Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Femmes- Etude Ansej/Cnac

Date de création: 08-07-2018 11:53
Dernière mise à jour: 08-07-2018 11:53
Lu: 60 fois


TRAVAIL- EMPLOI- FEMMES- ETUDE ANSEJ/CNAC

Face au chômage, les Algériennes ne baissent pas les bras. Elles sont constamment en quête d'emploi et elles n'hésitent pas à entreprendre et créer leurs propres entreprises. Elles ont d'ailleurs, dès le lancement des fameux dispositifs d'aide à la création de microentreprises Ansej et Cnac, mis le pied à l'étrier. Les statistiques sont éloquentes à ce sujet et décrivent des Algériennes particulièrement ambitieuses qui ne rechignent pas à l'ouvrage.
Plus de 22% des placements effectués par l'Agence nationale de l'emploi Anem dans le marché de l'emploi, durant l'année 2017, ont bénéficié aux femmes, selon le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale. «Au total, 438.201 placements ont été effectués par l'Anem dans le marché de l'emploi, durant l'année 2017, dont 97 174 au profit des femmes, soit un taux de 22,17%», a indiqué le directeur général de l'emploi et de l'insertion du ministère, Foudil Zaidi. Le même responsable a précisé que sur le total des placements effectués au profit des femmes, 41 423 sont des placements classiques et 34 581 autres réalisés dans le cadre du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle Daip, alors que 21 170 autres placements ont été effectués dans le cadre des contrats de travail aidés CTA.
S'agissant des demandes d'insertion dans le marché du travail, à la même date de référence, Foudil Zaidi a fait savoir que le nombre a atteint un total de 1 919 982 demandes au niveau de l'Anem, dont 354 475 déposées par des femmes, soit 18,5%. Il a souligné, à ce propos, que le plus grand nombre de ces dernières sont licenciées en sciences sociales, des spécialités «difficiles à insérer». «Un nombre de facteurs ne favorisent pas une plus grande intégration de certaines femmes dans le monde du travail», a-t-il précisé, citant, la faible mobilité géographique, en plus de la difficulté de concilier entre les obligations professionnelles et celles de la vie familiale. Le bilan cumulé au 31 janvier 2018 démontre, par contre, que 66 645 placements ont été effectués dans le monde du travail, dont 13 954 placements au profit des femmes, soit un taux de 20,94%, alors que le nombre des demandes d'insertion dans le marché du travail a atteint 193 839 demandes, dont 50 072 concernant des femmes, soit près de 26%. Evoquant la situation des projets d'activités réalisées dans le cadre de l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes Ansej et la Caisse nationale d'assurance chômage Cnac, Foudil Zaidi a précisé que, «7.746 projets ont été réalisés en 2017, ayant généré 18 104 postes d'emploi, dont 1 346 créés par des femmes, avec un taux de 17%, alors que ce taux ne dépassait pas 2% durant les années 2000».
Depuis le lancement de ces deux dispositifs Ansej et Cnac, le bilan cumulé au 31 janvier 2018 démontre la création de 514 908 microentreprises, ayant généré 1 186.204 postes d'emploi, dont 52 237 micro-entreprises réalisées par des femmes, soit un taux moyen de 10%, a-t-il fait savoir. Le DG de l'emploi a estimé que «la contribution de la femme à la création de la microentreprise évolue positivement d'année en année», compte tenu, explique-t-il, essentiellement du niveau d'instruction atteint par les femmes.
Néanmoins, cela demeure «relativement faible» par rapport au nombre de microentreprises créées par les hommes. Toutefois, il a affirmé que des femmes entrepreneuses, dont des cadres et chefs d'entreprises, contribuent à la construction d'une économie nationale diversifiée. Selon les données de l'Office national des statistiques ONS, le taux de chômage en Algérie était de 11,7% en septembre 2017, alors que celui des femmes était de 20,7%, contre 9,4% chez les hommes.