Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Entretien Abderrahmane Lounès- "Matoub Lounès. Le testament"

Date de création: 09-07-2018 11:45
Dernière mise à jour: 09-07-2018 11:45
Lu: 60 fois


CULTURE- ENTRETIEN ABDERRAHMANE LOUNES- « LOUNES MATOUB. LE TESTAMENT »

Lounès Matoub. Le testament. Entretien avec Abderrahmane Lounès (Edition revue et corrigée, 3ème édition Première édition en 1999). Edition Rafik El-Mâarifa, Tizi Ouzou, 2013, 450 dinars, 94 pages.

 

Lounès Matoub est mort le 25 juin 1998 tout près de son village natal....... assassiné par le terrorisme qui lui avait tendu un guet-apens.  Un terrorisme.... plus que ça, tous les terrorismes qu’il a combattu jusqu’à son dernier souffle. Eternel rebelle , il en a vu de « toutes les couleurs » et il en a reçu des « coups » , que ce  soit avec les Autorités, lors de son combat pour l’identité berbère durant les années 88-90 ou contre les islamistes (qui l’enlevèrent en septembre 1994  et le séquestrèrent durant une quinzaine de jours, ce qui entraîna la colère populaire  et une mobilisation générale de la population .....obligeant le Gia à le libérer ...... Un  cauchemar ! Lire « Le Rebelle », édité en 2013)......

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur Matoub Lounès. Par la presse, par des universitaires et chercheurs. Sur sa vie, sur son œuvre, sur son parcours......Reste encore bien des zones d’ombre et des interrogations, somme toute légitimes, tout particulièrement venant de sa famille et de ses amis, sur les  conditions de son assassinat.

Bien souvent les personnages historiques (et il fait partie de l’histoire culturelle nationale) se retrouvent , peu à peu, au fil du temps , enfermés dans les légendes populaires....parfois justes, souvent exagérées à dessein. C’est pour cela qu’il faut aller au-delà (ou en dehors) du récit commun et de l’œuvre elle-même pour découvrir la personnalité réelle du héros. De ce côté-ci, l’entretien « express, amical et à bâtons rompus dans une arrière-salle d’un restaurant du XVIIIè arrondissement à Paris, durant la fin de l’année 1994...puis au début de l’année 1995 »  a réussi son coup. Des thèmes « improvisés , nés par inadvertance, sans idées préconçues ». Matoub va parler librement et avec franchise.  De tout un peu et un peu de tout, lui qui avoue que « s’  il savait parler il ne chanterais pas »....Un véritable « Pickpoète » . Il explique :  la vie,  la politique, les questions identitaires et linguistiques, les événements qui l’interpellent, le font réfléchir, les choses qui l’irritent , l’agacent, le révoltent, l’émerveillent....ll répond sans détours: la poésie, le racisme, l’écriture de l’Histoire,  le culte de la mémoire, les injustices, les tabous, les abus,  les musiciens  , la chanson algérienne, l’œuvre artistique, le genre musical, la chanson commerciale, le milieu du show-biz, les éditeurs, les accusations , les malentendus,  les mauvaises langues , les béni-oui-oui ....

 Note complémentaire : Très belles pages sur le poète et la poésie (pp 35 à 40). Lire aussi les  pages 87 et  88,  sur ses « réalisations »  s’ « il avait le pouvoir ». Un régal !  Créer un parti de l’intelligence et de l’humour ; un ministère de l’Imagination ; un tunnel entre le Maroc, la Tunisie et le Maroc ; n’avoir comme députés et ministres que des jeunes qui auraient entre trente et trente –cinq ans ; restituer la justice sociale.....et dire aux gens de « s’aimer jusqu’ à la mort, tout le reste n’étant que simulacre ».....Ses rêves : une culture vraie, populaire, joyeuse, libératrice, unificatrice ....... une société merveilleuse de naturel et de générosité, lumineuse, tolérante et permissive.... .....et, surtout, faire de l’Algérie, « la terre des hommes », la terre promise de la vraie démocratie, de la joie, de l’espérance, de l’amour et de la tolérance

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Auteur : Journaliste touche-à-tout (poésie, roman, humour, bande dessinée, théâtre....), l’auteur (de son vrai nom Alioui Liassine) a déjà publié un bon nombre d’ouvrages, et ce  depuis 1982 (dont le roman « Chroniques d’un couple ou la Birmandreissienne », à la Sned......et une « Anthologie de la littérature algérienne d’expression amazigh à l’Anep en 2003) ) 

Extraits  de Matoub Lounès : «   Il est indispensable que toute la classe politique démocratique, et pas seulement les associations les plus actives culturellement , dépasse certaines  querelles d’amour-propre pour apporter un soutien inconditionnel à l’action difficile et périlleuse de la défense des langues populaires dans le plein respect des principes et des règles propres à un Etat de droit et à la Constitution » (p 26), « J’ai toujours été très fier de trimballer avec moi mon amazighité, mon algérianité, ma francité, ma judéité et ma méditerranéité. Il m’est arrivé , oui, de transporter à l’étranger cette chaleur spontanée, cette générosité amazigh, algérienne, française, juive, méditerranéenne, avec quoi j’ai grandi » (p 46), « Mes poèmes et mes chansons sont des plaidoyers en faveur des sans-logis, des sans-feu et des sans –pain, victimes des iniquités sociales et des lois faites pour les nouveaux riches et les magouilleurs, les profiteurs et les opportunistes « (p 48) , « L’avenir meilleur et autres belles images d’Epinal brandies au nom du bonheur, les hommes politiques s’en foutent. Ce sont des politiciens, ils font le métier de comédien :ils veulent être crédibles, mais ils jouent mal. Sous couvert d’idéologie et d’opposition, ils jouent tous en réalité leur petite carte personnelle. Ils n’ont jamais rien fait pour qui que ce soit » (p 58), « Les galas sont plus exaltants, surtout sur le plan humain. La scène apporte une chaleur et une euphorie que la cassette ne procure qu’à 50% ......L’expression « se donner en public » est significative. Dans les galas, il y a une séduction sexuellle par contact direct et concret » (p 83)

Avis : Le vrai Matoub ? dit-il : « Un personnage complexe, difficile à cerner car il « ne sait pas tricher ».... « Tantôt tendre, tantôt frondeur, souvent provocateur et  enfant terrible.......comme tout être humain , créateur de surcroît ». Profondément humain qui « peut vivre sans pain mais pas sans amour , sans ami(e)s »....sensible ....conscient de ses responsablitiés, et  concrètement et totalement libre.....Rebelle, Matoub ? Chaque fois qu’il le faut. Libre ? Toujours.

Citations de Matoub Lounès  :  «  Sans mystère, il n’y a pas de charme » (p 16) , « On me croit sur chansons comme on croit d’autres sur parole(s) » (p 17) , « Rendre les coups, c’est sans doute le plus sûr moyen de pouvoir les supporter » (p 28), « Je me méfie de tous les « ismes ». le seul « isme » que j’aurais sans doute accepté sans protester est celui de je-m’en-foutisme » (p 29)  , « J’adhère à mon propre parti, celui de la franchise et de la loyauté » (p 29) , « Certains de mes poèmes clés ne sont pas là pour eux-mêmes, mais pour dire » (p 30), » Le poète est ce musicien dont la femme est la partition » (p 37), « En matière d’art , il n’y a de vulgarité que par l’idée que l’on se fait de la vulgarité. La vraie vulgarité , celle qui nous agresse quotidiennement, c’est la sottise » (p 41), « Créer est une activité de coureur de fond, avec la solitude que cela comporte » (p 50), « J’ai la double nationalité car j’ai deux pays : mon pays et mon pays intérieur.C’est dans la différence que je trouve mon identité »  (p 66), « Plaire à tout le monde, c’est n’être personne » (p 85)