Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Laskri Amar

Date de création: 14-08-2018 10:02
Dernière mise à jour: 14-08-2018 10:02
Lu: 12 fois


CULTURE- CINEMA- LASKRI AMAR

 

L'évocation du cinéaste Amar Laskri, décédé le 1er  mai 2015 renvoie systématiquement à sa thématique des films à la gloire de la guerre de Libération nationale.
Né le 22 janvier 1942 à Aïn Berda (Annaba), Amar Laskri, marqué par la guerre de Libération nationale, monte au maquis alors qu'il  avait à peine quinze ans. Cet épisode douloureux de sa vie constituera plus tard sa thématique, sa vie durant. Laskri fait des études de théâtre, de télévision et de cinéma à Belgrade après l'indépendance de l'Algérie. Il débutera sa carrière de réalisateur avec trois courts-métrages dont un épisode du film de fiction collectif « L'Enfer à dix ans », produit par l'ONCIC en 1969.
Première expérience du genre en Algérie, ce film  est composé de courts-métrages fiction, à savoir « La Grive » d'Abderrahmane Bouguermouh, « La Rencontre » de Sid Ali Mazif, « La Mer » de Ghaouti Bendedouche, « Quand Janette » de Youcef Akika et « Hier, des témoins » de Amar Laskri. Mais sa grande réalisation reste » Patrouille à l'Est » produit en 1971 par l'ONCIC. C'est son film emblématique, un des chef-d'œuvres du cinéma algérien d'un réalisme déconcertant. Un film en noir et blanc où nous retrouvons la belle lumière de Nasreddine Guenifi. Le film retrace l'histoire d'une patrouille de l'Armée de Libération nationale chargée de convoyer vers la frontière tunisienne, un militaire français fait prisonnier. À travers ce film nous assistons aux péripéties de ces moudjahidine en mission où l'esprit de bravoure et de sacrifice n'est jamais démenti. La patrouille accomplira sa mission et le prisonnier français sera conduit à Tunis. Dans une remarquable séquence, les moudjahidine en patrouille avançaient en file indienne et à côté dans une autre vallée, des enfants jouaient aux militaires avec des armes en bois, symbole de la relève.
Laskri réalisera en 1978 « El Moufid » avec Rouiched et Abdelhalim Rais, un film qui raconte l'histoire de deux journalistes partis pour réaliser un documentaire sur un ancien moudjahid. En 1987, Amar Laskri tourne « Les Portes du silence », un autre film consacré à la guerre de Libération nationale qui retrace le parcours d'un jeune sourd-muet à qui on a refuse le droit de monter au maquis vu son infirmité. Le héros Amar, se distinguera cependant par l'assassinat d'un officier de l'armée française. Vient ensuite « Fleurs de lotus » réalisé en 1998, une coproduction algéro-vietnamienne coréalisée par Amar Laskri et Trân Dac, où il est question d'un algérien engagé dans l'armée française et qui se retrouve en Indochine. Ce film sera le dernier film de Amar Laskri qui, après avoir dirigé les destinées du CAAIC jusqu'à sa dissolution, restera un fervent défenseur du cinéma algérien. Ce qui l'amènera à présider l'Association «Lumière» qui veille à préserver la mémoire du cinéma algérien.
Malade, Laskri lutte de toutes ses forces contre la mort et décède le 1er mai 2015 à l'âge de 73 ans.