Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Afrique- Investissement- Attractivité

Date de création: 29-08-2016 22:06
Dernière mise à jour: 29-08-2016 22:06
Lu: 114 fois


ECONOMIE – ETRANGER- AFRIQUE – INVESTISSEMENT- ATTRACTIVITE

Dans sa deuxième édition de l’étude consacrée au financement de la croissance africaine, rendue publique récemment, le bureau d’études français Havas Horizons, issu du groupe mondial de conseil en communication Havas, s’est intéressé aux pays africains les plus courtisés par les investisseurs mondiaux, leurs perspectives économiques et les secteurs les plus prometteurs en termes d’investissement.

D’emblée, l’étude cite cinq pays qui affichent des perspectives économiques intéressantes pour les investisseurs, à savoir l’Ethiopie, le Nigeria, le Maroc, le Ghana et le Sénégal. Elle n’explique pas, pour autant, les raisons pour lesquelles l’Algérie, dont les potentiels et le niveau de développement sont pourtant similaires voire supérieurs à certains pays, ne figure pas dans le classement. Citée par 52% des investisseurs interrogés, l’Ethiopie arrive donc en tête du classement et gagne deux places par rapport à l’étude de 2015.

Première économie du continent en 2016, le Nigeria continue d’attirer les investisseurs avec 44% des suffrages. Le Maroc, cité par 23% du panel, gagne 2 rangs par rapport à l’étude de 2015. Le Ghana, plébiscité par 21%, fait son entrée dans le Top 5, tout comme le Sénégal, qui devient un pays jugé comme parmi les plus attractifs avec 19% des suffrages. L’étude rappelle qu’en 2015, les pays cités étaient, dans l’ordre, le Nigeria, le Kenya, la Côte d’Ivoire, l’Ethiopie et le Mozambique. Bien que la Côte d’Ivoire ait disparu du classement, elle reste malgré tout séduisante pour les investisseurs francophones.

«Concernant le Kenya et le Mozambique, l’instabilité politique du premier et l’accroissement rapide de la dette du second ont probablement découragé les investisseurs, ce qui expliquerait leur sortie du top 5», explique le bureau d’étude.
Concernant les secteurs les plus porteurs sur la période 2016-2020, les investisseurs qui avaient choisi les secteurs des services financiers et des BTP et infrastructures comme les plus prometteurs en 2015, optent aujourd’hui pour le secteur de l’énergie dans lequel l’investissement «semble représenter aujourd’hui un potentiel de retour sur investissement très significatif», souligne l’étude de Havas Horizons.

Et de préciser que «65% des investisseurs sondés considèrent que le secteur de l’énergie, notamment celui de l’énergie renouvelable, est un moteur de développement économique pour l’Afrique, alors que 47% d’entre eux, ayant investi ou accompagné un investissement dans ce secteur en 2015, souhaitent le maintenir pour 2016, voire le renforcer en 2016 et dans les années à venir». Le Nigeria, la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Maroc et l’Afrique du Sud sont perçus comme «des acteurs à fort potentiel dans le secteur des énergies sur la période 2016-2020». L’étude affirme que le continent africain «s’inscrit dans une tendance globale de développement des énergies renouvelables, au détriment des énergies fossiles et les investisseurs semblent résolus à accompagner ce mouvement».
L’énergie solaire est ainsi privilégiée par 51% des investisseurs, alors qu’ils ne sont que 23% à opter pour le gaz et le pétrole. L’hydraulique arrive en 3e position avec 16% des investisseurs sondés