surveillance de l'état de l'environnement.
Observations : - Un rapport national a démontré que 30% des consultations concernent des maladies respiratoires et que 40% de la mortalité infantile sont causés par des maladies respiratoires alors que 600 000 asthmatiques souffrent d'une façon permanente. Le coût des dommages de la pollution de l'air est estimé à 1,5% du produit intérieur brut, soit près de 600 millions de dollars annuellemnent.
- Il convient de signaler que dès que les niveaux moyens de concentration des poussières fines provenant des véhicules et des industries locales dépassent le seuil limite recommandé par l'Oms, les responsables des réseaux déclenchent une opération de sensibilisation. Au-delà, soit lorsque les niveaux de concentration des polluants sont supérieurs à 600 microns grammes/m3, c'est le seuil d'alerte qui est atteint. Dans ce cas précis, les services de Samsafia tirent la sonnette d'alarme (presse, walis, présidents d'Apc…)