Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mort en Algérie- Causes

Date de création: 04-09-2018 19:19
Dernière mise à jour: 04-09-2018 19:19
Lu: 12 fois


SANTE- ETUDES ET ANALYSES- MORT EN ALGERIE- CAUSES

0

DE QUOI ON MEURT EN ALGERIE ?

(c) www.algeriepart.com/abdou semmar, 24 août 2018

 

  

C’est un document très précieux qui nous fournit des des données très précises sur les causes des décès en Algérie. Algérie Part a obtenu une copie du rapport réalisé par l’institut national de santé publique (INSP) sur les causes médicales des décès. Ce rapport est une minutieuse enquête de terrain qui nous dévoile les multiples visages de la mort en Algérie.

Il s’agit, en réalité, d’une immense base de données qui recense année après année le nombre de personnes mortes pour telle ou telle raison. En piochant dans cette base, Algérie Part a dressé un tableau des causes de décès des Algériens. Dans le document en notre possession, un rapport datant de mai 2015, nous apprenons ainsi que  33% des décès sont survenus dans la région sanitaire centre, 32% dans la région sanitaire Est, 21,6%, dans la région sanitaire Ouest, 9,5% dans la région sanitaire Sud Est et 3,6%
dans la région sanitaire Sud Ouest. C’est donc dans les hôpitaux du centre du pays que l’on déplore le plus nombre de morts en Algérie. Certes, la capitale Alger est la ville plus habitée dans le pays, mais les wilayas les plus peuplées sont celles qui sont situées à l’est du pays comme Sétif, Batna ou Constantine.

Par ailleurs, force est de constater que la mort touche davantage les hommes que les femmes en Algérie. En effet, les statistiques de l’INSP démontrent que plus
de la moitié des décès enregistrés en Algérie sont de sexe masculin. 56 % des personnes mortes en Algérie sont des hommes. Les femmes représentent 43 % des cas de décès dans notre pays.

Deux autres constats importants s’imposent à la lumière des chiffres récoltés par les enquêteur de l’INSP. Plus de la moitié des décès surviennent entre 45 et 89 ans en Algérie et près du ¼ des décès sont survenus chez les enfants âgés de moins d’un an. Concernant les maladies qui déciment les Algériens, nous retrouvons, d’abord, les maladies cardiovasculaires avec une part de 21,6% par rapport aux autres groupes de maladies. Les affections périnatales occupent le deuxième rang avec une part de 15,4%.

La troisième catégorie de causes de décès est constituée par les tumeurs avec 10%, suivie des maladies endocriniennes avec 5%. Les maladies de l’appareil respiratoires quant à elles sont de 6,3% et les maladies de l’appareil digestif sont de l’ordre de 3,2%.

Un autre constat fait froid dans le dos. Les causes mal définies de décès sont de 19,3% en Algérie ! “Ceci laisse penser que la qualité des données reste tributaire non seulement de la qualité du dossier médical mais aussi du niveau de connaissance du praticien sur l’identification de la cause réelle du décès au moment de la certification du décès”, analyse à ce propos le rapport de l’INSP. Cette déficience démontre la faiblesse criante de notre système de santé qui peine à traiter les véritables causes pouvant mener vers la mort de nos compatriotes.

“Les causes mal définies d’une valeur de 19% doivent être prises en considération et réduites par l’amélioration de la qualité du certificat de décès et ceci par la formation des praticiens pour une meilleure certification de la cause médicale de décès”, suggère à ce propos l’INSP.

Par ailleurs, depuis l’année 2013, l’analyse de la mortalité hospitalière selon cette révèle la prédominance en Algérie des maladies non transmissibles (MNT) avec une part de 54%, suivies des maladies transmissibles (MT) avec une part de 20,5% et les causes externes de traumatisme de 6%.

Chez les hommes algériens, les cinq premières causes de décès sont respectivement : les maladies cardiovasculaires (20%), les causes externes de traumatismes (8,4%), les
tumeurs (10%), les maladies respiratoires (6,5%), et les maladies endocriniennes (5%).
Les affections périnatales et les malformations congénitales sont représentées par 16% et 4%. Les MNT sont de 51,6%, les MT de 21% et les traumatismes de 8,4%

Chez les femmes algériennes, les cinq premières causes de décès sont respectivement : les maladies cardiovasculaires (23,7%), les tumeurs (9,6%), les maladies respiratoires
(6%), les maladies endocriniennes (5,5%) et les causes externes de traumatismes (3,5%).

Il est à souligner enfin que les âges extrêmes sont les plus touchés. Les données de
mortalité touchent dans 1/3 des cas, les sujets âgés de 70 ans et plus. La mortalité infantile représente un peu plus du quart du total des décès. La mortalité des enfants de 1 à 14 ans est représentée essentiellement par le groupe des MNT avec une proportion de 49% où prédominent les malformations congénitales et 21% pour les causes externes de traumatismes. La mortalité des sujets de 15 à 24 ans est représentée essentiellement par le groupe des MNT avec une proportion de 38% et de 34% pour les causes
externes de traumatismes.

La mortalité des sujets de 25 à 44 ans est représentée essentiellement par le
groupe des MNT avec une proportion de 47% et de 20,5% pour les causes
externes de traumatismes La mortalité des sujets de 45 à 64 ans est représentée essentiellement par le groupe des MNT avec une proportion de 59,4%. La mortalité des sujets de 65 à 85 ans est représentée essentiellement par le groupe des MNT avec une proportion de 72%.