Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Laimeche Ali

Date de création: 20-08-2016 08:26
Dernière mise à jour: 20-08-2016 08:26
Lu: 71 fois


HISTOIRE- PERSONNALITES- LAÏMECHE ALI

Originaire de Tizi Rached, plus précisément le village Ichariouène, Ali Laïmèche est décédé (suite à une longue maladie) , assez jeune, le 6 août 1946

Epousant la cause nationale, Ali Laïmèche débuta sa lutte politique à l’âge de 17 ans en adhérant au PPA (Parti du peuple algérien), un parti prônant l’indépendance du pays. Il était doué d’une intelligence exceptionnelle, de grandes capacités d’organisation et du sens de l’honneur. Des qualités qu’il a mis au service de la cause nationale. En 1942, alors qu’il était lycéen, il était à la tête du groupe communément appelé « Groupe berbéro-nationaliste algérien », un cercle d’intellectuels composé principalement d’Amar Ould Hamouda, Omar Oussedik, Hocine Aït-Ahmed, Saïd Chibane, Sadek Hadjrès, Mohand Idir Aït-Amrane, Mbarek Aït-Menguellet et Ahmed Kroun. En relation étroite avec Bennaï Ouali, chef de liaison avec la Kabylie déjà en insurrection, il ne cessait d’œuvrer pour faire valoir l’authenticité de l’histoire algérienne, voire nord-africaine, ainsi que la reconnaissance de la culture et de la langue amazighs par le mouvement national. Il fera de l’identité un préalable à la réussite de la révolution. Il scellera l’amazighité comme fondement de son credo de lutte à travers son concept de l’Algérie algérienne.
Tout le long de son intense combat qui n’aura hélas duré que 4 ans, il réussira à mettre en adéquation parfaite la préparation de la lutte armée, par le biais du lancement du scoutisme à Tizi Rached, et une « conscientisation » politique des jeunes et des moins jeunes combattants par le truchement de chants révolutionnaires (Kker à mmis u Mazigh, Ssalam ay idurar n tmurt-nnegh, Ay ilmezyen kkret fell-awen, A yemma, Mmi-s, Ghur-i yiwen Umeddakwel, Nebwid tafat s wudem, Nekwnis yelmezyen n Lezzayer…).
Laïmèche décède le 6 août 1946 à Ath Zellal. Pour certains, suite à un empoisonnement par l’eau d’une source qu’il aurait bue, pour d’autres de la typhoïde. Une mort qui reste à élucider. Il laissera derrière lui un projet politique inachevé qui sera repris par ses compagnons et bien plus tard par Agraw Imazighen (Académie berbère).