Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Bensalah Abderrazak- Roman 2013

Date de création: 03-10-2016 19:03
Dernière mise à jour: 03-10-2016 19:03
Lu: 71 fois


HISTOIRE- BIBLIOTHEQUE D’AL MANACH- BENSALAH ABDERRAZAK- ROMAN 2013

Nesmis , fille d’Hippone. Roman de Abderrazek  Bensalah, Thala Editions, Alger 2013 (3ème édition) , 240 pages, 342,40 dinars

 De «la belle ouvrage» que ce livre , bâti à partir  d’un matériau peu connu, sinon rare . L’histoire du pays, à travers celle d’un homme, St Augustin, et d’une ville , Hippone (aujourd’hui Annaba).

Pour faire passer son intention réelle, faire connaître un pan extarordinaire de notre passé et un homme hors du commun , l’auteur nous raconte l’histoire de Nesmis, une belle jeune fille de la petite bourgeoisie Hipponienne ou, bien plutôt l’histoire assez mouvementée de sa famille....Une famille partagée entre les chrétiens catholiques bon teint, les chrétiens donatistes alliés aux rebelles circoncellions, le paganisme, le judaïsme......le tout dominé économiquement et militairement par la puissance occupante romaine, alliée d’une classe de riches colons jouissant pleinement de gros privilèges...... et aux portes de l’Empire , une invasion vandale qui va tout balayer sur sa route....jusqu’à Hippone...qui sera en grande partie rayée de la carte et occupée durant plus d’un siècle.Heureuseùment, Augustin était mort juste avant l’entrée des nouveaux occupants dans la ville, et ses écrits (mille trente unités, revues et revistées) , ainsi que sa dépouille, mis en sécurité (d’abord en Sardaigne puis à Pavie.....une relique – le bras droit de  « celui qui avait défendu fermement l’Eglise pendant les heures sombres de son histoire » , ayant été remise , en octobre 1842, à l’Eglise d’Hippone ...sur les hauteurs de l’actuelle Annaba, revenue définitivement à ses enfants).

L’histoire : Nesmis , la cousine, amie de Kamelius est enlevée , enceinte de son amant, un rebelle sanguinaire, toujours en fuite,  défendant la « vraie foi » (donatiste.....les extrêmistes de l’époque). Elle est vendue comme esclave bien loin du pays . Nassine , la sœur de Kamelius achète, vend et place des esclaves, de préférence de belles jeunes filles et de beaux jeunes hommes ainsi que des ennuques, .  auprès des riches propriétaires et commerçants, de préférence de belles jeunes filles et de beaux jeunes hommes .  Sans foi  ni loi ! Un frère est rentré dans les« ordres » augustiniens après une vie délirante dans le milieu artistique de l’époque. Un autre frère , Yerbas,  est officier de l’armée romaine. Une famille partagée......perturbée par les changements politiques , mais surtout par les dissensions religieuses de l’époque, toujours sanglantes. Et, un neveu, Alyus, fils naturel de Kamelius et de Nesmis, enfin retrouvant toute la famille...grâce aux Vandales de Genséric (aidé par les donatistes et les Berbères) dont il était un combattant.  Et, Augustin, l’évêque d’Hippone , déjà à la santé fragile et délicate,  rendra son dernier souffle, laissant deriière lui, un pays occupé (pour plus d’un siècle , de 431 à  535) et ravagé.....mais une famille recomposée et unie dans une même foi.

 




L’Auteur : Né en 1951 à Annaba, médecin spécialiste libéral  (Orl) , formé à Alger puis à Lyon , exerçant à Annaba, sa ville natale. Passionné d’histoire antique de l’Algérie. A déjà écrit plusieurs romans historiques

Extraits : « Les habitants de ce pays sont si versatiles, malléables, mais tellement bons qu’on peut tout leur pardonner » ( p 168), «  L’Eglise Africaine (à la conférence de Carthage , l’été 411) :Les évêques donatistes étaient au nombre de 278, les catholiques 286. 120 catholiques avaient été retenus chez eux par l’âge ou la maladie. 64 autres sièges étaient alors vacants, ce qui offre un total de 748 sièges épiscopaux , soit toutes les cités et bourgs du pays » (p 171) , «  Quelle malédiction Dieu a-t-il fait tomber sur ce pays ? Une guerre chasse une autre, de désolations en pillages, d’incendies en rapines, de cruautés en tueries, quand sortirons-nous de ce long tunnel de la mort ? » (p 225), « Durant cette guerre fratricide, nous avons plus perdu que gagné ; combien d’amis et de compagnons qui sont partis pour ne plus revenir. Un romain part, un vandale reprend sa place, mais notre pays nous échappe à chaque fois ! De nouvelles calamités frapperont de nouveau notre peuple, comme une malédiction, nous souffrirons à cause des richesses et de la beauté de cette terre que nous aimons tant « (p 235)

Avis :Du (très)  bon roman historique. St Augustin a le beau rôle, celui d’ unificateur de l’Eglise, mais aussi, ce qui n’est pas peu, d’un peuple désorienté par des occupations ininterrompues. A noter, en bas de page,  les notes explicatives claires et passionnantes qui contextualisent .

Citations : « Nous sommes tous tributaires d’une secte, d’un parti ou d’un dieu, et quelquefois, il est indispensable de choisir son camp » (p 39), « Plus l’homme de bien aura été maltraité, plus éclatante sera  sa réhabilitation et plus humiliante sera la honte de ses ennemis » (p 67), « Chaque Empire a ses vicissitudes, les bons paient pour les mauvais, mais tout finit dans la misère et la dévastation » (p 234) , « Ce pays (l’Algérie) est à la croisée des chemins, il attirera toujours les convoitises. Nous ne seront jamais oubliés, une invasion en appellera une autre et cela durera jusqu’à l’éternité » (p 235)