Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Filière avicole 2017

Date de création: 12-09-2018 18:20
Dernière mise à jour: 12-09-2018 18:20
Lu: 3 fois


AGRICULTURE- ELEVAGE- FILIERE AVICOLE 2017

 La production nationale en viande blanche a connu une évolution considérable en 2017, atteignant 5,3 millions de quintaux (Mqt), contre 2,092 Mqt en 2009, soit une augmentation de 153%.

«La filière avicole dominée à 90% par le secteur privé a connu en moins d’une décennie un bond significatif avec une richesse animale considérable de 240 millions de poulets de chair et de dinde.  La production d’œufs de consommation a connu la même tendance haussière durant la même période en passant à 6,6 milliards d’unités produites en 2017, contre 3,8 milliards d’unités en 2009. En termes de valeur, la production avicole a connu une hausse substantielle de 184%, atteignant 155,5 milliards de dinars, contre 54,8 milliards de dinars en 2009.

Durant les dix dernières années, le secteur de la volaille a enregistré une croissance de 10,3% pour les viandes blanches et 6,2% pour les œufs destinés à la consommation. Selon un bilan présenté  , par le ministre en charge du secteur, début septembre 2018, l’aviculture fait vivre des milliers de ménages dans le pays. Cette activité pratiquée au niveau de 1322 communes à travers le territoire national génère plus de 500 000 postes d’emploi que le quart de la production, soit 1,6 million quintaux provient de quatre wilayas réputées par leur vocation avicole, à savoir Batna, Sétif, Bouira et Médéa.

Selon le premier responsable du secteur agricole, la performance du secteur de la volaille a permis au pays de réaliser une autosuffisance en ce produit alimentaire largement consommé. «L’Algérie n’importe plus de viande blanche depuis 2000 grâce à la politique du soutien public à cette filière du fait de son rôle stratégique dans la réalisation de la sécurité alimentaire», a-t-il soutenu.

Pour les intrants avicoles, quoiqu’ils ont enregistré une diminution entre 2013 et 2017, le ministre a admis que l’Algérie demeure un pays importateur d’aliments de volaille, notamment le tourteau de soja et le maïs, ainsi que les compléments alimentaires, en rappelant les dernières mesures du gouvernement pour la suppression de la TVA et des droits de douane sur les principales matières premières de l’aliment de bétail pour soutenir les prix.

Il a toutefois souligné la détermination de l’Algérie de promouvoir la production de l’aliment de bétail pour atténuer la facture des importations en ces produits indispensables à la filière. Par ailleurs, le ministre a affirmé que cette performance du secteur avicole a permis à l’Algérie d’exporter les œufs et les pattes de poulet et bien d’autres produits avicoles vers plusieurs pays de l’Asie.

Un regret émis epar les éleveurs : l’absence d’encadrement sanitaire adéquat et la pénurie de vaccin au niveau des cabinets vétérinaires, ce qui  engendre des pertes lourdes à la filière et décourage de nombreux aviculteurs.

Il y a , aussi, évoqué le problème du marché parallèle de la volaille et les abattoirs clandestins souvent insalubres qui présentent un risque pour la santé publique tout en menaçant la filière.