Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Terrorisme Daech- The Cipher Brief

Date de création: 07-09-2016 12:19
Dernière mise à jour: 07-09-2016 12:19
Lu: 61 fois


DEFENSE- ENQUETES ET REPORTAGES- TERRORISME/DAECH –THE CIPHER BRIEF

 L’Algérie «est un rempart» contre l’expansion  du groupe terroriste Daech dans la région de l’Afrique du Nord grâce à son niveau de sécurité élevé et à la force de son gouvernement, a estimé le site d’information américain The Cipher Brief, spécialisé dans les questions sécuritaires.

Dans une analyse publiée jeudi 1er septembre 2016, à Washington, The Cipher Brief souligne que la défaite imminente du groupe terroriste autoproclamé État islamique (EI/Daech) à Syrte suscite beaucoup d’interrogations sur les pays où les éléments de ce groupe terroriste pourraient se réfugier, en précisant «que Daech n’a jamais réussi à prendre pied en Algérie en raison de la position ferme de l’armée algérienne contre les cellules de djihadistes» et «la force de son gouvernement central». Citant l’ambassadeur d’Algérie à Washington, Madjid Bouguerra, le site  d’information américain affirme que «l’EI n’existe pas en Algérie». «Nous avons contré toutes leurs tentatives (...) nos forces de sécurité ont été mobilisées durant les trois dernières années pour sécuriser les frontières Est avec la Libye et celles du Sud avec les pays du Sahel», relève M. Bouguerra.  Selon The Cipher Brief, Daech a échoué à s’implanter en Algérie en raison du «haut niveau de sécurité du pays», explique Bennett Seftel, directrice adjoint de la rédaction du journal américain en ligne et auteur de l’analyse, citant Dalia Ghanem Yazbeck, membre du Think Tank Carnegie Middle East Center. Le journal américain rappelle, à ce titre, la tentative de Daech de prendre pied en Algérie lorsque le groupe Jound al khilafa, «un groupe djihadiste» lié à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), à diffusé, en 2014, une vidéo montrant  la décapitation d’un otage français et dans laquelle il a prêté allégeance à  l’EI. Dès lors, l’armée algérienne a réussi à contrer la menace de Daech en anéantissant ses capacités de recruter, de mener des attaques ou de construire  des bases en Algérie, relève The Cipher Brief.     
Selon le site américain, très peu d'Algériens ont réussi à se rendre en Irak et en Syrie pour combattre aux côtés de Daech, comparé aux nombreux  «combattants étrangers» recrutés par l’EI dans d’autres pays.    
Les forces de l’armée algérienne ont éradiqué toutes les poches du terrorisme dans le nord du pays et dans la région montagneuse de la Kabylie en évinçant Djound al khilafa à Bouira, Boumerdès et Tizi Ouzou, souligne encore The Cipher Brief.       
Ces opérations ont permis d’éliminer plusieurs chefs terroristes et de démanteler la structure opérationnelle de ces groupes djihadistes, relève le site américain qui cite, à ce titre, le bilan de la lutte antiterroriste publié, la semaine dernière, par le ministère de la Défense nationale qui fait état de l’élimination de 157 terroristes en 2015 et 99 autres durant le premier semestre de 2016.  Ces groupes terroristes sont présents tout au long des frontières algéro-tunisiennes dans la région montagneuse de Chaâmbi, précise The Cipher Brief qui s’est référé dans son analyse à un travail d’identification des groupes terroristes dans la région établi par le Département d’État américain     
Le site d’information américain souligne la politique menée par le Président  de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, pour lutter contre le terrorisme, en  indiquant qu'il a promis d’éradiquer les groupes extrémistes armés et faire en sorte que les cellules terroristes ne trouvent pas refuge dans la société algérienne.    
Bennett Seftel souligne également l’expérience pertinente de l’Algérie en matière de la lutte antiterroriste, citant l'expert Geoff Porter de la North Africa Risk Consulting INC qui a rappelé que l'Algérie affronte le terrorisme depuis trois décennies et a eu à lutter contre plusieurs groupes terroristes comme Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et l’Armée islamique du salut (AIS).